www.classicToulouse.com
classic toulouse
Annonces
 
L'Offrande Musicale
2ème édition
29/06 au 11/07/2022
Festival de la Vézère
41ème édition
06/07 au 16/08/2022
Festival de Toulouse
Concerts sous les étoiles
08 au 24/07/2022
Piano aux Jacobins
43ème édition
09 au 30/09/2022
 
Critiques
 
Passe ton Bach d'abord
14ème édition
10, 11 et 12/06/2022
Camon en Musiques
5ème édition
14/05/2022
Toulouse les Orgues
26ème édition
05 au 17/10/2021
Passe ton Bach d'abord
13ème édition
24, 25 et 26/09/2021
Piano aux Jacobins
Alexandre Kantorow
14/09/2021
Piano aux Jacobins
Simone Dinnerstein
08/09/2021
Festival de Prades
Les Sacqueboutiers
10/08/2021
Festival de la Vézère
Don Giovanni
Wolfgang Amadeus Mozart
Carmen
Georges Bizet
07 et 08/08/2021
Opéra des Landes
Pelléas et Mélisande
Claude Debussy
18/07/2021
Camon en Musiques
4ème édition
17 au 19/04/2021
Toulouse les Orgues
25ème édition
Concert de la Loge
Benjamin Alard, orgue
18/10/2020
Piano aux Jacobins
41ème édition
David Kadouch
23/09/2020
Piano aux Jacobins
41ème édition
Bertrand Chamayou
09/09/2020
Toulouse les Orgues
25ème édition
Raconte-moi l'orgue
26/08/2020
Toulouse les Orgues
24ème édition
1er au 13/10/2019
Piano aux Jacobins
40ème édition
Boris Berezovski
30/09/2019
Piano aux Jacobins
40ème édition
Elisabeth Leonskaja
25/09/2019
Piano aux Jacobins
40ème édition
David Fray
18/09/2019
Piano aux Jacobins
40ème édition
Nicholas Angelich
17/09/2019
Piano aux Jacobins
40ème édition
Nelson Goerner
12/09/2019
Piano aux Jacobins
40ème édition
Christian Zacharias
Alexandre Kantorow
05 et 06/09/2019
Festival de la Vézère
Madame Butterfly
G. Puccini
10/08/2019
Festival de la Vézère
L'Italienne à Alger
G. Rossini
09/08/2019
Festival Castell Peralada
El Quijote del Plata
26/07/2019
Passe ton Bach d'abord
12ème édition
07, 08 et 09/06/2019
Toulouse les Orgues
Jour de fête
Michel Bouvard
Christophe Coin
12/10/2018
Toulouse les Orgues
L'Amour divin
Le Rapt invisible
03/et 04/10/2018
Piano aux Jacobins
Bertrand Chamayou, piano
Elodie Sicard, danse
19/09/2018
Piano aux Jacobins
Steven Osborne
14/09/2018
Piano aux Jacobins
Alexandre Tharaud
12/09/2018
Piano aux Jacobins
Nicolas Horvath-Moondog
08/09/2018
Piano aux Jacobins
Joseph Moog
06/09/2018
Piano aux Jacobins
Joaquín Achúcarro
05/09/2018
Festival Castell Peralada
Amore
Svetlana Zakharova
13/08/2018
Festival de la Vézère
La Chauve-Souris
Johann Strauss fils
11/08/2018
Festival de la Vézère
L'Enlèvement au Sérail
Wolfgang Amadeus Mozart
10/08/2018
Festival Castell Peralada
Récital Javier Camarena
29/07/2018
Festival Castell Peralada
Récital Jonas Kaufmann
28/07/2018
Festival Castell Peralada
Thaïs, Jules Massenet
27/07/2018
Toulouse d'été
15ème édition
18, 19 et 20/07/2018
Passe ton Bach d'abord
11ème édition
01/06 au 03/06/2018
 

 

Festivals/ Opéra des Landes 2021 - Pelléas et Mélisande - Claude Debussy
18 juillet 2021
     

CRITIQUE

Un énorme pari... réussi !

Oser afficher le chef-d’œuvre lyrique de Claude Debussy sur un lieu de villégiature estivale plus connu pour ses magnifiques plages, Soustons en l’occurrence, est un pari hyper-risqué. Programmer dans les années passées des titres tels que Don Giovanni ou, dernièrement, L’Elixir d’amour peut se comprendre aisément. Mais proposer le texte de Maurice Maeterlinck sur la sublime musique de celui qui signait Claude de France relevait d’une toute autre gageure pour Olivier Tousis, fondateur il y a près d’un quart de siècle de ce festival en terre landaise. Autant le dire tout de suite, le challenge est relevé haut la main. Et de quelle manière !

C’est devant la magnifique façade de la non moins superbe demeure bourgeoise sise dans le Parc de la Pandelle que se déroule l’action. Une action, nous le savons, toute en nuances et centrée au cœur de l’intime. En fait, peu d’action mais des regards échangés, des paroles murmurées parfois, des gestes esquivés plus qu’achevés.



Scène finale - De gauche à droite : Geneviève (Nathalie Espallier),
Golaud (Laurent Alvaro), Arkel (Thomas Dear) et Mélisande (Manon Lamaison)
- Photos Kristof T’Siolle -

Olivier Tousis, également metteur en scène de cette production a parfaitement saisi l’ambiance de cet opéra à la limite d’une féerie avec son royaume, son vieux souverain, sa grotte mystérieuse tout comme une certaine fontaine, une couronne perdue, une sombre forêt. Une féérie dramatique aussi.... L’approche scénique est donc plus que délicate, voire en certains lieux impossible à rendre dans toute la complexité du livret. Afin de créer une géométrie spatiale à sa mise en scène, Olivier Tousis a tout simplement flanqué la façade d’échafaudages de chantier. Tenant lieu de praticables, ils vont entourer la scène en même temps qu’enserrer les personnages dans un huis clos totalement angoissant.


Scène de la tour – Mélisande (Manon Lamaison) et Pelléas (Frédéric Cornille)
- Photos Kristof T’Siolle -

O

Seul habitué de cette partition, Laurent Alvaro incarne autant de sa stature que de sa puissante voix de baryton-basse un Golaud torturé par la jalousie. Tous les autres interprètes sont en prise de rôle. Vu la difficulté de l’ouvrage il s’agissait pour eux d’une entreprise lourde de sens et d’engagement autant vocal que scénique.
Saluons donc comme il convient l’émouvante Geneviève de Nathalie Espitallier, l’attachant Yniold de Faustine Egiziano et le noble Arkel de Thomas Dear avant d’en venir aux rôles-titres. Si Mélisande ne soumet pas les gosiers à des exploits belcantistes, il n’en demeure pas moins qu’elle nous permet ici d’apprécier le soprano lumineux et parfaitement conduit de Manon Lamaison, belle interprète qui devra cependant perfectionner une prosodie parfois défaillante. Ce qui n’est pas le cas d’ailleurs, et il faut le souligner, de cette distribution et particulièrement du Pelléas de Frédéric Cornille.

Ce rôle est chanté selon les ambitus de chacun soit par un ténor soit par un baryton lyrique. L’interprète de ce soir appartient à cette dernière tessiture. Le phrasé est ici exemplaire de netteté, on comprend le texte à l’instar d’une lecture, le timbre est clair et lumineux, les accents déchirants de douleur contenue s’appuient sur des graves veloutés et sur une quinte aiguë sans faille aucune, un physique avantageux mettant très en avant la sensibilité du personnage complète le portrait d’un interprète sur lequel il faut d’ores et déjà compter pour cet emploi.
Sous la direction musicale de Philippe Forget, c’est la pianiste Nathalie Dang qui accompagne avec infiniment de délicatesse et de musicalité ce spectacle qui recueille en ce soir d’été un véritable et mérité triomphe.

Robert Pénavayre
Article mis en ligne le 23 juillet 2021

 

infos
 
 
Les saisons musicales
lyrique et
chorégraphique
toulousaines

 
 
2020-2021
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

 

copyright © 2007
www.classictoulouse.com
- tous droits réservés -
infos légales

 

 

 

entretiens - festivals - concerts - danse - opéra - disques - dvd - partenaires - contacts - liens - index