www.classicToulouse.com
Annonces
 
Piano aux Jacobins
39ème édition
05 au 29/09/2018
Toulouse les Orgues
23ème édition
02 au 14/10/2018
 
Critiques
 
Piano aux Jacobins
Steven Osborne
14/09/2018
Piano aux Jacobins
Alexandre Tharaud
12/09/2018
Piano aux Jacobins
Nicolas Horvath-Moondog
08/09/2018
Piano aux Jacobins
Joseph Moog
06/09/2018
Piano aux Jacobins
Joaquín Achúcarro
05/09/2018
Festival Castell Peralada
Amore
Svetlana Zakharova
13/08/2018
Festival de la Vézère
La Chauve-Souris
Johann Strauss fils
11/08/2018
Festival de la Vézère
L'Enlèvement au Sérail
Wolfgang Amadeus Mozart
10/08/2018
Festival Castell Peralada
Récital Javier Camarena
29/07/2018
Festival Castell Peralada
Récital Jonas Kaufmann
28/07/2018
Festival Castell Peralada
Thaïs, Jules Massenet
27/07/2018
Toulouse d'été
15ème édition
18, 19 et 20/07/2018
Passe ton Bach d'abord
11ème édition
01/06 au 03/06/2018
Toulouse les Orgues
22ème édition
04 au 15/10/2017
Piano aux Jacobins
Nicholas Angelich
29/09/2017
Piano aux Jacobins
Pierre Rigal
François Dumont
25/09/2017
Piano aux Jacobins
Alexandre Kantorow
23/09/2017
Piano aux Jacobins
Arcadi Volodos
22/09/2017
Piano aux Jacobins
Juliana Steinbach
12/09/2017
Piano aux Jacobins
Elisabeth Leonskaja
06/09/2017
Festival Castell Peralada
Acosta Danza
17/08/2017
Festival de la Vézère
La bohème, G. Puccini
La Cenerentola, G. Rossini
12 et 13/08/2017
Festival Castell Peralada
Gregory Kunde, récital
06/08/2017
Chorégies d'Orange
Aïda, G. Verdi
05/08/2017
Toulouse d'été
Hervé Billaut, piano
Guillaume Coppola, piano
21/07/2017
Toulouse d'été
Trio Elégiaque
François Dumont, piano

Philippe Aïche, violon
Virginie Constant, cello
20/07/2017
Toulouse d'été
Orchestre de Chambre
Gilles Colliard, direction

Fabrice Millischer,
trombone
David Guerrier, cor

19/07/2017
Toulouse d'été
Orchestre du Capitole
Andris Poga, direction

Edgar Moreau, violoncelle
18/07/2017
Toulouse d'été
Anaïs Constans, soprano
Thibaut Garcia, guitare

13/07/2017
Musique en Chemin
Radio France Occitanie
Montpellier
La Main Harmonique
Les Sacqueboutiers
12/07/2017
 

 

Festivals/ Piano aux Jacobins - Joaquín Achúcarro
5 septembre 2018
     

CRITIQUE

Chopin révélé par Joaquin Achúcarro

Le 5 septembre s’est ouverte la 39ème édition du Festival International Piano aux Jacobins. Voici en effet 39 années que la fête toulousaine du clavier marque le début de la riche saison musicale de la ville rose. Tout en poursuivant son évolution, le Festival maintient le cap de ce qui fait sa force et son identité : la coexistence entre le prestige des artistes consacrés et l’ouverture vers la jeune génération. C’est l’un des grands habitués de Piano aux Jacobins qui débutait cette rencontre entre les générations d’artistes, le grand Joaquín Achúcarro.

Comme pour célébrer son 85ème anniversaire, le prestigieux interprète espagnol retrouvait l’un des compositeurs les plus emblématiques de son instrument, Frédéric Chopin. Ce soir-là, le choix des œuvres qui composent son récital semble obéir à une exigence particulière. La première partie de cette belle soirée est consacrée aux 24 Préludes de l’opus 28. Joaquin Achúcarro ne se contente pas d’égrener ces vingt-quatre pièces courtes (entre 30 secondes et 5 minutes), écrites chacune dans une tonalité différente en suivant le cycle des quintes, chaque tonalité majeure étant suivie de sa relative mineure. Il s’en explique au micro en introduction. La succession de ces Préludes procède pour lui d’une architecture élaborée et délibérée. Il ne s’agit donc pas d’une simple succession de pièces indépendantes, brillantes ou intimes, mais bien plutôt d’un ensemble structuré, une sorte de grande sonate en vingt-quatre mouvements.



Le grand pianiste basque espagnol Joaquín Achúcarro

Et c’est bien ainsi qu’il en développe le déroulement. La continuité qu’il établit entre chaque épisode confère à l'œuvre son unité organique. Le pianiste s’appuie souvent sur la résonance du dernier accord d’une pièce pour enchaîner avec la suivante. Son jeu, rigoureux mais sans austérité, droit et digne, restitue avec finesse les états d’âmes qui caractérisent chaque élément de ce puzzle musical. Le Chopin de Joaquín Achúcarro ne cède jamais à l’excès de pathos, à une quelconque facilité ou sensiblerie. L’affectation ne fait pas partie de son approche du compositeur. Elégance et pudeur n’empêchent en rien ni la révolte ni la tendresse, ni la souffrance ni l’apaisement. Tels qu’ils nous sont révélés par l’interprète, ces Préludes montrent un nouveau visage du compositeur.
La seconde partie de la soirée, elle aussi admirablement construite, s’écoute comme une œuvre en soi. Elle s’ouvre sur les deux autres Préludes composés par Chopin, l’ut dièse mineur op. 45 et l’opus posthume. A la fluidité pleine de charme du premier succède le rêve évoqué par le second. Dans la Fantaisie-Impromptu en do dièse mineur, qui suit ces deux courtes pièces, le pianiste déploie toute la richesse de son engagement musical. L’énergie virtuose (jamais gratuite) se mêle ici au pouvoir expressif avec une ferveur admirable.
Les deux Nocturnes, l’opus 9 n° 2 puis le célèbre opus posthume (en do dièse mineur) constituent une halte paisible d’une poésie extrême. Comme s’il s’agissait du mouvement lent d’une sonate nouvelle. La Barcarolle opus 60, telle un Scherzo, déroule son rythme « gondolier » entourant l’épisode central aux accents épiques.
C’est avec probablement la plus célèbre des œuvres pianistiques du répertoire que se conclut ce programme. La Polonaise n° 6 opus 53 mérite bien son sous-titre d’« Héroïque ». Joaquín Achúcarro s’y investit avec une force de conviction, un engagement sans faille. La flamboyance de la virtuosité digitale ne masque en rien le sens des nuances, la construction de crescendos irrésistibles ni l’élan de révolte qui sous-tendent la pièce. L’orage qui éclate alors sur la ville semble mis en scène en accord parfait avec la pièce. Il en est de même de la chauve-souris effrayée qui vient se donner en spectacle autour de l’interprète ! Les éléments se mêlent ainsi à la musique…
L’ovation enthousiaste qui accueille cette (provisoire) conclusion rappelle l’interprète qui décide d’un hommage à « Claude de France » dont il joue le fameux et rêveur « Clair de lune ». La soirée s’achève sur une véritable performance à la fois technique et expressive. Joaquín Achúcarro joue le Nocturne opus 9 n° 2, pour la main gauche, d’Alexandre Scriabine. Une stupéfiante leçon de piano et de musique.

Serge Chauzy
Article mis en ligne le 7 septembre 2018

 

infos
 
Informations sur le
Festival International,
Piano aux Jacobins -
page d'accueil :


www.pianojacobins.com


Réservations par téléphone :


05 61 22 40 05

par Email :

contact@pianojacobins.com


ou sur le site internet :

www.pianojacobins.com
.

Ouverture de la billetterie :

Pour les abonnements, à partir du 2 mai
Pour les places à l’unité, à partir du 9 mai


Programme du concert donné le 5 septembre 2018 à 20 h dans le cloître des Jacobins de Toulouse

* F. Chopin


- 24 Préludes op. 28

- Prélude op. 45

- Prélude op. posth

- Fantaisie –impromptu op. 66

- Nocturne op. 9 n° 2

- Nocturne en do dièse mineur op. posth.

- Barcarolle op. 60

- Polonaise n° 6 op.53 « Héroïque »
 
Les saisons musicales
lyrique et
chorégraphique
toulousaines

 
2018-2019
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

 

copyright © 2007
www.classictoulouse.com
- tous droits réservés -
infos légales

 

 

 

entretiens - festivals - concerts - danse - opéra - disques - dvd - partenaires - contacts - liens - index