www.classicToulouse.com
classic toulouse
Articles
 
Jean Rondeau
Melancholy Grace
F. Schubert
Winterreise
Joyce Di Donato
Yannick Nézet-Séguin
Les Sacqueboutiers
Dominique Visse
La Lyre Amoureuse
Fatma Said
El Nour
Alexandre Tharaud
Le poète du piano
Lawrence Brownlee
Michael Spyres

Amici e Rivali
L. Godowsky
K. Szymanowsky
Mūza Rubackytė, piano
Thibaut Garcia, guitare
Aranjuez
Orchestre nat. du Capitole
Ben Glassberg, direction
Bertrand Chamayou, piano
Good Night
La Vanità del Mondo
Philippe Jaroussky
Artaserse
Chanson d'amour
Sabine Devieilhe
Alexandre Tharaud
N. Ludford
Heavenly Songes
La Quintina
L. van Beethoven
Fantaisie pour piano,
chœur et orchestre
Triple Concerto
Laurence Equilbey, dir.
G. F. Haendel
Agrippina
Il Pomo d'Oro
Maîtrise de Notre-Dame
de Paris
Notre-Dame, Cathédrale
d'émotion
D. Chostakovitch
Symphonie n° 8
Orchestre national du
Capitole de Toulouse
Tugan Sokhiev, direction
L. van Beethoven
Trios n° 5 et 7
Renaud Capuçon, violon
Gautier Capuçon, cello
Franck Braley, piano
J. S. Bach
Suites pour violoncelle
Maitane Sebastián
H. Berlioz
La Damnation de Faust
John Nelson, direction
C. Nougaro
Autour de minuit
Chœur Archipels
Claire Suhubiette, direction
D. Chostakovitch
M. Weinberg
Quintettes avec piano
Mūza Rubackytė
Mettis String Quartet
T. L. de Victoria
Requiem
La Maîtrise de Toulouse
Les Sacqueboutiers
Benjamin Bernheim
Récital
J. S. Bach, F. Chopin
Influences
Laurence Oldak, piano
P. Burgan
Sphères, Le Lac, Vagues
L. van Beethoven
Quatuors à cordes
"Razumovsky" n° 7 et n° 8
Quatuor Ebène
H. Berlioz
Requiem
John Nelson, direction
Michael Fabiano
Verdi - Donizetti
G. B. Pergolesi, A. Scarlatti
Les Passions
Jean-Marc Andrieu, dir.
D. Chostakovitch
Les quinze symphonies
Dresdner Philharmonie
Michael Sanderling, dir.
Lise Davidsen
Philharmonia Orchestra
Esa-Pekka Salonen, dir.
Songbook
Jan Vogler, violoncelle
Ismo Eskelinen, guitare
The Ear of Christopher
Colombus
Huelgas Ensemble
Paul Van Nevel
Les éléments
Joël Suhubiette, direction
Iberia
F. Liszt, Liszt/Schubert
B. Bartók
Mūza Rubackytė, piano
Mettis String Quartet
Lithuanian Symphony
Orchestra
Les Sacqueboutiers
Voyage musical en
Nouvelle-Espagne
P. I. Tchaïkovski,
A. Dvořák
Renaud Capuçon, violon
Lahav Shani, piano
Kian Soltani, violoncelle
D. Chostakovitch
Artemis Quartet
Elisabeth Leonskaja, piano
H. Berlioz
The complete work
W. A. Mozart, J. Haydn
MozHayique
Yves Rechsteiner, orgue
Henri-Charles Caget,
percussions
R. Schumann
Musique pour violoncelle
Gautier Capuçon
F. Schubert - F. Liszt
De la valse à l'abîme
Mūza Rubackytė
 

 

Disques/CD / La Lyre Amoureuse - Les Sacqueboutiers - Dominique Visse
     
COUP DE CŒUR
   
     

Dominique Visse et Les Sacqueboutiers,
poésie et musique

Depuis plus de quarante ans, l’ensemble toulousain Les Sacqueboutiers mène une action originale. Redécouvrir les cuivres anciens, réinventer les techniques de jeu, reconsidérer le répertoire, l’exhumer le plus souvent, constituent le pain quotidien de ces pionniers. Ils collaborent régulièrement avec les ensembles de musique ancienne les plus actifs. Ils se sont souvent associés avec l’Ensemble vocal Clément Janequin. Le contre-ténor Dominique Visse, fondateur et animateur de cet ensemble prestigieux, rejoint cette fois les cuivres anciens toulousains dans un programme intelligemment conçu autour du madrigal italien au XVIIème siècle.

C’est au début des années 1600 que le grand Claudio Monteverdi invente le concept novateur du « Recitar cantando », soit en bon français « Dire en chantant ». La prédominance du texte à laquelle se soumet la musique devient alors la règle parmi les nombreux compositeurs de cette période fertile qui définit cette évolution comme « Seconda prattica », laquelle succède sans s’opposer à la précédente « Prima prattica ». Le madrigal, qui associe la voix aux instruments, devient la forme musicale la plus adaptée à cet art nouveau. Le programme instrumental et vocal proposé ici explore un bouquet de pièces expressives écrites par des compositeurs adeptes de ce nouveau « Stile concertato ».
A la voix soliste du contre-ténor Dominique Visse, acteur virtuose, expert en la matière, s’adjoint l’ensemble instrumental constitué du cornet à bouquin de Jean-Pierre Canihac, de la sacqueboute de Daniel Lassalle, du violon d’Hélène Médous, du violoncelle de Susan Edward, de l’orgue de Yasuko Uyama-Bouvard et du théorbe d’Éric Bellocq. Le cornet et la sacqueboute étaient alors considérés comme les instruments les plus aptes à imiter la voix humaine.

O

Le titre de ce programme, « La lyre amoureuse », s'inspire de la traduction du premier vers de la pièce de Tarquinio Merula « Su la cetra amorosa » qui illustre les sentiments amoureux qu’Orphée exprime sur sa lyre au point d’émouvoir les animaux.
Tout au long de ce programme très varié, Dominique Visse place son talent et sa verve au service de l’expression avant tout. Il sait faire émerger son timbre si particulier de l’ensemble instrumental mais également le fondre dans la polyphonie du texte musical comme une voix supplémentaire.

Ainsi, dans la première pièce gravée ici « Acenti queruli » (Accents plaintifs), de Giovanni Felice Sances, le chanteur n’hésite pas à « piailler » comme le poème le suggère au travers de l’expression « oisillons piaillards » ! Tous les affects possibles émergent de ces madrigaux très divers. Confidences et souffrances amoureuses se retrouvent dans des madrigaux comme « Usurpator Tiranno » du même compositeur (avec de touchants échanges entre la voix et les instruments), ou dans « L’Eraclito amoroso », émouvant lamento de la compositrice Barbara Strozzi. Les contrastes du théâtre se manifestent dans « Su la cetra amorosa », de Tarquinio Merula, alors que l’ironie moqueuse de « Amanti se bramate » de Luigi Rossi s’oppose à la lumineuse douceur de « Se laura spira », de Girolamo Frescobaldi.
La virtuosité et la musicalité des musiciens s’expriment autant dans le soutien à la voix (plus qu’un simple accompagnement) que dans les magnifiques pièces instrumentales qui balisent ce programme. « La Augustana », de Giovanni Battista Cesare en est un exemple frappant, comme la « Sonata XVI » de Dario Castello ou ce splendide duo entre le violon et le violoncelle dans la « Canzon per soprano e basso » de Bartolome di Selma y Salaverde.
L’écoute attentive de ce programme sera peut-être pour beaucoup une découverte de ce répertoire original et vivifiant qui s’accompagne ici d’un déploiement évident de talents musicaux.

Le lien suivant permet de suivre en vidéo l’exécution de l’ironique « Amanti se bramate », de Luigi Rossi :
https://youtu.be/75oS7UrpyRQ

Serge Chauzy
Article mis en ligne le 11 avril 2021

 

Infos
 


Les Sacqueboutiers
avec Dominique Visse
La Lyre Amoureuse

Album Kelys-Flora
Réf. FLORA CD 5221
Enr. 2020
Prix : 18,00 € http://www.labelflora.net/fr/

 

 

copyright © 2007
www.classictoulouse.com
- tous droits réservés -
infos légales

 

 

 

entretiens - festivals - concerts - danse - opéra - disques - dvd - partenaires - contacts - liens - index