www.classicToulouse.com
classic toulouse
Annonces
 
L'Offrande Musicale
2ème édition
29/06 au 11/07/2022
Festival de la Vézère
41ème édition
06/07 au 16/08/2022
Festival de Toulouse
Concerts sous les étoiles
08 au 24/07/2022
Piano aux Jacobins
43ème édition
09 au 30/09/2022
 
Critiques
 
Passe ton Bach d'abord
14ème édition
10, 11 et 12/06/2022
Camon en Musiques
5ème édition
14/05/2022
Toulouse les Orgues
26ème édition
05 au 17/10/2021
Passe ton Bach d'abord
13ème édition
24, 25 et 26/09/2021
Piano aux Jacobins
Alexandre Kantorow
14/09/2021
Piano aux Jacobins
Simone Dinnerstein
08/09/2021
Festival de Prades
Les Sacqueboutiers
10/08/2021
Festival de la Vézère
Don Giovanni
Wolfgang Amadeus Mozart
Carmen
Georges Bizet
07 et 08/08/2021
Opéra des Landes
Pelléas et Mélisande
Claude Debussy
18/07/2021
Camon en Musiques
4ème édition
17 au 19/04/2021
Toulouse les Orgues
25ème édition
Concert de la Loge
Benjamin Alard, orgue
18/10/2020
Piano aux Jacobins
41ème édition
David Kadouch
23/09/2020
Piano aux Jacobins
41ème édition
Bertrand Chamayou
09/09/2020
Toulouse les Orgues
25ème édition
Raconte-moi l'orgue
26/08/2020
Toulouse les Orgues
24ème édition
1er au 13/10/2019
Piano aux Jacobins
40ème édition
Boris Berezovski
30/09/2019
Piano aux Jacobins
40ème édition
Elisabeth Leonskaja
25/09/2019
Piano aux Jacobins
40ème édition
David Fray
18/09/2019
Piano aux Jacobins
40ème édition
Nicholas Angelich
17/09/2019
Piano aux Jacobins
40ème édition
Nelson Goerner
12/09/2019
Piano aux Jacobins
40ème édition
Christian Zacharias
Alexandre Kantorow
05 et 06/09/2019
Festival de la Vézère
Madame Butterfly
G. Puccini
10/08/2019
Festival de la Vézère
L'Italienne à Alger
G. Rossini
09/08/2019
Festival Castell Peralada
El Quijote del Plata
26/07/2019
Passe ton Bach d'abord
12ème édition
07, 08 et 09/06/2019
Toulouse les Orgues
Jour de fête
Michel Bouvard
Christophe Coin
12/10/2018
Toulouse les Orgues
L'Amour divin
Le Rapt invisible
03/et 04/10/2018
Piano aux Jacobins
Bertrand Chamayou, piano
Elodie Sicard, danse
19/09/2018
Piano aux Jacobins
Steven Osborne
14/09/2018
Piano aux Jacobins
Alexandre Tharaud
12/09/2018
Piano aux Jacobins
Nicolas Horvath-Moondog
08/09/2018
Piano aux Jacobins
Joseph Moog
06/09/2018
Piano aux Jacobins
Joaquín Achúcarro
05/09/2018
Festival Castell Peralada
Amore
Svetlana Zakharova
13/08/2018
Festival de la Vézère
La Chauve-Souris
Johann Strauss fils
11/08/2018
Festival de la Vézère
L'Enlèvement au Sérail
Wolfgang Amadeus Mozart
10/08/2018
Festival Castell Peralada
Récital Javier Camarena
29/07/2018
Festival Castell Peralada
Récital Jonas Kaufmann
28/07/2018
Festival Castell Peralada
Thaïs, Jules Massenet
27/07/2018
Toulouse d'été
15ème édition
18, 19 et 20/07/2018
Passe ton Bach d'abord
11ème édition
01/06 au 03/06/2018
 

 

Festivals/ Toulouse les Orgues - La 26ème édition
5 au 17 octobre 2021
     

CRITIQUE

Toulouse les Orgues innove et rassemble

La 26ème édition de Toulouse les Orgues poursuit sa démarche d’accommodation de l’orgue dans des recettes aussi bien traditionnelles que créatives : récitals, duos avec des ensembles instrumentaux ou vocaux, en dialogue avec du cinéma, de l’accordéon, et même… de la contorsion !

Les notes et le corps

Le 12 octobre, la cathédrale Saint-Etienne accueillait le projet "Bach Metamorphosis", dans lequel la musique de Jean-Sébastien Bach, jouée par Yves Rechsteiner, entre en résonance avec l’art de la contorsionniste Lise Pauton. Ce soir-là, dans la nef gothique et ses stalles boisées, le public se rassemble autour d’une estrade entourée d’un cercle de lumière. Sur cette scène, la jeune contorsionniste, à la fois danseuse, chorégraphe et gymnaste se livre à une traduction corporelle de la musique de Bach qui émane du bel orgue en nid d’hirondelle de la cathédrale.
Aux commandes de l’instrument reconstruit par Alfred Kern, Yve Rechsteiner, le directeur artistique du festival, revisite de grandes œuvres de Johann Sebastian Bach. En quelques années, il a réalisé les transcriptions pour l’orgue des sonates et partitas pour violon seul, prolongeant ainsi une pratique courante à l’époque de Bach et plus récemment encore. Il a ainsi été amené à harmoniser et enrichir les lignes mélodiques destinées à l’instrument monodique qu’est le violon, pour l’instruments le plus polyphonique qui soit !


Yves Rechsteiner à l'orgue de la Dalbade
- Photo Jean-Marc Aspe -
 
La contorsionniste Lise Pauton
- Photo Jean-Marc Aspe -

Le concert du 12 octobre s’ouvre sur la Sinfonia de la Partita n° 3 BWV 1006 : une entrée en matière brillante et solennelle. Suivent les étranges nappes sonores d’une improvisation qui accompagne la très lente entrée de Lise Pauton. C’est alors que s’ouvre un fascinant dialogue entre les ondes sonores de l’orgue et les mouvements d’une souplesse extrême du corps de la contorsionniste. Quatre mouvements de Sonates pour violon, transcrites pour l’instrument-roi, suscitent les interventions visuelles de Lise Pauton, comme habitée par la musique. Rien de redondant dans ces mouvements qui suggèrent plus qu’ils n’accompagnent.
Une nouvelles improvisation sous forme de nappes sonores rappelle la danseuse-chorégraphe avant la transcription des quatre premiers mouvements de la fameuse Partita n° 2 en si mineur, au cours desquels une chevelure « à la Mélisande » ponctue le déroulement de l’œuvre. La troisième improvisation déchaîne un véritable cataclysme qui introduit la phase finale de ce dialogue en forme de correspondance, au sens baudelairien du terme. Le mouvement final, la célèbre Chaconne, de la même Partita n° 2, magnifie cette conclusion en forme d’apothéose.
Ainsi s’achève ce voyage aux accents mystiques au cœur de la musique de Bach le grand.

La voix des anges

Le 16 octobre, en l’église de la Dalbade, le bel orgue Puget accueillait la Maîtrise du Conservatoire de Toulouse sous la direction de Mark Opstad ainsi que l’organiste britannique William Fielding dans un programme musical à la fois exigeant et stimulant comprenant la rare Messe pour double chœur a capella de Frank Martin et le célèbre Requiem de Gabriel Fauré.
Créée en 2006 au sein du Conservatoire de Toulouse et dirigée depuis par Mark Opstad, la Maîtrise de Toulouse est la première structure maîtrisienne du sud-ouest de la France. La qualité exceptionnelle que cet ensemble vocal a rapidement atteinte lui a permis de recevoir en 2017 la prestigieuse récompense que représente le Prix Liliane Bettencourt pour le Chant Choral - édition spéciale maîtrises et chœurs d’enfants. Sous la direction artistique de Mark Opstad, expert en la matière, la Maîtrise a donné plus d’une centaine de concerts et enregistré plusieurs albums CD acclamés par la critique internationale. La prestation de ce grand chœur lors du concert du 16 octobre confirme et renforce encore les qualités d’un ensemble d’exception.



La Maîtrise du Conservatoire de Toulouse, sous la direction de Mark Opstad
- Photo Classictoulouse -
Le jeune organiste William Fielding vient de terminer, au Conservatoire de Toulouse la première de deux années de perfectionnement de la pratique de l’orgue avec Michel Bouvard. Ce jour-là, à 15 h et à 18 h, il accompagne la Maîtrise dans la version avec orgue du Requiem de Fauré.
La première œuvre inscrite au programme n’est autre qu’une pièce longtemps oubliée. En effet, le composteur suisse Frank Martin a écrit cette Messe à huit voix pour double chœur vers 1922 sans en assurer la diffusion ni l’exécution. Ce n’est qu’un demi-siècle plus tard qu’elle a enfin été jouée et publiée. Sous la direction précise et expressive de Mark Opstad, les jeunes chanteurs de la Maîtrise s’emparent de cette écriture complexe et raffinée avec une autorité exemplaire. Comme héritier du chant grégorien, le langage de Frank Martin joue sur les finesses rythmiques autant qu’harmoniques que l’exécution porte vers une sorte d’idéal choral : précision, justesse et néanmoins liberté expressive.


Le jeune organiste britannique William Fielding

Avec le fameux Requiem de Gabriel Fauré, l’ensemble vocal se lance un défi qui s’avère amplement relevé. Cette vision apaisée du trépas qui lui a valu le titre de « berceuse de la mort » se traduit par un chant d’une douceur mais aussi d’une intensité expressive remarquables. Perfection formelle et sensibilité font bon ménage. L’alternance des espaces contemplatifs et des plage d’intense ferveur construit une interprétation vivante d’une grande beauté. L’apport de l’orgue s’avère déterminant avec ses choix colorés de registration, son aptitude à ménager crescendos et decrescendos, son soutien sans faille.
Les interventions des deux solistes vocaux sont également à souligner. Le baryton s’insère dans le tissu choral avec finesse et beauté du timbre. Mais comment rester de marbre à l’écoute du sublime Pie Jesu incarné avec cet exceptionnel mélange de tendresse et de ferveur par un tout jeune garçon touché par la grâce ? Si la « voix des anges » caractérise l’ensemble du chœur, il faut parler ici de « voix de l’archange ». L’émotion est à son comble et la gorge se serre à son écoute…
L’épisode final In Paradisum ramène enfin la paix de l’âme.
Le succès enthousiaste de ce concert témoigne de l’impact d’une telle prestation qui renforce encore l’importance musicale de ce beau festival.

Serge Chauzy
Article mis en ligne le 18 octobre 2021

 

infos
 

Informations pratiques

Festival International
Toulouse les Orgues

22, rue des Fleurs,
31000 Toulouse
Tél 33(0)5 61 33 76 87


www.toulouse-les-orgues.org


 
 
Les saisons musicales
lyrique et
chorégraphique
toulousaines

 
 
2020-2021
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

 

copyright © 2007
www.classictoulouse.com
- tous droits réservés -
infos légales

 

 

 

entretiens - festivals - concerts - danse - opéra - disques - dvd - partenaires - contacts - liens - index