www.classicToulouse.com
Annonces
 
Passe ton Bach d'abord
13ème édition - 2020
Le report
 
Critiques
 
Toulouse les Orgues
25ème édition
Concert de la Loge
Benjamin Alard, orgue
18/10/2020
Piano aux Jacobins
41ème édition
David Kadouch
23/09/2020
Piano aux Jacobins
41ème édition
Bertrand Chamayou
09/09/2020
Toulouse les Orgues
25ème édition
Raconte-moi l'orgue
26/08/2020
Toulouse les Orgues
24ème édition
1er au 13/10/2019
Piano aux Jacobins
40ème édition
Boris Berezovski
30/09/2019
Piano aux Jacobins
40ème édition
Elisabeth Leonskaja
25/09/2019
Piano aux Jacobins
40ème édition
David Fray
18/09/2019
Piano aux Jacobins
40ème édition
Nicholas Angelich
17/09/2019
Piano aux Jacobins
40ème édition
Nelson Goerner
12/09/2019
Piano aux Jacobins
40ème édition
Christian Zacharias
Alexandre Kantorow
05 et 06/09/2019
Festival de la Vézère
Madame Butterfly
G. Puccini
10/08/2019
Festival de la Vézère
L'Italienne à Alger
G. Rossini
09/08/2019
Festival Castell Peralada
El Quijote del Plata
26/07/2019
Passe ton Bach d'abord
12ème édition
07, 08 et 09/06/2019
Toulouse les Orgues
Jour de fête
Michel Bouvard
Christophe Coin
12/10/2018
Toulouse les Orgues
L'Amour divin
Le Rapt invisible
03/et 04/10/2018
Piano aux Jacobins
Bertrand Chamayou, piano
Elodie Sicard, danse
19/09/2018
Piano aux Jacobins
Steven Osborne
14/09/2018
Piano aux Jacobins
Alexandre Tharaud
12/09/2018
Piano aux Jacobins
Nicolas Horvath-Moondog
08/09/2018
Piano aux Jacobins
Joseph Moog
06/09/2018
Piano aux Jacobins
Joaquín Achúcarro
05/09/2018
Festival Castell Peralada
Amore
Svetlana Zakharova
13/08/2018
Festival de la Vézère
La Chauve-Souris
Johann Strauss fils
11/08/2018
Festival de la Vézère
L'Enlèvement au Sérail
Wolfgang Amadeus Mozart
10/08/2018
Festival Castell Peralada
Récital Javier Camarena
29/07/2018
Festival Castell Peralada
Récital Jonas Kaufmann
28/07/2018
Festival Castell Peralada
Thaïs, Jules Massenet
27/07/2018
Toulouse d'été
15ème édition
18, 19 et 20/07/2018
Passe ton Bach d'abord
11ème édition
01/06 au 03/06/2018
 

 

Festivals / Festival de la Vézère 2019 - L’Italienne à Alger
Gioacchino Rossini - 9 août 2019
     
CRITIQUE

La sublime horlogerie de Rossini

En plein cœur de sa programmation, le Festival de la Vézère reçoit chaque année la troupe britannique Diva Opera pour un week-end bien sûr lyrique. Cette année, les festivités ont débuté avec le premier grand succès d’un jeune compositeur de 21 ans : Gioacchino Rossini. Nous sommes en 1813, année sacrée pour les mélomanes car elle va voir naître rien moins que deux géants de l’opéra : Richard Wagner et Giuseppe Verdi.

Pour l’heure le natif de Pesaro s’essaie à un format long dans le style bouffe. C’est une immense réussite dont le climax est certainement le final du 1er acte dans lequel Rossini transforme ses chanteurs en pantins réduits à ne s’exprimer que par onomatopées : bum-bum, crac-crac, din-din, tac-tac, lors d’une strette vertigineuse à mettre en place. Les moments de bonheur sont nombreux et parmi les arias les plus célèbres à juste titre citons celle de Lindoro : Languir per una bella ou encore celle d’Isabella : Cruda sorte. Un choix bien difficile devant cette avalanche de pages tout simplement géniales. Dans une mise en scène adaptée à la dimension familiale des lieux, la troupe Diva Opera se lance avec enthousiasme et une incroyable énergie dans une œuvre propre à saluer la féminité. Seul accompagnement musical, le piano de Bryan Evans fait encore une fois des merveilles. Et l’on reste stupéfait par la discipline musicale des chanteurs alors qu’ils ne sont pas dirigés par un chef d’orchestre, ce qui pour une œuvre complexe comme cette Italienne paraîtrait un minimum.



Ashley Cutling (Lindoro) et Catherine Backhouse (Isabella) - Crédit photo -

Sur scène nous retrouvons quelques pensionnaires de cette troupe, pensionnaires que nous avions déjà applaudis l’an passé, en particulier dans La Chauve-souris et L’Enlèvement au Sérail. Il en est ainsi de Timothy Nelson, Mustafa épouvantablement machiste mais dont la souplesse du baryton-basse fait merveille dans cette écriture virtuose. Martin Lamb nous avait fait mourir de rire dans le rôle de Frank l’an passé. Le voilà dans la peau de l’amoureux transi d’Isabella, Taddeo. L’artiste chevronné qu’il est ne fait qu’une bouchée de ce personnage pathétique. Louise Mott est quant à elle une touchante Zulma. Etonnante d’aplomb vocal dans le rôle infernal de Constance la saison passée, Gabriella Cassidy se glisse dans la partition d’Elvira sans le moindre souci. Il en est un peu différemment d’Ashley Catling, ce ténor que nous suivons au travers de ses venues à la Vézère et qui, déjà, l’an passé dans le rôle de Belmonte, avait montré des signes de fatigue vocale à la fin de l’ouvrage. Aujourd’hui l’aigu a dangereusement blanchi et le recours à la technique de haute-contre pour le registre supérieur semble trop un refuge devant des difficultés infranchissables pour ce chanteur. Tout cela pour dire que, malgré toute la musicalité dont il pare son Lindoro, tant en termes de phrasé que d’ornementation, le compte n’y est pas. Ce n’est pas le cas de Catherine Backhouse, une volcanique Isabella dont le mezzo lumineux et chaleureux ne va faire aucun quartier face à cette poignée d’hommes finalement bien peu malins. Saluons également Samuel Pantcheff (Haly) notamment pour son air trop souvent coupé. Il eut été dommage de ne pas profiter ainsi de cette belle voix puissante et magnifiquement timbrée.
Cette folie organisée recueille évidemment un juste triomphe.

Robert Pénavayre
Article mis en ligne le 14 août 2019

 

infos
 
Renseignements et réservations :

www.festival-vezere.com  
 
 
 
 
Les saisons musicales
lyrique et
chorégraphique
toulousaines

 
 
2020-2021
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

 

copyright © 2007
www.classictoulouse.com
- tous droits réservés -
infos légales

 

 

 

entretiens - festivals - concerts - danse - opéra - disques - dvd - partenaires - contacts - liens - index