www.classicToulouse.com
classic toulouse
Articles
 
Jean Rondeau
Melancholy Grace
F. Schubert
Winterreise
Joyce Di Donato
Yannick Nézet-Séguin
Les Sacqueboutiers
Dominique Visse
La Lyre Amoureuse
Fatma Said
El Nour
Alexandre Tharaud
Le poète du piano
Lawrence Brownlee
Michael Spyres

Amici e Rivali
L. Godowsky
K. Szymanowsky
Mūza Rubackytė, piano
Thibaut Garcia, guitare
Aranjuez
Orchestre nat. du Capitole
Ben Glassberg, direction
Bertrand Chamayou, piano
Good Night
La Vanità del Mondo
Philippe Jaroussky
Artaserse
Chanson d'amour
Sabine Devieilhe
Alexandre Tharaud
N. Ludford
Heavenly Songes
La Quintina
L. van Beethoven
Fantaisie pour piano,
chœur et orchestre
Triple Concerto
Laurence Equilbey, dir.
G. F. Haendel
Agrippina
Il Pomo d'Oro
Maîtrise de Notre-Dame
de Paris
Notre-Dame, Cathédrale
d'émotion
D. Chostakovitch
Symphonie n° 8
Orchestre national du
Capitole de Toulouse
Tugan Sokhiev, direction
L. van Beethoven
Trios n° 5 et 7
Renaud Capuçon, violon
Gautier Capuçon, cello
Franck Braley, piano
J. S. Bach
Suites pour violoncelle
Maitane Sebastián
H. Berlioz
La Damnation de Faust
John Nelson, direction
C. Nougaro
Autour de minuit
Chœur Archipels
Claire Suhubiette, direction
D. Chostakovitch
M. Weinberg
Quintettes avec piano
Mūza Rubackytė
Mettis String Quartet
T. L. de Victoria
Requiem
La Maîtrise de Toulouse
Les Sacqueboutiers
Benjamin Bernheim
Récital
J. S. Bach, F. Chopin
Influences
Laurence Oldak, piano
P. Burgan
Sphères, Le Lac, Vagues
L. van Beethoven
Quatuors à cordes
"Razumovsky" n° 7 et n° 8
Quatuor Ebène
H. Berlioz
Requiem
John Nelson, direction
Michael Fabiano
Verdi - Donizetti
G. B. Pergolesi, A. Scarlatti
Les Passions
Jean-Marc Andrieu, dir.
D. Chostakovitch
Les quinze symphonies
Dresdner Philharmonie
Michael Sanderling, dir.
Lise Davidsen
Philharmonia Orchestra
Esa-Pekka Salonen, dir.
Songbook
Jan Vogler, violoncelle
Ismo Eskelinen, guitare
The Ear of Christopher
Colombus
Huelgas Ensemble
Paul Van Nevel
Les éléments
Joël Suhubiette, direction
Iberia
F. Liszt, Liszt/Schubert
B. Bartók
Mūza Rubackytė, piano
Mettis String Quartet
Lithuanian Symphony
Orchestra
Les Sacqueboutiers
Voyage musical en
Nouvelle-Espagne
P. I. Tchaïkovski,
A. Dvořák
Renaud Capuçon, violon
Lahav Shani, piano
Kian Soltani, violoncelle
D. Chostakovitch
Artemis Quartet
Elisabeth Leonskaja, piano
H. Berlioz
The complete work
W. A. Mozart, J. Haydn
MozHayique
Yves Rechsteiner, orgue
Henri-Charles Caget,
percussions
R. Schumann
Musique pour violoncelle
Gautier Capuçon
F. Schubert - F. Liszt
De la valse à l'abîme
Mūza Rubackytė
 

 

Disques/CD / Fatma Saïd – El Nour
     
COUP DE CŒUR    

Depuis les bords du Nil

Non, ce n’est pas d’Aïda dont je vais vous parler mais d’une jeune cantatrice née aux pieds des plus fabuleux monuments de l’Antiquité, les pyramides du Caire. C’était il y a tout juste trente ans. Aujourd’hui, Fatma Saïd, après des études en Allemagne, commence une carrière internationale qui lui a déjà ouvert, excusez du peu, les portes de la Scala de Milan ainsi que celles non moins prestigieuses du Royal Opera House Covent Garden de Londres.

Se produisant particulièrement dans un répertoire classique où l’on croise Mozart et Haydn, Fatma Saïd s’est déjà faite une réputation de concertiste hors pair aussi bien dans le répertoire de sa langue natale, qu’en français, en espagnol, en allemand et en italien. Sa voix de soprano lyrique, parfaitement homogène, distillée avec un contrôle et une longueur de souffle phénoménaux, une musicalité étourdissante d’émotion et une prosodie parfaite, se pare bien sûr du soleil chatoyant de ces pays que baigne la Méditerranée.

O

C’est Warner qui lui offre son premier album en 2020. Elle a voulu en faire une sorte de manifeste musical franco-hispano-arabe. Accompagnée, et de quelle manière, par le pianiste Malcolm Martineau, le guitariste Rafael Aguirre ou encore tout un ensemble de musiciens arabes, Fatma Saïd a réuni sur cet album aussi bien Ravel que Falla, Serrano, Obradors, Berlioz, Gaubert, Bizet, Garcia Lorca et, pour finir, des compositeurs de son pays natal. Dire que l’on tombe immédiatement sous le charme de cette voix sensuelle n’est pas suffisant, même si cela est vrai.

Très rapidement on entend une intelligence du texte et de la musique qui ferait presque oublier des interprétations de référence. Peu importe, l’essentiel n’est encore pas là. Il est dans ce moment sublime, dans le sens premier du terme, en apesanteur si l’on peut dire, que l’on vit à l’écoute de ce disque, un moment pétri de musique et d’émotion qui vous pénètre inexorablement sous la force d’un sortilège irrésistible. Cet album n’est pas intitulé El Nour (La Lumière) par hasard.
Faites-en l’expérience.

Robert Pénavayre
Article mis en ligne le 14 février 2021

 

Infos
 


« Fatma Saïd / El Nour » - Warner – 1 CD – 17,99 €

 

 

copyright © 2007
www.classictoulouse.com
- tous droits réservés -
infos légales

 

 

 

entretiens - festivals - concerts - danse - opéra - disques - dvd - partenaires - contacts - liens - index