www.classicToulouse.com
Articles
 
Beethoven, Brahms, Bartók
Orchestre national du
Capitole, Tugan Sokhiev
Vadim Gluzman, violon
Lohengrin
R. Wagner
Opéra de Dresde
Le Pêcheurs de perles
G. Bizet
Metropolitan de New-York
Turandot
G. Puccini
Scala de Milan
New Year's concert 2017
Wiener Philharmoniker
Gustavo Dudamel
Andrea Chénier
U. Giordano
Royal Opera House London
Les petits plaisirs du
Seicento
Les Passions
Orangerie de Rochemontès
La Donna del lago
G. Rossini
Metropolitan de New-York
Macbeth
G. Verdi
Metropolitan de New-York
Maurizio Pollini
De main de maître
La Traviata
G. Verdi
Opéra national de Paris
La Finta Giardiniera
W. A. Mozart
Opéra de Lille
Viva Verdi
The La Scala Concert
Riccardo Chailly
Les Parapluies de
Cherbourg
M. Legrand
Théâtre du Châtelet
Otello
G. Verdi
METde New York
Pavarotti Plus at the
Royal Albert Hall
20th Anniversary Edition
Guillaume Tell
G. Rossini
Festival de Pesaro
La Favorite
G. Donizetti
Théâtre du Capitole
Rigoletto
G. Verdi
MET New York
Les Vêpres siciliennes
G. Verdi
Royal Opera House
Dialogues des Carmélites
F. Poulenc
Théâtre Champs-Elysées
Hippolyte et Aricie
J.-P. Rameau
Opéra de Paris
Natalie Dessay
Michel Legrand
Entre elle et lui
Métamorphose Bach
Axel Arno, Edouard Ferlet
Maurice Salaün
Il trovatore
G. Verdi
Berlin
Maria Stuarda
G. Donizetti
Metropolitan Opera NY
Parsifal
R. Wagner
Metropolitan Opera NY
Le Comte Ory
G. Rossini
Opernhaus Zürich
Eugène Onéguine
P. I. Tchaïkovski
Metropolitan Opera NY
Faust
Ch. Gounod
Metropolitan Opera NY
 

 

DVD/ La Traviata – Giuseppe Verdi - Opéra national de Paris
     

A l’ombre écrasante des grandes anciennes

Pourquoi une telle captation ? C’est un peu la question que nous pouvons nous poser. Bien sûr, imaginons que les contrats ont été signés des années avant sans trop savoir ce que le présent allait proposer. Et justement, que nous propose-t-il ?

Tout d’abord, une déception de taille : la production, signée Benoît Jacquot, que l’on a connu bien plus inspiré dans le monde de l’opéra (Werther, Tosca), ici accompagné, pour les décors, de Sylvain Chauvelot, et pour les costumes de Christian Gasc.

O

Déception, pourquoi ? Parce que pas l’ombre d’une émotion ne va surgir de ce dispositif (un vaste escalier, un arbre, un lit gigantesque surmonté de l’Olympia de Manet), rien d’original et surtout rien qui interpelle vraiment sur le sort de cette femme broyée par les conventions surannées d’une époque et d’une société hypocrite. De plus, manière de nous mettre à la place du spectateur, la caméra va se loger souvent derrière les épaules dénudées d’une jeune femme, occultant ainsi une grande partie du plateau (?). Sans oublier ce qui fait la marque de ce metteur en scène, également réalisateur de ce DVD, les inévitables back stages pendant le spectacle. Soit. Mais, à vrai dire, Benoît Jacquot, pour sa première Traviata, s’est trouvé confronté à l’une des grandes divas actuelles, la soprano allemande Diana Damrau.

Sa Violetta est connue des scènes les plus prestigieuses de la planète et, de fait, la voix est intrinsèquement magnifique, même si ce soir-là, le suraigu, non écrit, qui clôture le premier acte n’est pas des plus immortels. Le problème réside dans le peu d’incarnation dont elle investit son personnage et la captation vidéo est mortelle sur le sujet. Surjouant comme il n’est plus autorisé de nos jours, elle renvoie à certaines Traviata du siècle dernier, lorsqu’il n’était question que de chant. Comment cette artiste n’a-t-elle rien retenu des leçons de Maria Callas, de Virginia Zeani et de tant d’autres qui, sans avoir son potentiel vocal rendaient le personnage autrement émouvant. Nous sommes devant la différence entre une chanteuse et une artiste. Mais le statut de star vaut… ce qu’il vaut. A ses côtés, le ténor italien Francesco Demuro, malgré aussi d’évidentes qualités de timbre et de phrasé, n’est pas tout à fait digne de notre première scène nationale. Ludovic Tézier, comme à son habitude, se contente de très bien chanter le rôle de Germont. Et ce n’est pas la direction un rien brouillonne de Francesco Ivan Ciampa, à la tête de l'Orchestre et du Chœur de l'Opéra national de Paris, qui peut sauver ce spectacle. Revenons-en à notre question liminaire : pourquoi ? Alors que de magnifiques spectacles en région ne demandent qu’à être vus par le plus grand nombre, voire immortalisés par le DVD.

Robert Pénavayre

 

infos
 


« La Traviata », de Giuseppe Verdi – ERATO
– 1 DVD
– Prix Fnac : 19,99 €

 

 
 

 

copyright © 2007
www.classictoulouse.com
- tous droits réservés -
infos légales

 

 

 

entretiens - festivals - concerts - danse - opéra - disques - dvd - partenaires - contacts - liens - index