www.classicToulouse.com
classic toulouse
Articles
 
Jean Rondeau
Melancholy Grace
F. Schubert
Winterreise
Joyce Di Donato
Yannick Nézet-Séguin
Les Sacqueboutiers
Dominique Visse
La Lyre Amoureuse
Fatma Said
El Nour
Alexandre Tharaud
Le poète du piano
Lawrence Brownlee
Michael Spyres

Amici e Rivali
L. Godowsky
K. Szymanowsky
Mūza Rubackytė, piano
Thibaut Garcia, guitare
Aranjuez
Orchestre nat. du Capitole
Ben Glassberg, direction
Bertrand Chamayou, piano
Good Night
La Vanità del Mondo
Philippe Jaroussky
Artaserse
Chanson d'amour
Sabine Devieilhe
Alexandre Tharaud
N. Ludford
Heavenly Songes
La Quintina
L. van Beethoven
Fantaisie pour piano,
chœur et orchestre
Triple Concerto
Laurence Equilbey, dir.
G. F. Haendel
Agrippina
Il Pomo d'Oro
Maîtrise de Notre-Dame
de Paris
Notre-Dame, Cathédrale
d'émotion
D. Chostakovitch
Symphonie n° 8
Orchestre national du
Capitole de Toulouse
Tugan Sokhiev, direction
L. van Beethoven
Trios n° 5 et 7
Renaud Capuçon, violon
Gautier Capuçon, cello
Franck Braley, piano
J. S. Bach
Suites pour violoncelle
Maitane Sebastián
H. Berlioz
La Damnation de Faust
John Nelson, direction
C. Nougaro
Autour de minuit
Chœur Archipels
Claire Suhubiette, direction
D. Chostakovitch
M. Weinberg
Quintettes avec piano
Mūza Rubackytė
Mettis String Quartet
T. L. de Victoria
Requiem
La Maîtrise de Toulouse
Les Sacqueboutiers
Benjamin Bernheim
Récital
J. S. Bach, F. Chopin
Influences
Laurence Oldak, piano
P. Burgan
Sphères, Le Lac, Vagues
L. van Beethoven
Quatuors à cordes
"Razumovsky" n° 7 et n° 8
Quatuor Ebène
H. Berlioz
Requiem
John Nelson, direction
Michael Fabiano
Verdi - Donizetti
G. B. Pergolesi, A. Scarlatti
Les Passions
Jean-Marc Andrieu, dir.
D. Chostakovitch
Les quinze symphonies
Dresdner Philharmonie
Michael Sanderling, dir.
Lise Davidsen
Philharmonia Orchestra
Esa-Pekka Salonen, dir.
Songbook
Jan Vogler, violoncelle
Ismo Eskelinen, guitare
The Ear of Christopher
Colombus
Huelgas Ensemble
Paul Van Nevel
Les éléments
Joël Suhubiette, direction
Iberia
F. Liszt, Liszt/Schubert
B. Bartók
Mūza Rubackytė, piano
Mettis String Quartet
Lithuanian Symphony
Orchestra
Les Sacqueboutiers
Voyage musical en
Nouvelle-Espagne
P. I. Tchaïkovski,
A. Dvořák
Renaud Capuçon, violon
Lahav Shani, piano
Kian Soltani, violoncelle
D. Chostakovitch
Artemis Quartet
Elisabeth Leonskaja, piano
H. Berlioz
The complete work
W. A. Mozart, J. Haydn
MozHayique
Yves Rechsteiner, orgue
Henri-Charles Caget,
percussions
R. Schumann
Musique pour violoncelle
Gautier Capuçon
F. Schubert - F. Liszt
De la valse à l'abîme
Mūza Rubackytė
 

 

Disques/CD / Amici e Rivali – Lawrence Brownlee et Michael Spyres
     
COUP DE CŒUR    

L’âge d’or du bel canto rossinien

Lorsque Gioacchino Rossini (1792-1868) s’installe à Naples, en juin 1815, il trouve un théâtre, le San Carlo, dont la Péninsule est fière à double titre. Non seulement l’orchestre est d’excellente qualité mais surtout la troupe de chanteurs est superlative. Certainement la meilleure du moment ! Du coup, le jeune compositeur de 23 ans va poser ses valises au pied du Vésuve pour huit années particulièrement fructueuses.

Parmi les chanteurs sous contrat, quatre dominent malgré tout : la soprano Isabella Colbran (1785-1845), future madame Rossini, et deux ténors : Andrea Nozzari (1776-1832) et Giovanni David (1790-1864), sans oublier Manuel Garcia (1775-1832), autre ténor de légende, père de la Malibran et de Pauline Viardot. Il n‘y a donc rien de moins étonnant que les héros des opéras napolitains, dans leur grande majorité, soient des ténors. Pour ces artistes, Gioacchino Rossini compose des ouvrages à la mesure de leur talent dont le seul « défaut » est l’extrême difficulté d’interprétation. Trop étroitement corrélées aux somptueux gosiers alors présents, ces partitions tomberont rapidement dans l’oubli, faute d’interprètes. Pire, elles seront à l’occasion passablement massacrées par la suite, les vocalités verdiennes et pucciniennes s’imposant. Il faudra attendre la « Rossini Renaissance » à partir des années 80 du vingtième siècle pour que directeurs de théâtre, chefs d’orchestre, musicologues et chanteurs se penchent sérieusement sur ces chefs-d’œuvre.

O

Encore fallait-il des interprètes à la hauteur. Il serait injuste de prétendre que ces derniers, une petite poignée en un demi-siècle, ne virent pas le jour, le festival de Pesaro, consacré à ce musicien, étant un formidable stimulant en même temps qu’une extraordinaire vitrine en la matière. Notre temps a la chance d’en avoir deux en activité, au sommet de leur art, deux américains : Michael Spyres (41 ans) et Lawrence Brownlee (49 ans). Tous deux, et cela n’étonnera personne, font leur miel de ce répertoire, y ajoutant le répertoire français (Faust, Hoffmann...) pour le premier cité, Bellini et Donizetti pour le second.

Cette ultime précision qualifie bien ces deux ténors pour les rôles créés par Andrea Nozzari, véritable baryténor (Michael Spyres) et Giovanni David, ténor sensiblement plus léger (Lawrence Brownlee).
Erato n’avait que l’embarras du choix pour les faire s’affronter (Amici e Rivali) dans une feu d’artifice d’airs, de duos, de trios qui laisse totalement étourdi. Ainsi se succèdent des extraits flamboyants de Ricciardo e Zoraide, La Donna del lago, Elisabetta, regina d’Inghilterra, Otello, Armida, cinq ouvrages créés à Naples entre 1815 et 1819. A ceux-là s’ajoutent un Barbier de Séville (créé à Rome en 1816 et pas nécessairement le sommet de cet enregistrement...) et la version française de Maometto II, qui vit le jour à Naples en 1820 dans la langue de Dante, et dont la première parisienne sous le nom du Siège de Corinthe eut lieu en 1826. Avec les Nourrit père et fils ! De quoi combler les plus exigeants des mélomanes.
Sous l’habile direction du maestro italien Corrado Rovaris à la tête d’I Virtuosi Italiani, et avec le concours de la mezzo-soprano irlandaise Tara Erraught et du jeune (26 ans !) et merveilleux ténor espagnol Xavier Anduaga, qui ne va certainement pas tarder à marcher sur les brisées de ses glorieux aînés ici présents, les deux vedettes de cet album d’une rare qualité, enregistré en studio en 2019, font assaut de virtuosité,  d’ambitus (ah, cette tierce aigu vertigineuse !!! et ces graves profonds), d’éclats, de luminosité, de style, de musicalité et tout cela avec une sûreté, voire une insolence qui frise l’arrogance qui vont littéralement vous clouer autant d’aise que de stupeur sur votre canapé.
Un des plus beaux et légitimes enregistrements consacrés à ces opéras.
Indispensable bien sûr !

Robert Pénavayre
Article mis en ligne le 6 février 2021

 

Infos
 


« Amici e Rivali », Lawrence Brownlee et Michael Spyres – ERATO,
1 CD – 16,99 €

 

 

copyright © 2007
www.classictoulouse.com
- tous droits réservés -
infos légales

 

 

 

entretiens - festivals - concerts - danse - opéra - disques - dvd - partenaires - contacts - liens - index