www.classicToulouse.com
Annonces
 
Toulouse les Orgues
23ème édition
02 au 14/10/2018
Toulouse les Orgues
Mūza Rubackytė, piano
Oliver Vernet, orgue
12/10/2018
 
Critiques
 
Toulouse les Orgues
Jour de fête
Michel Bouvard
Christophe Coin
12/10/2018
Toulouse les Orgues
L'Amour divin
Le Rapt invisible
03/et 04/10/2018
Piano aux Jacobins
Bertrand Chamayou, piano
Elodie Sicard, danse
19/09/2018
Piano aux Jacobins
Steven Osborne
14/09/2018
Piano aux Jacobins
Alexandre Tharaud
12/09/2018
Piano aux Jacobins
Nicolas Horvath-Moondog
08/09/2018
Piano aux Jacobins
Joseph Moog
06/09/2018
Piano aux Jacobins
Joaquín Achúcarro
05/09/2018
Festival Castell Peralada
Amore
Svetlana Zakharova
13/08/2018
Festival de la Vézère
La Chauve-Souris
Johann Strauss fils
11/08/2018
Festival de la Vézère
L'Enlèvement au Sérail
Wolfgang Amadeus Mozart
10/08/2018
Festival Castell Peralada
Récital Javier Camarena
29/07/2018
Festival Castell Peralada
Récital Jonas Kaufmann
28/07/2018
Festival Castell Peralada
Thaïs, Jules Massenet
27/07/2018
Toulouse d'été
15ème édition
18, 19 et 20/07/2018
Passe ton Bach d'abord
11ème édition
01/06 au 03/06/2018
Toulouse les Orgues
22ème édition
04 au 15/10/2017
Piano aux Jacobins
Nicholas Angelich
29/09/2017
Piano aux Jacobins
Pierre Rigal
François Dumont
25/09/2017
Piano aux Jacobins
Alexandre Kantorow
23/09/2017
Piano aux Jacobins
Arcadi Volodos
22/09/2017
Piano aux Jacobins
Juliana Steinbach
12/09/2017
Piano aux Jacobins
Elisabeth Leonskaja
06/09/2017
Festival Castell Peralada
Acosta Danza
17/08/2017
Festival de la Vézère
La bohème, G. Puccini
La Cenerentola, G. Rossini
12 et 13/08/2017
Festival Castell Peralada
Gregory Kunde, récital
06/08/2017
Chorégies d'Orange
Aïda, G. Verdi
05/08/2017
Toulouse d'été
Hervé Billaut, piano
Guillaume Coppola, piano
21/07/2017
Toulouse d'été
Trio Elégiaque
François Dumont, piano

Philippe Aïche, violon
Virginie Constant, cello
20/07/2017
Toulouse d'été
Orchestre de Chambre
Gilles Colliard, direction

Fabrice Millischer,
trombone
David Guerrier, cor

19/07/2017
Toulouse d'été
Orchestre du Capitole
Andris Poga, direction

Edgar Moreau, violoncelle
18/07/2017
Toulouse d'été
Anaïs Constans, soprano
Thibaut Garcia, guitare

13/07/2017
Musique en Chemin
Radio France Occitanie
Montpellier
La Main Harmonique
Les Sacqueboutiers
12/07/2017
 

 

Festivals/ Piano aux Jacobins - Edition 2017 - Nicholas Angelich
29 septembre 2017
     
COUP DE CŒUR
     

CRITIQUE

L’apothéose Angelich

La 38ème édition du festival Piano aux Jacobins vient de s’achever sur un éblouissant récital de l’un des très grands artistes du moment. Nicholas Angelich est un familier de la Ville rose. Au cours des saisons passées, Toulouse l’a fréquemment accueilli, que ce soit en récital, en musique de chambre, ou comme soliste en concert avec orchestre. Il mettait donc, ce 29 septembre dernier, un point final à cette édition du festival qui ouvre la saison musicale toulousaine. Pour l’occasion, la salle capitulaire et le cloître des Jacobins affichaient complet depuis longtemps.

Rappelons que Nicholas Angelich, né aux Etats-Unis en 1970, a finalement choisi la France qui l’a adopté à bras ouverts. Il a remporté le Deuxième Prix du Concours international Robert Casadesus et le Premier Prix du Concours international Gina Bachauer. Aux Victoires de la musique classique 2013, il a reçu la Victoire du « Soliste instrumental de l’année ». Grand interprète du répertoire classique et romantique, il s’intéresse également à la musique du XXème siècle : Olivier Messiaen, Karlheinz Stockhausen, Pierre Boulez, Eric Tanguy, Bruno Mantovani dont il crée Suonare, Pierre Henry et son Concerto sans orchestre pour piano, ainsi que le jazzman Baptiste Trotignon avec lequel il a joué et enregistré Different Spaces. Nicholas Angelich, qui se produit aux côtés des plus grands orchestres, donne régulièrement des récitals très appréciés dans le monde entier. Sa nouvelle venue toulousaine marque un jalon supplémentaire dans les liens qu’il tisse avec notre cité.
Le programme musical choisi pour ce récital du 29 septembre témoigne d’un soin particulier et d’une cohérence subtile. Il s’ouvre sur la célèbre transcription par Ferruccio Busoni du choral « Nun komm der Heiden Heiland » (Viens maintenant, Sauveur des païens) BWV 61 de Johann Sebastian Bach. Pris dans un tempo particulièrement large, ce choral, qui s’imprègne d’un recueillement surprenant, prend, sous les doigts de l’interprète, des sonorités d’orgue. La surprise que représente la lenteur de ce tempo s’éclaire dès les premières mesures de l’œuvre qui suit et que le pianiste choisit d’enchaîner sans interruption. Il s’agit de la Sonate n°12 en la bémol majeur, opus 26, de Beethoven qui commence, de manière inhabituelle, par un mouvement lent sur un « thème et variations » autour d’un chant calme et profond. Cet Andante con variazioni semble prolonger, illustrer le choral de Bach qui précède. Dans le brillant Scherzo qui suit, le jeu du pianiste se fait vif et bondissant out en conservant la plénitude, la rondeur de sa sonorité. Le troisième volet porte le titre explicite, de la main même de Beethoven : Marcia funebre sulla morte d’un Eroe (Marche funèbre sur la mort d’un Héros). Préfigurant la Marche funèbre de la Symphonie Héroïque qui verra le jour l’année suivante, ce mouvement prend des allures symphoniques. Nicholas Angelich s’attache à en souligner admirablement ce beau déploiement de couleurs quasiment instrumentales. Le mouvement final, Allegro, adopte la forme d’un Rondo. L’apparente désinvolture cache de moins en moins la révolte, une obscure douleur qui se manifeste jusqu’aux dernières notes qui investissent les profondeurs du clavier.



Le grand pianiste Nicholas Angelich - Photo Marc Ribes/Virgin Classics -

La transition vers les sept Fantaisies opus 116, de Johannes Brahms, s’opère tout naturellement. Avec cette œuvre, sommet d’émotion crépusculaire, le vent se lève. Nicholas Angelich lui confère un souffle, une densité, absente de toute lourdeur, qui fascinent immédiatement. Le velours de sa sonorité, son sens du legato, la subtilité de son jeu font ici des merveilles. Alternant Capriccii et Intermezzi, ces sept pièces explorent tous les affects d’une fin de vie. Sous les doigts inspirés du pianiste, les Capriccii n° 1 et n° 3 déchaînent des tempêtes. A l’opposé, l’Intermezzo n° 4 (Adagio) prend des allures de confidences intimes. L’Andantino de l’Intermezzo n° 6 déploie quant à lui tous les attraits d’une rêverie poétique. Le Capriccio final, Allegro agitato, emprunte à Schumann sa fantaisie, son imagination, son style. Hommage du vieux Brahms au mentor de sa propre jeunesse ? C’est en tout cas en ce sens que l’interprète dirige son regard.
Il faut bien la durée d’un entracte pour absorber la transition de Brahms à Prokofiev. La Sonate n° 8, en si bémol majeur, constitue la dernière pièce du triptyque des « Sonates de guerre ». Créée en 1944 par Emil Gillels, cette partition dense et riche a été caractérisée par Sviatoslav Richter : « Comme un arbre qui ploie sous le poids de ses fruits » ! L’Andante dolce, qui ouvre le premier mouvement, se charge d’un mystère inquiétant que dissipe la partie centrale Allegro moderato de ce premier volet. Nicholas Angelich, expert en la matière déploie ici une incroyable palette de couleurs, proche de celle de tout un orchestre symphonique. Le relativement court Andante sognante central se pare d’une élégance que l’interprète souligne avec tendresse. Le Vivace final retrouve le motorisme cher à Prokofiev. Néanmoins, rien de systématique ne caractérise sa construction. On admire l’incroyable variété des touchers, des couleurs, des rythmes convoqués par l’interprète. Nicholas Angelich se lâche finalement dans une coda diabolique qui conclut cette sonate sur un époustouflant délire des doigts. Aucune limite ne vient modérer le feu qui envahit un paysage ravagé.
Comment ne pas susciter l’enthousiasme après un tel engagement ? Longuement acclamé, le pianiste revient sur scène et nous gratifie de trois bis supplémentaires. Deux pièces de Chopin, une Mazurka et une Valse (la fameuse Valse opus 64, nº 1, connue sous le nom de « Valse minute » ou encore « Valse du petit chien » !) précèdent la sereine « Traümerei » (Rêverie) de Schumann. De quoi apaiser enfin l’excitation de cette soirée.
Ainsi s’achève donc cette belle 38ème édition de Piano aux Jacobins. Vive la 39ème !

Serge Chauzy
Article mis en ligne le 30 septembre 2017

 

infos
 
Informations sur le
Festival International,
Piano aux Jacobins -
page d'accueil :


www.pianojacobins.com


Le programme général :


www.pianojacobins.com
/programme-festival.html

Réservations par téléphone :

05 61 22 40 05

par Email :

contact@pianojacobins.com


ou sur le site internet :

www.pianojacobins.com
.

Ouverture de la billetterie :

Pour les abonnements, à partir du 2 mai
Pour les places à l’unité, à partir du 9 mai


Programme du concert donné le 29 septembre 2017 à 20 h au cloître des Jacobins de Toulouse

* J. S. Bach/F. Busoni
- Choral « Nun komm der Heiden Heiland » BWV 61

* L. van Beethoven
- Sonate n° 12 en la bémol majeur op. 26

* J. Brahms
- Fantaisies op. 116

* S. Prokofiev

- Sonate n° 8 en si bémol majeur, op. 84
 
Les saisons musicales
lyrique et
chorégraphique
toulousaines

 
2018-2019
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

 

copyright © 2007
www.classictoulouse.com
- tous droits réservés -
infos légales

 

 

 

entretiens - festivals - concerts - danse - opéra - disques - dvd - partenaires - contacts - liens - index