www.classicToulouse.com
Annonces
 
Orchestre de Chambre de
Toulouse
Concerts du mois de
Septembre 2019
Toulouse Guitare
Saison 2019-2020
Présentation
13/09/2019
 
Critiques
 
Orchestre du Capitole
Tugan Sokhiev, direction
Behzod Abduraimov, piano
14/09/2019
Musique en Dialogue aux
Carmélites
Préludes poétiques
01/09/2019
Musique en Dialogue aux
Carmélites
Terre, nature et liberté
25/08/2019
À bout de souffle
Stéphane Delincak, dir.
Magnificat, Dies Irae...
13/08/2019
Musique au Brésil
Orchestre Symphonique
Municipal de Campinas
Victor Hugo Toro, dir.
Simone Leitão, piano
20/07/2019
Orchestre du Capitole
Kahchun Wong, direction
Moondog
29/06/2019
Musique en Dialogue aux
Carmélites
Duende y misterio
16/06/2019
A bout de souffle
Stéphane Delincak, dir.
Mistero Buffo
14 et 15/06/2019
Orchestre du Capitole
Tugan Sokhiev, direction
Chœur du Capitole
Garry Magee, baryton
10/06/2019
Grands Interprètes
Nelson Freire, piano
05/06/2019
Orchestre du Capitole
Klaus Mäkelä, direction
István Várdai, violoncelle
25/05/2019
Grands Interprètes
Les Siècles
François-Xavier Roth, dir.
Marie Lenormand, mezzo
23/05/2019
Grands Interprètes
Budapest Festival Orch.
Iván Fischer, direction
Emanuel Ax, piano
20/05/2019
Orchestre du Capitole
Ben Gernon, direction
Louis Schwizgebel, piano
18/05/2019
Clefs de Saint-Pierre
"Quatuor pour la fin du
Temps"
13/05/2019
Orchestre du Capitole
Josep Pons, direction
Anne Schwanewilms, sop.
11/05/2019
La Saison Bleue
Cuarteto Quiroga
30/04/2019
Orchestre L'Enharmonie
Serge Krichewsky, dir.
Philippe Monferran, piano
29/04/2019
Orchestre du Capitole
Joseph Swensen, direction
Janina Baechle, mezzo
Christian Elsner, ténor
27/04/2019
Rotary-Tlse-Lauragais
Constant Despres, piano
Chœur Octambule
25/04/2019
Orchestre du Capitole
Tugan Sokhiev, direction
Vadim Gluzman, violon
17/04/2019
Orchestre du Capitole
Tugan Sokhiev, direction
Raquel Camarinha, sop.
Renaud Capuçon, violon
12/04/2019
Les Arts Renaissants
Thibaut Garcia, guitare
Boris Grelier, flûte
10/04/2019
Les Sacqueboutiers
La Maîtrise de Toulouse
"Missa pro defunctis"
09/04/2019
Grands Interprètes
Martha Argerich et
Lilya Zilberstein, pianos
06/04/2019
Orchestre du Capitole
Maxim Emelyanychev,
piano et direction
05/04/2019
Clefs de Saint-Pierre
"Temps de guerre"
18/03/2019
Grands Interprètes
Le Bolchoï de Russie
Tugan Sokhiev, direction
13, 14 et 15/03/2019
Grands Interprètes
Bertrand Chamayou, piano
Sol Gabetta, violoncelle
11/03/2019
Orchestre du Capitole
Kazuki Yamada, direction
Sandrine Piau,
Karine Deshayes,
Chœur du Capitole
08/03/2019
Orchestre du Capitole
La Damnation de Faust
H. Berlioz
Tugan Sokhiev, direction
Chœur et Maîtrise du
Capitole
22/02/2019
Les Arts Renaissants
Quatuor Hagen
20/02/2019
Grands Interprètes
Thomas Enhco, piano
Vassilena Serafimova,
marimba
18/02/2019
Les Sacqueboutiers
La Musique au féminin
Paulhac (Haute Garonne)
16/02/2019
 
 

 

Concerts/ La Saison Bleue / Cuarteto Quiroga - 30 avril 2019
     
COUP DE CŒUR

CRITIQUE

Le voyage au bout de la guerre

Pour le dernier concert de sa Saison Bleue, Alain Lacroix a invité, pour la première fois à Toulouse, un quatuor à cordes espagnol en pleine ascension musicale, le Cuarteto Quiroga. La découverte s’avère de première importance ! Dans un programme intelligemment conçu et formidablement défendu, les quatre musiciens ont ébloui le public de l’auditorium du musée Les Abattoirs, ce 30 avril dernier.

Depuis sa création en 2003, le Cuarteto Quiroga a travaillé auprès de Rainer Schmidt (du Quatuor Hagen) à la Escuela Superior de Música Reina Sofía de Madrid, avec Walter Levin (du Quatuor LaSalle) à la Musikakademie der Stadt Basel ainsi qu’avec Hatto Beyerle (du Quatuor Alban Berg) à la European Chamber Music Academy.
Lauréat de nombreux concours internationaux (Bordeaux, Paolo Borciani, Genève, Beijing, Fnapec-Paris, Palau-Barcelona), l’ensemble parcourt les scènes les plus prestigieuses du monde entier. Il a remporté en 2007 le prix Culture de la Radio Nationale espagnole et plus récemment, en octobre 2018, il s’est vu décerner le très prestigieux Premier Prix National de Musique. En résidence au Palais Royal de Madrid, le Cuarteto Quiroga (qui emprunte son nom au grand violoniste galicien Manuel Quiroga) a été nommé responsable de la Collection Royale de Stradivarius. La personnalité de son approche du répertoire du quatuor à cordes fait de cette formation l'une des plus audacieuses de sa génération. Cette formation est composée d’Aitor Hevia et Cibràn Sierra, violons, Josep Puchades, alto et Helena Poggio, violoncelle. Sa venue à Toulouse bénéficie d’un partenariat avec ProQuartet – Centre européen de musique de chambre, un programme qui contribue au rayonnement du quatuor à cordes, au soutien de l’ensemble de la communauté de la musique de chambre et à l’élargissement de tous les publics.



Le Cuarteto Quiroga à l'auditorium du musée Les Abattoirs
©Romaric Pouliquen - Mairie de Toulouse
Présenté avec finesse et sensibilité par Cibrán Sierra, le programme de cette fin d’après-midi printanière s’insère dans la thématique choisie pour cette série de concert « Picasso et l’exil ». L’essentiel des œuvres présentées concerne le tragique épisode de la Guerre civile espagnole. Turina, Halffter, Ginastera. Au cœur de ce voyage aux couleurs ibériques, Chostakovitch apporte une note externe d’une grande puissance dramatique.
L’Oración del torero, de Joaquin Turina, évoque le bonheur qui précède le cataclysme guerrier. Inspiré par la vision du torero en prière avant la corrida, cette pièce est écrite à l’origine pour quatuor de luths. Dans sa version pour quatuor à cordes, les musiciens en explorent les couleurs et les parfums, la poésie où affleure pourtant le drame au cœur de l’arène, avec un art d’une subtilité extrême. On admire immédiatement la cohésion de l’ensemble, la précision du jeu commun, la beauté des sonorités habilement mêlées.

Avec Ocho tientos, d’Ernesto Halffter, le thème du déracinement prend corps. Le compositeur, né à Madrid en 1900 fut naturalisé mexicain à la suite de son exil consécutif à la Guerre civile espagnole. Néanmoins, les huit petits tableaux que joue le Cuarteto Quiroga débordent de fantaisie, de joie. Il y règne une agitation fébrile dans laquelle jaillit notamment un hennissement réjouissant. Autant d’épisodes animés qui révèlent la perfection du jeu commun des musiciens, à la fois fondus en un même creuset instrumental et pourtant d’une incroyable richesse colorée individuelle.
Le Quatuor n° 1 de l’Argentin Alberto Ginastera évoque quant à lui un autre exil. Le compositeur a dû fuir son pays livré à la dictature des colonels pour se réfugier en Suisse où il est mort en 1983. Très imprégné de la culture populaire de l’Argentine, il intègre dans toutes ses œuvres, et en particulier dans le premier de ses trois quatuors à cordes, des éléments folkloriques liés à l’exaltation de cette pampa emblématique. Si le premier mouvement, intitulé à juste titre Allegro violento ed agitato, déploie un rythme exigeant et complexe, le deuxième, Vivacissimo, est habité d’une atmosphère fantomatique. Seul le Calmo e poetico se défait de toute agitation rythmique. Une agitation que retrouve, comme pour une fête, l’Allegramente rustico final.


Les membres du Cuarteto Quiroga à l'issue du concert
©Romaric Pouliquen - Mairie de Toulouse

Pourtant, c’est au cœur de ce programme qu’explose littéralement le plus poignant des témoignages. Le Quatuor n° 8, probablement le plus célèbre de Dmitri Chostakovitch, dédié en 1960 à la mémoire des victimes de la guerre et du fascisme, plonge au plus profond de la douleur humaine. Le premier des cinq mouvements enchaînés s’ouvre sur les notes qui traduisent, dans la notation anglo-saxonne les initiales du compositeur : D S C H (Dmitri Schostakovitch dans l’écriture allemande), soit : ré, mib, do, si. Ce thème-signature balise l’ensemble de l’œuvre comme une obsession hallucinée. A travers un jeu commun impressionnant de rigueur et d’une intensité expressive jamais extérieure à la musique, les interprètes s’approprient la douleur, la terreur même qui imprègne toute l’œuvre, la révolte qui par instants tente de s’imposer. La violence des trois accords récurrents, sorte de cris de désespoir qui parcourent toute la partition, noue la gorge et donne la chair de poule. On n’oubliera pas de sitôt l’intensité de cette interprétation !
Légitimement acclamés, les musiciens offrent un bis exceptionnel, puisque composé spécialement par eux pour cette participation toulousaine. Sous le titre « Lincoln en Jarama » (du nom de la bataille de Jarama à laquelle participa la Brigade Abraham Lincoln en février 1937) cette pièce est dédiée aux Brigades Internationales, ces forces populaires rassemblant des individus de toutes nationalités qui ont tenté d’aider la République espagnole poignardée par les forces franquistes, sous le regard  indifférent des grandes nations. Ce bel hommage musical reprend d’ailleurs quelques-uns des chants patriotiques de cette épopée. On entend notamment le célèbre « Bella ciao » et le « Chant des oiseaux » du grand Pau Casals. L’émotion est à son comble.
Voici qui conclut en apothéose ce cycle musical de la Saison Bleue associé à l’exposition consacrée pour la première fois, au musée Les Abattoirs, aux rapports entre Picasso et l'exil espagnol.

Serge Chauzy
Article mis en ligne le 2 mai 2019

 

infos
 
 

Renseignements et réservations :

www.lasaisonbleue.
toulouse.fr

Programme du concert donné le 30 avril 2019 à 18 h 15 à l'auditorium du musée Les Abattoirs

* J. Turina
- Oración del torero

* D. Chostakovich
- Quatuor à cordes n°8, en ut mineur, op.110

* R. Halffter
- Ocho Tientos, op.35

* A. Ginastera
- Quatuor à cordes, n°1, op.20

 
Les saisons musicales
lyrique et
chorégraphique
toulousaines

 
2019-2020
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

 

copyright © 2007
www.classictoulouse.com
- tous droits réservés -
infos légales

 

 

 

entretiens - festivals - concerts - danse - opéra - disques - dvd - partenaires - contacts - liens - index