www.classicToulouse.com
classic toulouse
Annonces
 
Passe ton Bach d'abord
13ème édition - 2020
Le report
 
Critiques
 
Toulouse les Orgues
25ème édition
Concert de la Loge
Benjamin Alard, orgue
18/10/2020
Piano aux Jacobins
41ème édition
David Kadouch
23/09/2020
Piano aux Jacobins
41ème édition
Bertrand Chamayou
09/09/2020
Toulouse les Orgues
25ème édition
Raconte-moi l'orgue
26/08/2020
Toulouse les Orgues
24ème édition
1er au 13/10/2019
Piano aux Jacobins
40ème édition
Boris Berezovski
30/09/2019
Piano aux Jacobins
40ème édition
Elisabeth Leonskaja
25/09/2019
Piano aux Jacobins
40ème édition
David Fray
18/09/2019
Piano aux Jacobins
40ème édition
Nicholas Angelich
17/09/2019
Piano aux Jacobins
40ème édition
Nelson Goerner
12/09/2019
Piano aux Jacobins
40ème édition
Christian Zacharias
Alexandre Kantorow
05 et 06/09/2019
Festival de la Vézère
Madame Butterfly
G. Puccini
10/08/2019
Festival de la Vézère
L'Italienne à Alger
G. Rossini
09/08/2019
Festival Castell Peralada
El Quijote del Plata
26/07/2019
Passe ton Bach d'abord
12ème édition
07, 08 et 09/06/2019
Toulouse les Orgues
Jour de fête
Michel Bouvard
Christophe Coin
12/10/2018
Toulouse les Orgues
L'Amour divin
Le Rapt invisible
03/et 04/10/2018
Piano aux Jacobins
Bertrand Chamayou, piano
Elodie Sicard, danse
19/09/2018
Piano aux Jacobins
Steven Osborne
14/09/2018
Piano aux Jacobins
Alexandre Tharaud
12/09/2018
Piano aux Jacobins
Nicolas Horvath-Moondog
08/09/2018
Piano aux Jacobins
Joseph Moog
06/09/2018
Piano aux Jacobins
Joaquín Achúcarro
05/09/2018
Festival Castell Peralada
Amore
Svetlana Zakharova
13/08/2018
Festival de la Vézère
La Chauve-Souris
Johann Strauss fils
11/08/2018
Festival de la Vézère
L'Enlèvement au Sérail
Wolfgang Amadeus Mozart
10/08/2018
Festival Castell Peralada
Récital Javier Camarena
29/07/2018
Festival Castell Peralada
Récital Jonas Kaufmann
28/07/2018
Festival Castell Peralada
Thaïs, Jules Massenet
27/07/2018
Toulouse d'été
15ème édition
18, 19 et 20/07/2018
Passe ton Bach d'abord
11ème édition
01/06 au 03/06/2018
 

 

Festivals / Festival de la Vézère - La Chauve-Souris – Johann Strauss fils
Diva Opera 11 août 2018
     
CRITIQUE

Quand la grange du Château se dévergonde

La grange du Château du Saillant, qui accueillait, tout comme L’Enlèvement au Sérail la veille, cette Chauve-Souris de Johann Strauss fils, a dû rougir a plus d’une reprise tant le livret de cette opérette viennoise est une compilation de toutes les turpitudes d’alcôves d’un certain « grand monde », celui qui verra tranquillement se terminer le 19ème siècle en Europe. Je vous rassure, tout était présentable, d’autant que la troupe qui donnait la représentation est celle de Diva Opera.

La mise en scène de Cameron Menzies suit à la lettre le livret, pouvant compter sur l’engagement théâtral sans faille de tous les protagonistes de cette aventure et sur l’habileté de Bryan Evans au piano, maître d’œuvre musical d’un spectacle qui va rester dans les mémoires de ce lieu.



Adam Gilbert (Gabriel) et Elizabeth Karany (Rosalinde)
- Photo FdV Creafix Studio -

Onze artistes sont donc réunis pour donner vie à ce chef-d’œuvre d’un genre hélas trop délaissé de nos jours dans les théâtres hexagonaux. Investis jusqu’au moindre haussement de sourcil, ces chanteurs sont aussi des comédiens de premier plan. La proximité avec le public est en l’occurrence un juge infaillible. Dans le rôle d’Alfred, le malheureux qui par amour pour la belle Rosalinde fera de la prison à la place du mari d’icelle, le ténor Robyn Lyn Evans s’en donne à cœur joie, « ornant » sa partition d’extraits de Turandot, Rigoletto, Traviata et autres tubes de l’opéra transalpin. Il n’est rien de dire combien sa voix bien timbrée a emporté l’adhésion du public. La soprano Sofia Troncoso nous épate dans Adèle tant la comédienne est habile et la cantatrice hors pair, déployant un soprano rond et lumineux de toute beauté. Elizabeth Karani maîtrise à la perfection le rôle redoutable de Rosalinde, charmant l’auditoire avec une étourdissante czardas. Adam Gilbert est un Gabriel ravageur scéniquement, hilarant en faux notaire et ténor plus que convaincant. Le baryton puissant et formidablement timbré de Timothy B Nelson ne fait qu’une bouchée de Falke. Ce chanteur est à l’évidence destiné à d’autres rôles… Martin Lamb propose un Frank tout en rondeur et en expérience. Louise Mott se glisse sans trop en faire dans les habits du Prince Orlofsky. Matthew Hargreaves, déchaîné, troque son costume oriental d’Osmin (la veille) pour endosser avec aplomb celui d’un gardien de prison (Frosch) un rien imbibé.
De nombreux rappels sont venus saluer ce spectacle d’excellent niveau, rappelant au besoin le professionnalisme de cette troupe qui est la démonstration parfaite qu’il n’est nul besoin de budgets pharaoniques pour apporte l’art lyrique au cœur même du public.

Robert Pénavayre
Article mis en ligne le 18 août 2018

 

infos
 
Renseignements et réservations :

www.festival-vezere.com  
 
 
 
 
Les saisons musicales
lyrique et
chorégraphique
toulousaines

 
 
2020-2021
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

 

copyright © 2007
www.classictoulouse.com
- tous droits réservés -
infos légales

 

 

 

entretiens - festivals - concerts - danse - opéra - disques - dvd - partenaires - contacts - liens - index