www.classicToulouse.com
classic toulouse
Annonces
 
Passe ton Bach d'abord
13ème édition - 2020
Le report
 
Critiques
 
Toulouse les Orgues
25ème édition
Concert de la Loge
Benjamin Alard, orgue
18/10/2020
Piano aux Jacobins
41ème édition
David Kadouch
23/09/2020
Piano aux Jacobins
41ème édition
Bertrand Chamayou
09/09/2020
Toulouse les Orgues
25ème édition
Raconte-moi l'orgue
26/08/2020
Toulouse les Orgues
24ème édition
1er au 13/10/2019
Piano aux Jacobins
40ème édition
Boris Berezovski
30/09/2019
Piano aux Jacobins
40ème édition
Elisabeth Leonskaja
25/09/2019
Piano aux Jacobins
40ème édition
David Fray
18/09/2019
Piano aux Jacobins
40ème édition
Nicholas Angelich
17/09/2019
Piano aux Jacobins
40ème édition
Nelson Goerner
12/09/2019
Piano aux Jacobins
40ème édition
Christian Zacharias
Alexandre Kantorow
05 et 06/09/2019
Festival de la Vézère
Madame Butterfly
G. Puccini
10/08/2019
Festival de la Vézère
L'Italienne à Alger
G. Rossini
09/08/2019
Festival Castell Peralada
El Quijote del Plata
26/07/2019
Passe ton Bach d'abord
12ème édition
07, 08 et 09/06/2019
Toulouse les Orgues
Jour de fête
Michel Bouvard
Christophe Coin
12/10/2018
Toulouse les Orgues
L'Amour divin
Le Rapt invisible
03/et 04/10/2018
Piano aux Jacobins
Bertrand Chamayou, piano
Elodie Sicard, danse
19/09/2018
Piano aux Jacobins
Steven Osborne
14/09/2018
Piano aux Jacobins
Alexandre Tharaud
12/09/2018
Piano aux Jacobins
Nicolas Horvath-Moondog
08/09/2018
Piano aux Jacobins
Joseph Moog
06/09/2018
Piano aux Jacobins
Joaquín Achúcarro
05/09/2018
Festival Castell Peralada
Amore
Svetlana Zakharova
13/08/2018
Festival de la Vézère
La Chauve-Souris
Johann Strauss fils
11/08/2018
Festival de la Vézère
L'Enlèvement au Sérail
Wolfgang Amadeus Mozart
10/08/2018
Festival Castell Peralada
Récital Javier Camarena
29/07/2018
Festival Castell Peralada
Récital Jonas Kaufmann
28/07/2018
Festival Castell Peralada
Thaïs, Jules Massenet
27/07/2018
Toulouse d'été
15ème édition
18, 19 et 20/07/2018
Passe ton Bach d'abord
11ème édition
01/06 au 03/06/2018
 

 

Festivals/ Festival Castell Peralada 2018 - Thaïs, Jules Massenet –
29 juillet 2018
     

CRITIQUE

Avant Bayreuth et Salzbourg, Placido Domingo
fait une halte à Peralada

La représentation en concert de Thaïs, ce chef-d’œuvre trop peu affiché de Jules Massenet, a connu une affluence record. Facile à imaginer lorsqu’ à l’affiche figure le ténor espagnol, aujourd’hui baryton, Placido Domingo. Une légende vivante ! Celui-ci, avant de s’envoler pour Salzbourg et la prise de rôle de Zurga dans Les Pêcheurs de perles, fera un saut à Bayreuth pour y diriger La Walkyrie.

En attendant, courte halte à Peralada et le voici dans Athanaël, le moine cénobite qui va se damner pour les beaux yeux de la courtisane Thaïs. Le rôle est connu de ce chanteur depuis six ans aujourd’hui, mais le rythme effréné de son activité l’oblige à le chanter, hélas, le nez dans la partition. Ce qui enlève un brin de crédibilité dramatique, vous en conviendrez.



Placido Domingo (Athanaël) et Ermonela Jaho (Thaïs) - Photo Toti Ferrer -

Au-delà de tout et surtout de l’immense admiration que nous avons pour sa carrière passée… de ténor, force est de constater que l’instrument ténorisant, par définition, même mis face à une partition en clé de fa, s’amenuise de plus en plus, notamment dans le grave. Il est périlleux d’affronter les souvenirs encore brûlants, dans ce rôle, d’un Alain Fondary, archétype à jamais d’Athanaël par la couleur et la puissance de projection. A regarder les engagements de Placido Domingo pour la saison à venir (beaucoup de jeunes professionnels rêveraient de la moitié !), il est permis tout de même de se poser des questions sur les limites du star system. A ses côtés, la soprano albanaise Ermonela Jaho, superbement sensuelle dans une robe fourreau d’un rouge éclatant, défend cette courtisane avec passion, trouvant vocalement son meilleur dans une belle musicalité et un registre supérieur bien accroché. Rossinien de répertoire, le ténor italien Michele Angelini est la surprise de la soirée, détaillant un Nicias au timbre ensoleillé, fier de projection, avec un instrument parfaitement homogène et dans un très bon français. Un artiste à suivre assurément. La basse française Jean Tietgen dessine un Palémon au timbre métallique sans beaucoup de charme. Les phalanges chorales et musicales du Real de Madrid sont ce soir sous la direction de Patrick Fournillier. Il n’est rien de dire que cela s’entend. Coutumier de cette partition depuis une vingtaine d’années, il en délivre une lecture d’une grande émotion et d’une infinie délicatesse de ton. Ce qu’elle mérite. Pour le moins.

Robert Pénavayre
Article mis en ligne le 9 août 2018

 

infos
 
Renseignements et réservations :

www.festivalperalada.com
 
 
 
Les saisons musicales
lyrique et
chorégraphique
toulousaines

 
 
2020-2021
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

 

copyright © 2007
www.classictoulouse.com
- tous droits réservés -
infos légales

 

 

 

entretiens - festivals - concerts - danse - opéra - disques - dvd - partenaires - contacts - liens - index