www.classicToulouse.com
Annonces
 
Orchestre du Capitole
Kazuki Yamada, direction
25/11/2017
Musique au Palais
Palais Niel
25 et 26/11/2017
Philippe Jaroussky
Ensemble Artaserse
30/11/2017
 
Critiques
 
Arts Renaissants
Le Banquet Céleste
Damien Guillon
22/11/2017
Clefs de Saint-Pierre
Entrez dans la danse
20/11/2017
Orchestre de Chambre
de Toulouse
Gilles Colliard, violon et
direction, Anne Gaurier,
viole de gambe
16/11/2017
Chœur les éléments
Bach & pochette surprise
Odyssud
13/11/2017
Grands Interprètes
Orchestre Philharmonique
de Saint-Pétersbourg
Yuri Temirkanov, dir.
10/11/2017
Toulouse Wind Orchestra
Dylan Corlay, direction
Félix Dervaux, cor
27/10/2017
Grands Interprètes
Il Giardino Armonico
Giovanni Antonini, dir.
Isabelle Faust, violon
20/10/2017
Les Sacqueboutiers
Pôle des Arts Baroques
Siglo de Oro
19/10/2017
Les Sacqueboutiers
Danza Alta
Cintegabelle
14/10/2017
Orchestre du Capitole
Joseph Swensen, dir.
Wayne Marshall, orgue
13/10/2017
Grands Interprètes
Orchestre national de
France
Emmanuel Krivine, dir.
Martha Argerich, piano
07/10/2017
Orchestre du Capitole
Maxim Emelyanychev, dir.
Richard Goode, piano
05/10/2017
Clefs de Saint-Pierre
Confins du romantisme
02/10/2017
Orchestre du Capitole
Tugan Sokhiev, direction
Elisabeth Leonskaja, piano
20/09/2017
Dialogues aux Carmélites
Rien n'est bon que d'aimer
03/09/2017
Dialogues aux Carmélites
La note bleue
27/08/2017
Chœur Les éléments
Iberia
26/06/2017
Grands Interprètes
Juan Diego Flórez, ténor
Vincenzo Scalera, piano
19/06/2017
Orchestre du Capitole
Maxim Emelyanychev, dir.
Adam Laloum, piano
16/06/2017
Orchestre du Capitole
Gustavo Gimeno, dir.
Adrien La Marca, alto
09/06/2017
Association Gabriel Fauré
Traversée lyrique en
Amérique latine
Compagnie Opér'Azul
08/06/2017
Orchestre du Capitole
Antonello Manacorda, dir.
Alexandra Conunova,
violon
02/06/2017
Orchestre du Capitole
Kazuki Yamada, direction
Karine Deshayes, alto
Chœur du Capitole
Chœur Les Eclats
27/05/2017
Grands Interprètes
Renaud Capuçon, violon
Nicholas Angelich, piano
23/05/2017
Orchestre du Capitole
Tugan Sokhiev, direction
Marianne Crebassa, mezzo
19/05/2017
Clefs de Saint-Pierre
Portrait de groupe
15/05/2017
Grands Interprètes
Nelson Freire, piano
15/05/2017
Arts Renaissants
Ensemble Pulcinella
26/04/2017
Grands Interprètes
Martha Argerich
Stephen Kovacevich
pianos
24/04/2017
La Dame d'Aragon
Orchestre Symphonique
du Royaume d'Aragon
Ricardo Casero, dir.
21/04/2017
À bout de souffle
Stéphane Delincak, dir.
Fantaisie et variations
autour de The Fairy Queen
20/04/2017
Grands Interprètes
Filarmonica Teatro Regio
Torino
Gianandrea Noseda, dir.
Betrand Chamayou, piano
18/04/2017
 

 

Concerts/ Grands Interprètes / Renaud Capuçon, violon,
Nicholas Angelich, piano - 23 mai 2017
     


CRITIQUE

Dialogue fraternel

Le 23 mai à la Halle aux Grains, le violoniste Renaud Capuçon et le pianiste Nicholas Angelich, tels deux frères en musique, offraient une magnifique intégrale des sonates pour violon et piano de Johannes Brahms. Ces trois partitions constituent un jalon important de cette littérature intime et forte. Ils en sont devenus les interprètes familiers et privilégiés.

Entre Renaud Capuçon et Nicholas Angelich existe une complicité musicale qui construit les grandes associations, en l’occurrence les grands duos. Les liens d’amitié qui les unissent leur permettent de parler musicalement le même langage. L’exploration de l’univers de Johannes Brahms qu’ils réalisent tout au long de ce programme met en évidence, non seulement une entente parfaite, une pensée commune, mais également une admirable complémentarité des moyens d’expression qu’ils mettent en œuvre. D’une partition à l’autre les échanges se construisent, les arguments fusent, le dialogue s’établit.
Les trois sonates qui constituent ce programme furent conçues par Brahms à la suite de trois essais, trois partitions écrites précédemment puis détruites. On connait les réticences, les hésitations du compositeur à aborder le monde de la symphonie, impressionné, inhibé même, par l’héritage de Beethoven. Les mêmes scrupules concernent à l’évidence sa musique de chambre. Il en résulte une qualité d’inspiration et d’écriture qui fait de ce corpus un modèle du genre.



Renaud Capuçon et Nicholas Angelich en concert - Photo Classictoulouse -

La Sonate n° 1 en sol majeur, composée en 1878 et 1879 à Pörtschach en Carinthie, a été créée à Vienne en Autriche, le 20 novembre 1879 par le violoniste Josef Hellmesberger et le compositeur au piano. Surnommée Regensonate (sonate de la pluie) elle reprend dans le dernier mouvement le thème du Regenlied op. 59 nº 3 composé six ans auparavant. Les deux interprètes abordent le premier mouvement, Vivace ma non troppo (ah, ce recours fréquent au ma non troppo si caractéristique de l’esprit brahmsien !) avec une lenteur presque solennelle qui évolue vers une sorte de lyrisme nostalgique. L’Adagio mêle sous leurs doigts rêverie et passion, un peu à la manière d’un Berlioz assagi. Enfin, l’inquiétude perce dès les premières notes du final Allegro moderato évocateur de cette pluie du lied qui l’inspire. On admire la délicatesse des traits du piano qui soutient avec tendresse l’admirable éloquence du violon.
Composée en 1886 sur les rives du lac de Thun près de Berne, la Sonate n° 2 en la majeur a été créée à Vienne, le 2 décembre 1886 par le même violoniste Josef Hellmesberger et toujours le compositeur au piano. C'est le poète bernois Widmann qui la surnomma Thuner-Sonate. Clara Schumann la muse chère à Brahms confia à son propos : « Aucune œuvre de Johannes ne m'a ravie aussi complètement. J'en ai été heureuse comme je ne l'aurai été depuis bien longtemps ». Renaud Capuçon et Nicholas Angelich confèrent une grâce printanière aux premières mesures de l’Allegro amabile, bien nommé. Le deuxième mouvement, plus contemplatif, s’ornemente de joyeux pizzicati, alors que l’Allegretto grazioso, plutôt lent pour un final, s’inspire lui aussi d’un lied antérieur, Meine Liebe ist grün (Mon amour est vert) chanté ici avec tendresse par l’archet de Renaud Capuçon.



Renaud Capuçon et Nicholas Angelich au salut final - Photo Classictoulouse -

Achevée pendant l’été de 1888 au bord du lac de Thun, la Sonate n° 3 en ré mineur, la dernière du cycle, est dédiée par le compositeur « A son ami Hans von Bülow », le célèbre chef d’orchestre et pianiste. Contrairement aux précédentes, la partition comporte quatre mouvements et la liberté d’écriture en est plus affirmée. Une certaine fièvre, habilement soutenue par les interprètes, se manifeste dès les premières mesures de l’Allegro alla breve. Lyrisme et élan rythmique parcourent tout ce premier volet. Dans l’Adagio qui suit, le violon s’épanche paisiblement dans un legato presque vocal jusqu’au silence progressif qui le conclut. Un thème nerveux et plein de fantaisie irrigue le troisième volet, Un poco presto e con sentimento, qui se donne ici des allures de scherzo. L’enchaînement avec le final ménage un contraste saisissant. Une énergie d’un héroïsme impressionnant habite tout ce Presto agitato qui porte bien son nom. Les interprètes y déploient une passion et un enthousiasme communicatifs qui déclenchent une salve d’applaudissements libérateurs.
Pour conclure et compléter cette belle intégrale des sonates violon piano, Renaud Capuçon et Nicholas Angelich offrent en bis le mouvement, signé Brahms, de la fameuse sonate F.A.E., autrement dit Frei aber einsam (Libre mais seul). Cette partition « communautaire », écrite à trois compositeurs, découlait d’une idée de Schumann et était destinée à être offerte en hommage au violoniste Joseph Joachim. L’Allegro initial est dû à Albert Dietrich, un élève de Schumann, l’Intermezzo et le Finale à Robert Schumann lui-même et le Scherzo au jeune Brahms récemment découvert par Schumann. C’est sur ce Scherzo juvénile et animé que s’achève donc cette belle soirée de musique de chambre.
Une soirée que les interprètes, ardemment soutenus par le public, ont souhaité dédier aux victimes du tragique attentat de Manchester survenu la veille. Une fois encore la musique panse les blessures de la barbarie.

Serge Chauzy
Article mis en ligne le 24 mai 2017

 

infos
 

 

Renseignements et locations :
61, rue de la Pomme,
31000 Toulouse,
tél : 05 61 21 09 00.
 
Programme du concert donné le 23 mai 2017
à 20 h à la Halle aux Grains de Toulouse

* J. Brahms


- Sonate pour violon et piano n°1, opus 78

- Sonate pour violon et piano n°2, opus 100

- Sonate pour violon et piano n°3, opus 108

 

 
Les saisons musicales
lyrique et
chorégraphique
toulousaines

 
2017-2018
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

 

copyright © 2007
www.classictoulouse.com
- tous droits réservés -
infos légales

 

 

 

entretiens - festivals - concerts - danse - opéra - disques - dvd - partenaires - contacts - liens - index