www.classicToulouse.com
classic toulouse
Annonces
 
Musique en Dialogue
aux Carmélites
18/06 au 28/08/2022
Les Arts Renaissants
Saison 2022-2023
Grands Interprètes
Saison 2022-2023
02/06/2022
Les Clefs de Saint-Pierre
Saison 2022-2023
31/05/2022
Orchestre nat. du Capitole
Saison 2022-2023
Présentation
23/05/2022
Orchestre nat. du Capitole
La démission de
Tugan Sokhiev
06/03/2022
Association AIDA
Projet Démos
05/10/2021
 
Critiques
 
Musique en Dialogue
aux Carmélites
Mūza Rubackyté, piano
Olivier Bellamy, récitant
19/06/2022
Orchestre nat. du Capitole
Maxim Emelyanychev, dir.
Katia et Marielle Labèque,
pianos
17/06/2022
Orchestre nat. du Capitole
Cornelius Meister, dir.
Sunwook Kim, piano
10/06/2022
Orchestre nat. du Capitole
Jukka-Pekka Saraste, dir.
Verdi Requiem
31/05/2022
Orchestre nat. du Capitole
Ryan Bancroft, direction
Benjamin Beilman, violon
26/05/2022
Toulouse Guitare
Gaëlle Solal, Rafaël Léger
20/05/2022
Les Sacqueboutiers
Ensemble vocal Tempus 21
Les Trois "S"
19 et 20/05/2022
Orchestre de Chambre
de Toulouse
Gilles Colliard, direction
12/05/2022
Les Clefs de Saint-Pierre
Du côté de chez Ludwig
09/05/2022
Orchestre nat. du Capitole
Joseph Swensen, direction
06/05/2022
Orchestre nat. du Capitole
Xian-Zhang, direction
Kristi Gjezi, violon
30/04/2022
Orchestre nat. du Capitole
Frank Beermann, direction
David Fray, piano
23/04/2022
Les Arts Renaissants
Quatuor Ellipsos
19/04/2022
Grands Interprètes
Camerata Salzburg
Fazil Say, piano
19/04/2022
Toulouse Guitare
Trio Cavalcade
15/04/2022
Musique pour la paix
Eglise du Gesu
09/04/2022
Les Arts Renaissants
Venice Baroque Orchestra
Andrea Marcon, direction
Chouchane Siranossian,
violon
29/03/2022
Grands Interprètes
Orchestre Philharmonique
de Radio-France
Myung-Whun Chung, piano
et direction
26/03/2022
Orchestre nat. du Capitole
Direction Fuad Ibrahimov
Orféon Donostiarra, José
Antonio Sainz Alfaro, dir.
25/03/2022
Orchestre l'Enharmonie
Serge Krichewsky, dir.
Vincent Martinet, piano
17/03/2022
Toulouse Guitare
Antoine Morinière, guitare
Joachim Maudet, danse
11/03/2022
Association Gabriel Fauré
Le Duo des lames
10/03/2022
Orchestre nat. du Capitole
Wilson Ng, direction
Julien Martineau,mandoline
05/03/2022
Grands Interprètes
Wiener Symphoniker
Andrés Orozco-Estrada,
direction
Vilde Frang, violon
03/03/2022
Orchestre nat. du Capitole
Thomas Guggeis, direction
Bertrand Chamayou, piano
26/02/2022
Grands Interprètes
Martha Argerich et
Sergei Babayan, pianos
25/02/2022
Orchestre nat. du Capitole
Christian Arming, direction
Haochen Zhang, piano
17/02/2022
Orchestre nat. du Capitole
Kazuki Yamada, direction
Josef Špaček, violon
11/02/2022
Grands Interprètes
Les Musiciens du Louvre
Marc Minkowski, dir.
Thomas Dolié, baryton
07/02/2022
Orchestre nat. du Capitole
Speranza Scappucci, dir.
Le Villi, G. Puccini
05/02/2022
Les Arts Renaissants
Quatuor Hagen
Jörg Widmann, clarinette
01/02/2022
Les Clefs de Saint-Pierre
Viennoiseries
31/01/2022
Grands Interprètes
Hélène Grimaud
21/01/2022
Les Arts Renaissants
Le Banquet Céleste
Damien Guillon
18/01/2022
Grands Interprètes
Evgeny Kissin
18/01/2022
Théâtre du Capitole
Capella Reial de Catalunya
Concert des Nations
Jordi Savall, direction
10/01/2022
Orchestre nat. du Capitole
Maxim Emelyanychev, dir.
Aylen Pritchin, violon
07/01/2022
Mélodies hébraïques
Sarah Iancu, violoncelle
David Bismuth, piano
04/01/2022
Les Arts Renaissants
Café Zimmermann
Clément Janequin
Les Sacqueboutiers
14/12/2021
 

 

Concerts/ Grands Interprètes / Wiener Symphoniker,
Andrés Orozco-Estrada, direction, Vilde Frang, violon - 3 mars 2022
     

CRITIQUE

Vienne sur Garonne

Les Wiener Symphoniker, autrement dit l’Orchestre Symphonique de Vienne, deuxième orchestre principal de la capitale autrichienne, était à nouveau l’hôte de Toulouse, le 3 mars dernier, dans le cadre de la saison Les Grands Interprètes. Il faut remonter à 1997 pour retrouver la trace de la précédente visite de la formation symphonique viennoise, placée alors sous la direction du très français Georges Prêtre. Et auparavant, c’était sous la conduite de Rafael Frühbeck de Burgos que l’Orchestre avait effectué sa première visite.

C’est le chef d’orchestre et violoniste colombien Andrés Orozco-Estrada qui accompagne cette fois la nouvelle visite toulousaine de cette prestigieuse phalange. Nommé directeur musical des Wiener Symphoniker à compter de cette saison 2021/22, Andrés Orozco-Estrada succède ainsi à Philippe Jordan qui occupait ce poste depuis 2014. Réputé pour l’élégance et l’énergie de sa direction, ce musicien complet a décidé de consacrer à Ludwig van Beethoven le programme de ce concert. Deux de ses œuvres les plus populaires sont ainsi offertes au public toulousain : l’unique Concerto pour violon et orchestre du compositeur, ainsi que sa Symphonie n° 7.


Les Wiener Symphoniker dirigés par Andrés Orozco-Estrada - Photo Classictoulouse -

Un nouvel orchestre à la Halle aux Grains communique d’abord par sa sonorité. Avec ces musiciens réunis sous la baguette de leur nouveau directeur, c’est avant tout la réunion d’un ensemble de grandes qualités complémentaires qui frappe immédiatement l’oreille. L’étonnante densité des timbres n’empêche en rien la transparence sonore de l’ensemble. La précision de chaque intervention, l’équilibre entre les pupitres de cordes et de vents, la réactivité de chacun aux indications du chef constituent des caractéristiques qui conduisent à une cohérence absolue des interprétations proposées. Et puis on admire la spécificité viennoise des sonorités individuelle comme celle des fagotts germaniques, frères musicaux de nos bassons français.
L’unique concerto pour violon et orchestre de Beethoven ouvre donc la soirée. Composé entre ses troisième et quatrième symphonies, il constitue peut-être l’adieu aux concertos classiques et le premier des concertos de la période romantique. La soliste n’est autre que la jeune violoniste norvégienne Vilde Frang, déjà venue par deux fois à Toulouse en 2014 et en 2016 avec l’Orchestre national du Capitole. La longue introduction orchestrale plante un décor volontaire sous la direction énergique mais particulièrement nuancée d’Andrés Orozco-Estrada.


La violoniste norvégienne Vilde Frang, soliste du concerto de Beethoven
- Photo Classictoulouse -

Tout au long de cet Allegro ma non troppo initial, le dialogue entre le tutti et la soliste se développe entre la concorde et la rivalité. Le violon, à la sonorité incisive, s’approprie le discours et développe un phrasé peu traditionnel mais totalement convaincant. Les nuances extrêmes sont habilement soulignées. Dans le Larghetto cette large palette de couleurs se poursuit tout en ménageant de beaux moments de grâce. L’enchaînement avec le final Rondo, Allegro marque un contraste vigoureux. Le tempo vif révèle une expression énergique, équitablement partagé entre la soliste et la direction. Une certaine rage se manifeste même parfois dans les nuances extrêmes du jeu de la violoniste.
L’éclat final déclenche une salve d’applaudissements spontanés qui se prolonge jusqu’au retour de Vilde Frang pour un bis légèrement antérieur au concerto mais signé de Joseph Haydn. Il s’agit de l’Hymne Impérial qui illustre les paroles : « Gott erhalte Franz, den Kaiser », soit « Dieu protège Franz l’empereur ». La musique, composée par Haydn, fut largement utilisée par son auteur mais également par d’autres musiciens jusqu’à devenir l’hymne de la République Fédérale d’Allemagne !


Andrés Orozco-Estrada, directeur artistique des Wiener Philharmoniker
- Photo Classictoulouse -

La Symphonie n° 7 en la majeur du même Beethoven complète ce programme. Sa qualification par Richard Wagner d’« apothéose de la danse... » prend toute sa valeur lorsqu’on considère le rôle primordial qu’y tient le rythme. C’est bien ce caractère presque chorégraphique qu’illustre la direction acérée, vive d’Andrés Orozco-Estrada qui n’hésite pas à intégrer à son exécution toutes les reprises, parfois ignorées par certains. Le relief que permet la richesse colorée de l’orchestre se manifeste dès le Vivace qui suit l’introduction du premier volet. Un sommet d’émotion est atteint dans le mythique Allegretto que Beethoven lui-même qualifiait de « L’une de mes meilleures œuvres » ! Le rythme subtil mais immuable évoque ici un poignant battement de cœur.
Quant aux deux derniers mouvements, légitimement joués enchaînés, ils éclatent de vitalité. Le Presto, pris là aussi dans un tempo soutenu, illumine une sorte de recherche de la joie qui motive le dernier mouvement de l’ultime symphonie beethovénienne. La chevauchée qui caractérise le final Allegro con brio met littéralement le feu. L’enthousiasme parfaitement maîtrisé de l’orchestre et de la direction se prolonge dans la salle qui ovationne les interprètes.
Un bis orchestral vient finalement conclure cette soirée sur l’une des signature de l’orchestre viennois. Il ne s’agit pas vraiment d’une valse, mais de ce petit bijou qui a pour titre révélateur, Pizzicato Polka, de Johann Strauss fils et son frère Joseph. Un irrésistible clin d’œil qui témoigne des qualités de jeu et de précision des pupitres de cordes de cette magnifique phalange.
C’était ce soir-là Vienne sur Garonne !

Serge Chauzy
Article mis en ligne le 4 mars 2022

 

 

infos
 

 

Renseignements et locations :
61, rue de la Pomme,
31000 Toulouse,
tél : 05 61 21 09 00.
 
Programme du concert donné le 3 mard 2022 à 20 h à la Halle aux Grains de Toulouse

* L. van Beethoven

- Concerto pour violon et orchestre en ré majeur opus 61

- Symphonie n° 7, en la majeur, opus 92

 

 
Les saisons musicales
lyriques et
chorégraphiques
toulousaines

 
2021-2022
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

 

copyright © 2007
www.classictoulouse.com
- tous droits réservés -
infos légales

 

 

 

entretiens - festivals - concerts - danse - opéra - disques - dvd - partenaires - contacts - liens - index