www.classicToulouse.com
classic toulouse
Annonces
 
Musique en Dialogue
aux Carmélites
18/06 au 28/08/2022
Les Arts Renaissants
Saison 2022-2023
Grands Interprètes
Saison 2022-2023
02/06/2022
Les Clefs de Saint-Pierre
Saison 2022-2023
31/05/2022
Orchestre nat. du Capitole
Saison 2022-2023
Présentation
23/05/2022
Orchestre nat. du Capitole
La démission de
Tugan Sokhiev
06/03/2022
Association AIDA
Projet Démos
05/10/2021
 
Critiques
 
Musique en Dialogue
aux Carmélites
Mūza Rubackyté, piano
Olivier Bellamy, récitant
19/06/2022
Orchestre nat. du Capitole
Maxim Emelyanychev, dir.
Katia et Marielle Labèque,
pianos
17/06/2022
Orchestre nat. du Capitole
Cornelius Meister, dir.
Sunwook Kim, piano
10/06/2022
Orchestre nat. du Capitole
Jukka-Pekka Saraste, dir.
Verdi Requiem
31/05/2022
Orchestre nat. du Capitole
Ryan Bancroft, direction
Benjamin Beilman, violon
26/05/2022
Toulouse Guitare
Gaëlle Solal, Rafaël Léger
20/05/2022
Les Sacqueboutiers
Ensemble vocal Tempus 21
Les Trois "S"
19 et 20/05/2022
Orchestre de Chambre
de Toulouse
Gilles Colliard, direction
12/05/2022
Les Clefs de Saint-Pierre
Du côté de chez Ludwig
09/05/2022
Orchestre nat. du Capitole
Joseph Swensen, direction
06/05/2022
Orchestre nat. du Capitole
Xian-Zhang, direction
Kristi Gjezi, violon
30/04/2022
Orchestre nat. du Capitole
Frank Beermann, direction
David Fray, piano
23/04/2022
Les Arts Renaissants
Quatuor Ellipsos
19/04/2022
Grands Interprètes
Camerata Salzburg
Fazil Say, piano
19/04/2022
Toulouse Guitare
Trio Cavalcade
15/04/2022
Musique pour la paix
Eglise du Gesu
09/04/2022
Les Arts Renaissants
Venice Baroque Orchestra
Andrea Marcon, direction
Chouchane Siranossian,
violon
29/03/2022
Grands Interprètes
Orchestre Philharmonique
de Radio-France
Myung-Whun Chung, piano
et direction
26/03/2022
Orchestre nat. du Capitole
Direction Fuad Ibrahimov
Orféon Donostiarra, José
Antonio Sainz Alfaro, dir.
25/03/2022
Orchestre l'Enharmonie
Serge Krichewsky, dir.
Vincent Martinet, piano
17/03/2022
Toulouse Guitare
Antoine Morinière, guitare
Joachim Maudet, danse
11/03/2022
Association Gabriel Fauré
Le Duo des lames
10/03/2022
Orchestre nat. du Capitole
Wilson Ng, direction
Julien Martineau,mandoline
05/03/2022
Grands Interprètes
Wiener Symphoniker
Andrés Orozco-Estrada,
direction
Vilde Frang, violon
03/03/2022
Orchestre nat. du Capitole
Thomas Guggeis, direction
Bertrand Chamayou, piano
26/02/2022
Grands Interprètes
Martha Argerich et
Sergei Babayan, pianos
25/02/2022
Orchestre nat. du Capitole
Christian Arming, direction
Haochen Zhang, piano
17/02/2022
Orchestre nat. du Capitole
Kazuki Yamada, direction
Josef Špaček, violon
11/02/2022
Grands Interprètes
Les Musiciens du Louvre
Marc Minkowski, dir.
Thomas Dolié, baryton
07/02/2022
Orchestre nat. du Capitole
Speranza Scappucci, dir.
Le Villi, G. Puccini
05/02/2022
Les Arts Renaissants
Quatuor Hagen
Jörg Widmann, clarinette
01/02/2022
Les Clefs de Saint-Pierre
Viennoiseries
31/01/2022
Grands Interprètes
Hélène Grimaud
21/01/2022
Les Arts Renaissants
Le Banquet Céleste
Damien Guillon
18/01/2022
Grands Interprètes
Evgeny Kissin
18/01/2022
Théâtre du Capitole
Capella Reial de Catalunya
Concert des Nations
Jordi Savall, direction
10/01/2022
Orchestre nat. du Capitole
Maxim Emelyanychev, dir.
Aylen Pritchin, violon
07/01/2022
Mélodies hébraïques
Sarah Iancu, violoncelle
David Bismuth, piano
04/01/2022
Les Arts Renaissants
Café Zimmermann
Clément Janequin
Les Sacqueboutiers
14/12/2021
 

 

Concerts/ Grands Interprètes / Camerata Salzburg - Fazil Say, piano
19 avril 2022
     

CRITIQUE

Violence et passion

Pour son dernier rendez-vous toulousain de la saison, l’association des Grands Interprètes invitait, ce 19 avril dernier, le bel orchestre de la Camerata Salzburg ainsi que le pianiste et compositeur d’origine turque Fazil Say. Un programme original associant des œuvres de Mozart et de Fazil Say lui-même mêlait ainsi permanence et découverte.

Fondée en 1952 par le pédagogue et chef d’orchestre Bernhard Paumgartner, la Camerata Salzburg réunit des musiciens aguerris liés à l’École du Mozarteum. Elle joue en quelque sorte le rôle d’ambassadeur international de la ville de naissance de son compositeur le plus célèbre. Dirigé par le premier violon de la formation, l’Israélien Gregory Ahss, la Camerata Salzburg entretient avec ferveur une sonorité particulière baptisée le « Camerata Klang » qui doit beaucoup à celui qu’il l’a longtemps dirigée, le Hongrois Sándor Végh.
Inscrites au programme du concert toulousain du 19 avril, deux œuvres magistrales de Mozart alternent avec deux partitions du pianiste et compositeur turc Fazil Say, soliste de la soirée. Une association a priori étonnante, mais qui découle de l’intérêt que le pianiste a toujours manifesté à l’égard du génie salzbourgeois. Souvenons-nous de cette étonnante Fantaisie jazz sur le fameux thème de la célébrissime Marche turque mozartienne.


La Camerata Salzburg - Photo Classictoulouse -

Néanmoins c’est avec la Chamber Symphonie opus 62 pour orchestre à cordes, de Fazil Say, que s’ouvre la soirée musicale. Construite en trois mouvements enchaînés, cette pièce étonnante s’imprègne d’une écriture modale nettement orientalisante, sur des rythmes forts et rares. Les passages intenses et parfois violents alternent avec l’évocation douloureuse d’une plainte. On remarque, au sein de l’œuvre, une mémorable « bataille » entre deux violoncelles…
L’autre partition de Fazil Say, exécutée en deuxième partie de soirée, témoigne de l’opposition du pianiste-compositeur vis-à-vis du régime obscurantiste turc. Il s’agit de Yürüyen Kösk (La Maison déplacée) Hommage à Atatürk, opus 72, pour piano et cordes qui date de 2017. Dans cette pièce éminemment politique, le compositeur rend hommage au très progressiste fondateur de la République turque. Il y est question d’une anecdote authentique de la vie de Mustafa Kemal, dit « Atatürk ». Ce précurseur en écologie a en effet préféré déplacer la maison qu’il avait fait construire à l’ombre d’un platane plutôt que de tronçonner la branche de l’arbre qui la menaçait ! Les quatre parties de ce « concerto » pour piano et cordes obéissent à une structure cyclique. Symboliquement, l’œuvre s’ouvre et se referme sur l’évocation de chants d’oiseaux astucieusement suggérés par les cordes. Le dialogue avec le piano s’enrichit d’échanges touchants. L’interprétation passionnée de ce soir-là constitue évidemment une référence.


Fazil Say - Photo Classictoulouse -

Le concerto n° 12 de Mozart, dans la tonalité lumineuse de la majeur, occupe le cœur du concert. La prestation de l’orchestre auquel se joignent deux cors et deux hautbois s’avère d’une précision et d’une musicalité exemplaires. Le tapis rouge qu’il déroule avant l’entrée du soliste constitue un modèle du genre. Il n’est rien de dire que le pianiste s’investit totalement dans une exécution extravertie, presque exhibitionniste de la partition. Tout son corps participe, parfois jusqu’à « jouer du piano debout » ! Son jeu, par instants à la limite de la violence, peut laisser dubitatif. Certes, le musiciens ne prive pas l’œuvre de nuances. Mais seulement de nuances extrêmes, fortissimo-pianissimo. La forte personnalité de l’interprète impose une vision qui, reconnaissons-le, est largement applaudie par un public conquis.
Nettement plus en situation, la Symphonie n° 29, également en la majeur, du même Mozart, referme ce concert sur une prestation riche en couleurs et en vitalité. Le premier violon Gregory Ahss dirige l’œuvre avec une attention et une implication de chaque instant. La finesse de l’introduction ouvre un Allegro moderato contrasté et intense. On admire particulièrement la grâce, toute de dentelle sonore, de l’Andante, alors que le Menuetto retrouve l’origine de la danse. C’est enfin une énergie joyeuse qui anime le final Allegro con spirito, comme joué en relief par tous les pupitres. Un grand bravo aux deux cors et aux deux hautbois pour la perfection vivifiante de leurs interventions. Ils sont d’ailleurs spécialement félicités par leur chef et premier violon Gregory Ahss. Le public ovationne les musiciens avec un enthousiasme communicatif.
Saluons enfin l’initiative de Fazil Say d’offrir au public reconnaissant un bis particulier en hommage à deux pianistes dont on vient d’apprendre la cruelle disparition. Le plus français des pianistes américains, Nicholas Angelich, si souvent invité à Toulouse, et le Roumain Radu Lupu, viennent en effet de disparaître à un jour d’intervalle. Remercions Fazil Say de dédier à leur mémoire le Nocturne n° 20 opus posthume de Frédéric Chopin, joué avec une profondeur touchante.

Serge Chauzy
Article mis en ligne le 20 avril 2022

 

 

infos
 

 

Renseignements et locations :
61, rue de la Pomme,
31000 Toulouse,
tél : 05 61 21 09 00.
 
Programme du concert donné le 19 avril 2022
à 20 h à la Halle aux Grains de Toulouse

* F. Say
- Chamber Symphony pour orchestre à cordes, opus 62

* W. A. Mozart
- Concerto n° 12 pour piano et orchestre, en la majeur, K 414

* F. Say
- Yürüyen Kösk (La Maison déplacée) Hommage à Atatürk, opus 72 (2017), pour piano et cordes

* W. A. Mozart
- Symphonie n°29, en la majeur, K 201

 

 
Les saisons musicales
lyriques et
chorégraphiques
toulousaines

 
2021-2022
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

 

copyright © 2007
www.classictoulouse.com
- tous droits réservés -
infos légales

 

 

 

entretiens - festivals - concerts - danse - opéra - disques - dvd - partenaires - contacts - liens - index