www.classicToulouse.com
Annonces
 
Orchestre du Capitole
Kazuki Yamada, direction
25/11/2017
Musique au Palais
Palais Niel
25 et 26/11/2017
Philippe Jaroussky
Ensemble Artaserse
30/11/2017
 
Critiques
 
Arts Renaissants
Le Banquet Céleste
Damien Guillon
22/11/2017
Clefs de Saint-Pierre
Entrez dans la danse
20/11/2017
Orchestre de Chambre
de Toulouse
Gilles Colliard, violon et
direction, Anne Gaurier,
viole de gambe
16/11/2017
Chœur les éléments
Bach & pochette surprise
Odyssud
13/11/2017
Grands Interprètes
Orchestre Philharmonique
de Saint-Pétersbourg
Yuri Temirkanov, dir.
10/11/2017
Toulouse Wind Orchestra
Dylan Corlay, direction
Félix Dervaux, cor
27/10/2017
Grands Interprètes
Il Giardino Armonico
Giovanni Antonini, dir.
Isabelle Faust, violon
20/10/2017
Les Sacqueboutiers
Pôle des Arts Baroques
Siglo de Oro
19/10/2017
Les Sacqueboutiers
Danza Alta
Cintegabelle
14/10/2017
Orchestre du Capitole
Joseph Swensen, dir.
Wayne Marshall, orgue
13/10/2017
Grands Interprètes
Orchestre national de
France
Emmanuel Krivine, dir.
Martha Argerich, piano
07/10/2017
Orchestre du Capitole
Maxim Emelyanychev, dir.
Richard Goode, piano
05/10/2017
Clefs de Saint-Pierre
Confins du romantisme
02/10/2017
Orchestre du Capitole
Tugan Sokhiev, direction
Elisabeth Leonskaja, piano
20/09/2017
Dialogues aux Carmélites
Rien n'est bon que d'aimer
03/09/2017
Dialogues aux Carmélites
La note bleue
27/08/2017
Chœur Les éléments
Iberia
26/06/2017
Grands Interprètes
Juan Diego Flórez, ténor
Vincenzo Scalera, piano
19/06/2017
Orchestre du Capitole
Maxim Emelyanychev, dir.
Adam Laloum, piano
16/06/2017
Orchestre du Capitole
Gustavo Gimeno, dir.
Adrien La Marca, alto
09/06/2017
Association Gabriel Fauré
Traversée lyrique en
Amérique latine
Compagnie Opér'Azul
08/06/2017
Orchestre du Capitole
Antonello Manacorda, dir.
Alexandra Conunova,
violon
02/06/2017
Orchestre du Capitole
Kazuki Yamada, direction
Karine Deshayes, alto
Chœur du Capitole
Chœur Les Eclats
27/05/2017
Grands Interprètes
Renaud Capuçon, violon
Nicholas Angelich, piano
23/05/2017
Orchestre du Capitole
Tugan Sokhiev, direction
Marianne Crebassa, mezzo
19/05/2017
Clefs de Saint-Pierre
Portrait de groupe
15/05/2017
Grands Interprètes
Nelson Freire, piano
15/05/2017
Arts Renaissants
Ensemble Pulcinella
26/04/2017
Grands Interprètes
Martha Argerich
Stephen Kovacevich
pianos
24/04/2017
La Dame d'Aragon
Orchestre Symphonique
du Royaume d'Aragon
Ricardo Casero, dir.
21/04/2017
À bout de souffle
Stéphane Delincak, dir.
Fantaisie et variations
autour de The Fairy Queen
20/04/2017
Grands Interprètes
Filarmonica Teatro Regio
Torino
Gianandrea Noseda, dir.
Betrand Chamayou, piano
18/04/2017
 

 

Concerts/ Grands Interprètes / Juan Diego Flórez, ténor,
Vincenzo Scalera, piano - 19 juin 2017
,
     
 
COUP DE CŒUR

CRITIQUE

Triomphale fin de saison avec Juan Diego Flórez

Ce 20 juin, s’achevait la 31ème saison de Grands Interprètes. Pour l’occasion, l’un des tout premiers ténors du moment, Juan Diego Flórez, celui que s’arrachent les grandes scènes lyriques du monde, était à Toulouse pour la troisième fois, après une apparition en récital au Théâtre du Capitole en 2008 et une première prestation sur scène dix ans plus tôt dans le rôle du Comte Almaviva du Barbier rossinien. Le ténor péruvien a déclenché, à l’issue de ce dernier récital, l’une de ces rares ovations debout que la Halle aux Grains, conquise par le charme, l’aisance, l’humour même et l’apparente décontraction d’une personnalité d’exception, réserve aux « happy few ».

Apparaissant au sommet de sa maturité, mais néanmoins en pleine évolution d’un répertoire qui, du Rossini des origines, s’oriente vers des rôles plus « lourds », Puccini, Massenet, Verdi, Juan Diego Flórez maîtrise son chant, son engagement dramatique, son comportement scénique vis à vis du public avec un naturel et un bonheur communicatifs.
Le timbre ensoleillé reste le premier de ses atouts. Même si la couleur s’est légèrement assombrie, la voix s’épanouit toujours avec la même aisance sur toute l’étendue de son registre, de son incroyable ambitus. La souplesse, un sens aigu du legato, le raffinement de son phrasé en font un « diseur » exceptionnel. Quelques notes suffisent pour brosser un caractère, un personnage, une situation.



Le ténor péruvien Juan Diego Flórez , au piano Vincenzo Scalera
- Photo Classictoulouse -

Dès la première des mélodies de son programme, « La Lontananza », extraite des fameux Péchés de vieillesse du bon Rossini, la finesse du chant, son élégance, emportent l’adhésion. « Bolero » et « Da voi parto, amata sponde », qui complètent cette première incursion belcantiste met déjà en évidence l’ensemble des qualités du chanteur.
On oublie parfois que Mozart a fait partie de ses premières amours. Dans « Ich baue ganz », aria redoutable de l’Enlèvement au Sérail, Flórez change de style pour baser son chant sur une musicalité sans faille. Sa diction de l’allemand s’avère parfaite, laissant percevoir les tourments du personnage. Pour l’aria « Vado incontro », extrait de Mitridate, Re di Ponto, le ténor choisit la version de Gasparini, nettement plus périlleuse que l’originale de Mozart. II y déploie une virtuosité éblouissante.
L’aria de Rodrigo « Che ascolto? Ahimè… Ah, come mai non senti » de l’Otello de Rossini prolonge encore ce domaine du chant redoutablement orné dans lequel excelle l’interprète.
La seconde partie de la soirée aborde un répertoire plus tardif, plus ample, plus dramatiquement engagé. De Leoncavallo, emblème d’un vérisme dont les rôles opératiques ne sauraient correspondre (pour l’instant ?) à l’art du ténor, Juan Diego Flórez choisit trois mélodies, Aprile, Vieni amor mio, et Mattinata dans lesquelles il sait épanouir son art. La tendresse, la sensibilité, le sens du mot alimentent une émotion touchante et vraie.
Les deux extrais d’opéra de Puccini qui suivent donnent toute la mesure du sens dramatique qui habite l’acteur autant que le chanteur. L’émouvant hymne à Florence chanté par le personnage Rinuccio dans le délicieux Gianni Schicchi, « Firenze è come un albero fiorito », donne le frisson tellement la conviction du chanteur entraîne celle de l’auditeur. Quant au célébrissime « Che gelida manina », extrait de La Bohème, il n’est pas seulement bien chanté, mais intensément vécu par l’interprète qui, en quelques minutes, parvient à incarner un personnage.
La profonde émotion qui imprègne tout le Werther de Massenet fait de l’air « Pourquoi me réveiller… » l’emblème du romantisme musical. La parfaite diction française qui ne laisse aucune syllabe dans l’ombre, l’investissement dramatique, le déploiement de couleurs vocales crépusculaires dont Flórez pare son chant touchent profondément.



Juan Diego Flórez et sa guitare dans la dernière partie de son récital
- Photo Classictoulouse -

Enfin, dans la dernière incursion du récital, consacrée à deux extraits de Verdi, le ténor sait concilier les derniers feux du bel canto et les subtilités du chant verdiens. Dans « La mia letizia infondere », extrait de l’ouvrage de relative jeunesse I Lombardi, un simple aigu diminuendo donne chaud au cœur. Quant à « De me bollenti spiriti… », de La Traviata, il reçoit toute la charge de ferveur et le jeunesse que l’on puisse espérer.
La fin de ce programme ne signe pas la fin de la soirée en compagnie du ténorissime. En showman irrésistible, répondant aux acclamations du public, Juan Diego Flórez revient sur scène en compagnie de sa guitare dont il joue avec un indéniable talent. N’oublions pas que le tout jeune ténor s’est produit très tôt dans la musique folklorique et la pop péruvienne. Il lui en reste de solides compétences ! D’une voix charmeuse de crooner, il offre tout d’abord un hommage à Toulouse en entonnant Volver du natif de la Ville rose, le grand Carlos Gardel. Puis il retrouve ses origines avec « La flor de canela », de la Péruvienne Chabuca Grande. Le « tube » incontournable que représente « La Paloma », du Mexicain Tomás Méndez, enflamme toute la salle lorsque roucoule le mythique et irrésistible « Cucurrucucú » !
C’est néanmoins le retour sur scène du pianiste Vincenzo Scalera dont il faut dire ici le merveilleux talent d’accompagnateur dont il fait preuve tout au long de la soirée. Toute sa carrière témoigne de ses qualités d’exception, lui qui a secondé notamment Carlo Bergonzi, Montserrat Caballé, José Carreras, Leyla Gencer, et qui s’est produit dans toutes les plus grandes salles de concert du monde. Il introduit cette fois les premières notes de cette pièce vocale qui sert de signature à Flórez : le fameux air aux neuf contre-uts de La fille du régiment, de Donizetti. Là encore, le ténor brille de tous ses feux, offrant à tous les spectateurs, sur 360 degrés, les échos de son dernier contre-ut !
Et pourtant ce n’est pas encore la fin de la soirée. Dernier clin d’œil à son répertoire adolescent, il termine avec LE standard de la chanson hispanophone, « Granada » du compositeur mexicain Agustín Lara. Et c’est donc sur l’ovation debout du public que s’achève cette longue soirée vocale, excellent point final d’une riche saison musicale.

Serge Chauzy
Article mis en ligne le 20 juin 2016

 

infos
 

 

Renseignements et locations :
61, rue de la Pomme,
31000 Toulouse,
tél : 05 61 21 09 00.
 
Programme du concert donné le 19 juin 2017 à
20 h à la Halle aux Grains de Toulouse


* G. Rossini
- La lontananza - Mélodie de Péchés de vieillesse
- Bolero - Mélodie de Péchés de vieillesse
- Addio ai Viennesi - Mélodie de Da voi parto, amata sponde

* W. A. Mozart
- Ich baue ganz – air de L'Enlèvement au Sérail
- Vado incontro – air de Mitridate, re di Ponto

* G. Rossini
- Che ascolto? Ahimè… Ah, come mai non senti – air de Rodrigo, extrait d'Otello

* R. Leoncavallo
- Mélodies - Aprile, Vieni amor mio, Mattinata

* G. Puccini
- Avete torto – air de Gianni Schicchi
- Che gelida manina – air de La Bohême

* J. Massenet
- Pourquoi me réveiller – air de Werther

* G. Verdi
- La mia letizia infondere – air de I Lombardi
- Lunge da lei – air de La Traviata

 

 
Les saisons musicales
lyrique et
chorégraphique
toulousaines

 
2017-2018
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

 

copyright © 2007
www.classictoulouse.com
- tous droits réservés -
infos légales

 

 

 

entretiens - festivals - concerts - danse - opéra - disques - dvd - partenaires - contacts - liens - index