www.classicToulouse.com
Articles
 
Beethoven, Brahms, Bartók
Orchestre national du
Capitole, Tugan Sokhiev
Vadim Gluzman, violon
Lohengrin
R. Wagner
Opéra de Dresde
Le Pêcheurs de perles
G. Bizet
Metropolitan de New-York
Turandot
G. Puccini
Scala de Milan
New Year's concert 2017
Wiener Philharmoniker
Gustavo Dudamel
Andrea Chénier
U. Giordano
Royal Opera House London
Les petits plaisirs du
Seicento
Les Passions
Orangerie de Rochemontès
La Donna del lago
G. Rossini
Metropolitan de New-York
Macbeth
G. Verdi
Metropolitan de New-York
Maurizio Pollini
De main de maître
La Traviata
G. Verdi
Opéra national de Paris
La Finta Giardiniera
W. A. Mozart
Opéra de Lille
Viva Verdi
The La Scala Concert
Riccardo Chailly
Les Parapluies de
Cherbourg
M. Legrand
Théâtre du Châtelet
Otello
G. Verdi
METde New York
Pavarotti Plus at the
Royal Albert Hall
20th Anniversary Edition
Guillaume Tell
G. Rossini
Festival de Pesaro
La Favorite
G. Donizetti
Théâtre du Capitole
Rigoletto
G. Verdi
MET New York
Les Vêpres siciliennes
G. Verdi
Royal Opera House
Dialogues des Carmélites
F. Poulenc
Théâtre Champs-Elysées
Hippolyte et Aricie
J.-P. Rameau
Opéra de Paris
Natalie Dessay
Michel Legrand
Entre elle et lui
Métamorphose Bach
Axel Arno, Edouard Ferlet
Maurice Salaün
Il trovatore
G. Verdi
Berlin
Maria Stuarda
G. Donizetti
Metropolitan Opera NY
Parsifal
R. Wagner
Metropolitan Opera NY
Le Comte Ory
G. Rossini
Opernhaus Zürich
Eugène Onéguine
P. I. Tchaïkovski
Metropolitan Opera NY
Faust
Ch. Gounod
Metropolitan Opera NY
 

 

DVD/ Le Comte Ory, G. Rossini / Opernhaus Zürich
     

Nouvelle édition critique

L’intérêt majeur de cet enregistrement réside bien dans la découverte d’une nouvelle édition établie par Damien Colas pour Bärenreiter-Verlag. Elle inclut des passages coupés pendant les répétitions et se base donc sur le matériel interprétatif plutôt que sur la partition imprimée à l’origine de la version jusqu’à présent exclusive de cet opéra. Le final du 1er acte est l’une des modifications majeures apportées par cette nouvelle production.
O
O
Autre point d’intérêt et pas des moindres, cet enregistrement est réalisé avec l’aide d’un orchestre d’instruments anciens, La Scintilla, dont les sonorités  et les coloris, conjugués à l’énergie et à la vivacité de Muhai Tang, donnent littéralement naissance à une autre écoute de l’ouvrage. Moshe Leiser et Patrice Caurier situent l’action à la fin de la dernière guerre, au moment où les troupes américaines délivrent la France. Pourquoi pas, d’autant que, malgré les anachronismes que cela peut entraîner avec le texte, l’idée est bien là, avec toute la grivoiserie et la sensualité pour ne pas parler d’autre chose, qui hantent cet ouvrage. Et pour le coup, les deux compères ne se refusent rien, jusqu’à la caravane lupanar du Comte Ory. Ils auraient tort car la distribution réunie en ce 31 décembre 2011 joue le jeu de manière convaincante.

A commencer par la star locale, Cecilia Bartoli. Elle campe une Adèle qui n’hésite pas trop à sauter, complètement dépoitraillée, sur ce pauvre Isolier, ravi des circonstances. C’est enlevé, pas très finaud parfois, mais il faut bien reconnaître que le livret et les situations qu’il contient relèvent particulièrement de la gaudriole. Créée par la soprano Laure Cinti-Damoreau, qui sera la première Mathilde du Guillaume Tell rossinien, Adèle est donc ici interprétée par un mezzo, au registre certes étendu mais à la couleur bien précise également. Si certains peuvent se lasser des incessantes roucoulades stroboscopiques de Cecilia Bartoli, et on les comprend, force est de constater la parfaite maîtrise d’une voix dont la projection est limitée mais la virtuosité souveraine. Cela dit et dans la salle de 1100 places de l’Opéra de Zurich, dont l’excellente acoustique est légendaire, l’Adèle de la Bartoli finit par convaincre, abattage monumental aidant. Loin de lui laisser la première place, Javier Camarena se lance lui aussi dans un Comte débridé, ne reculant devant aucune excentricité ni vocalise périlleuse. C’est net et précis. Sans bavure. La suite du cast, de petite facture, appartient à la troupe de cette maison d’opéra, à part Le Gouverneur d’Ugo Guagliardo. Dommage.
Si ce n’est pour l’authenticité musicale, la précédente version du Met continue d’occuper le haut du podium.

Robert Pénavayre

 

 

infos
 


« Le Comte Ory » de Gioacchino Rossini – DECCA – 1 DVD –
Prix Fnac : 26 €

 
 

 

copyright © 2007
www.classictoulouse.com
- tous droits réservés -
infos légales

 

 

 

entretiens - festivals - concerts - danse - opéra - disques - dvd - partenaires - contacts - liens - index