www.classicToulouse.com
Annonces
 
Orchestre du Capitole
Enrique Mazzola, direction
Edgar Moreau, violoncelle
22/06/2018
Odyssud
Saison 2018-2019
Dialogue aux Carmélites
Saison 2018
Présentation 20/03/2018 09/06 au 23/09/2018
Orchestre du Capitole
Saison 2018-2019
Présentation
30/05/2018
Les Clefs de Saint-Pierre
Saison 2018-2019
 
Critiques
 
Orchestre du Capitole
Long Yu, direction
Chad Hoopes, violon
16/06/2018
Grands Interprètes
Chamber Orchestra of
Europe,
Yannick Nézet-Séguin, dir.
Lisa Batiashvili, violon
15/06/2018
Les Sacqueboutiers
Gwendolyn Toth, orgue
13/06/2018
Les Sacqueboutiers
Jean Tubéry, cornetto
Gwendolyn Toth, orgue
12/06/2018
Dialogue aux Carmélites
Clara Cernat, violon
Thierry Huillet, piano
Luc Ferry, philosophe
10/06/2018
Orchestre du Capitole
Tugan Sokhiev, direction
Orféon Donostiarra
08/06/2018
Grands Interprètes
Grigory Sokolov, piano
04/06/2018
Orchestre du Capitole
Tugan Sokhiev, direction
Nicholas Angelich, piano
02/06/2018
Orchestre du Capitole
Marcelo Lehninger, dir.
Guillaume Vincent, piano
26/05/2018
Orchestre du Capitole
Josep Pons, direction
18/05/2018
Orchestre du Capitole
Clemens Schuldt, direction
Baiba Skride, violon
12/05/2018
Orchestre du Capitole
Bruno Mantovani, direction
Roger Muraro, piano
05/05/2018
Grands Interprètes
Thibaut Garcia, guitare
03/05/2018
Clefs de Saint-Pierre
Elégance Française
30/04/2018
Orchestre du Capitole
Stanislav Kochanovsky,
direction
Sergey Khachatryan,
violon
20/04/2018
Orchestre L'Enharmonie
Serge Krichewsky, dir.
Philippe Monferran, piano
14/04/2018
Toulouse Wind Orchestra
Alexandre Jung, direction
Sophie Dartigalongue,
basson
13/04/2018
Arts Renaissants
Quintette à cordes de
Berlin
11/04/2018
Les Sacqueboutiers
Choeur de l'Université
Jean-Jaurès
Palladia Tolosa
08 et 10/04/2018
Orchestre d'Harmonie
de Quint-Fonsegrives
David Minetti, direction
09/04/2018
Orchestre du Capitole
Jeff Mills, Lost in Space
Christophe Mangou, dir.
05, 06, 07/04/2018
Grands Interprètes
Orchestre Philharmonique
de Radio France
Hartmut Haenchen, dir.
30/03/2018
Orchestre Les Passions
Jean-Marc Andrieu, dir.
Vent des Royaumes
29/03/2018
Grands Interprètes
Edgar Moreau, violoncelle
David Kadouch, piano
19/03/2018
Maîtrise de Toulouse
Mark Opstad, direction
Lux : Soleil et étoiles
17/03/2018
Grands Interprètes
Ensemble Pygmalion
Raphaël Pichon, direction
14/03/2018
Odyssud
Orchestre Les Passions
Jean-Marc Andrieu, dir.
Magali Léger, soprano
Paulin Bündgen,
contre-ténor
13/03/2018
Grands Interprètes
B'Rock Orchestra
René Jacobs, direction
Robin Johannsen, soprano
08/03/2018
Orchestre du Capitole
Tugan Sokhiev, direction
Vadim Repin, violon
05/03/2018
Musika Orchestra
Academy
Pierre Bleuse, direction
Béatrice Uria-Monzon,
mezzo-soprano
04/03/2018
Saison Bleue de Toulouse
David Grimal, violon
Anne Gastinel, violoncelle
Philippe Cassard , piano
27/02/2018
Clefs de Saint-Pierre
Impressionnismes
26/02/2018
 
 

 

Concerts/ Musique en dialogue aux Carmélites - Clara Cernat, violon,
Thierry Huillet, piano, Luc Ferry, philosophe - 10 juin 2018
     

CRITIQUE

Les musiciens et le philosophe

Il ne s’agit pas ici d’une fable ignorée de La Fontaine. En cette fin d’après-midi dominicale du 10 juin dernier, la chapelle des Carmélites accueillait la première rencontre des notes et des mots de la saison 2018 de Musique en dialogue aux Carmélites. Due à l’initiative de Catherine Kauffmann-Saint-Martin, ce concept particulier consiste à faire dialoguer la musique de chambre avec des textes littéraires, poétiques, philosophiques ou historiques. Les artistes invités, musiciens, acteurs, philosophes…, partagent ainsi leur approche des grandes œuvres du répertoire international. La première des manifestations de cette année associait Clara Cernat, violon, et Thierry Huillet, piano et composition, au philosophe Luc Ferry pour deux concerts-lecture, le samedi 9 et le dimanche 10 juin.

On s’attendait à assister à une alternance entre musique et textes de grands auteurs en rapport avec les œuvres jouées. C’était sans compter avec l’esprit libre, la culture, le sens rhétorique de l’improvisation de Luc Ferry. Dans ce programme intitulé « L’Amour toujours », l’homme de lettres partage le chœur de la chapelle des Carmélites avec deux artistes bien connus et aimés de la Ville rose : la violoniste (et par ailleurs également altiste) Clara Cernat et le pianiste (mais aussi compositeur actif) Thierry Huillet. Avant chaque pièce musicale, Luc Ferry évoque, comme à bâton rompu, les correspondances qui la relient aux grands mouvements philosophiques, aux grands penseurs de l’histoire. Il fait cela sans pédanterie aucune, avec une simplicité proche de la conversation ordinaire, avec un humour bienveillant. Les deux musiciens lui emboîtent le pas d’un geste naturel, poétique ou passionné.



Clara Cernat et Thierry Huillet, les interprètes de ce premier concert de la saison
- Photo Classictoulouse -

Six étapes balisent ce parcours musico-philosophique. Le Paris du XIXème siècle s’illustre à travers la transcription par l’auteur lui-même de la fameuse Danse macabre de Camille Saint-Saëns, inspirée du poème d'Henri Cazalis Égalité-Fraternité, tiré des Heures sombres. Introduite par un commentaire éclairant sur l’égalité devant la mort, l’interprétation musicale mêle le mystère poétique, l’humour et l’énergie rageuse.
Afin d’évoquer la destinée de la courtisane Thaïs, héroïne de l’opéra éponyme de Jules Massenet dont Clara Cernat et Thierry Huillet jouent la fameuse Méditation, Luc Ferry se réfère à « L’étrange rencontre d’Eros et d’Agapé ». L'Agapé, souvent comparée à la charité chrétienne est, pour Platon, l’autre forme que prend l'amour après l'amour physique « Eros ». A méditer… La violoniste joue beaucoup ici sur l’effacement ou l’ampleur d’un vibrato, considéré comme élément d’expression.
Le lien entre la musique et la littérature trouve sa justification idéale avec la Sonate pour violon et piano de César Franck dont les musiciens jouent le deuxième mouvement. Cette partition intense serait vraisemblablement le modèle original de la Sonate de Vinteuil, cette œuvre musicale fictive plusieurs fois évoquée tout au long de À la recherche du temps perdu de Marcel Proust. Fébrilité, nostalgie et souffrance parcourent ce mouvement.
Les deux pièces suivantes ont pour origine l’activité de compositeur de Thierry Huillet dont le catalogue contient déjà plus de soixante-dix opus abordant avec bonheur tous les genres musicaux. La première de ces partitions, en création mondiale au cours de ce week-end, est une transcription pour violon et piano, signée Thierry Huillet, du célèbre poème symphonique pour orchestre de Paul Dukas datant de 1897, L’Apprenti sorcier, inspiré de la ballade homonyme Der Zauberlehrling de Goethe écrite juste un siècle plus tôt. Le lien qu’établit Luc Ferry avec le mythe de Prométhée en éclaire la signification et inspire peut-être l’interprétation qu’en donne le duo de musiciens. Née du mystère des premières mesures, la démarche s’oriente bientôt vers l’apocalypse que déchaîne la candeur dudit apprenti. L’impressionnante transcription conserve et peut-être prolonge les effets de la brillante orchestration de Dukas.



Luc Ferry - Photo Classictoulouse -

Le monde magique du Petit Prince, imaginé par Antoine de Saint-Exupéry, a inspiré à Thierry Huillet une partition au charme particulier. Les trois épisodes joués ce soir-là sont extraits du recueil de petites pièces en duo composé sur les chapitres les plus marquants de l’ouvrage devenu universel. Le langage musical, en apparence simple et imagé, tonal et mélodique, épouse avec subtilité le récit philosophique et poétique du pilote-écrivain dont il exalte l’émotion. La Fleur, Le Renard, L’Allumeur de réverbères, révèlent peu à peu leurs secrets, à la suite du thème du « sacré » tel que l’évoque notre philosophe en introduction.
A l’issue de ce programme Le public qui emplit la chapelle réclame avec force un bis… déjà inscrit sur le programme de salle ! Le voyage immobile de l’après-midi s’achève donc sur une pièce populaire inspirée du folklore hongrois, et notamment tsigane, la fameuse Csardas de Vittorio Monti. Cette partition fétiche de Clara Cernat, d’origine roumaine, lui va comme un gant. Elle en souligne l’exaltation et la virtuosité. Rien de tel pour éclairer une fin de journée maussade et humide !
Le prochain épisode de Musique en dialogue aux Carmélites, le dimanche 8 juillet, suivra un canevas attirant intitulé « De Venise à Venise, itinéraire d’un violon gâté… » Le rendez-vous est pris.

Serge Chauzy
Article mis en ligne le 11 juin 2018

 

infos
 
 
Toutes les informations sur le site internet

www.musiquendialogue.org
 
Programme du concert-lecture donné le 10 juin 2018 à 16 h à la Chapelle des Carmélites

Paris, XIXème siècle
d’après le poème Égalité-Fraternité d’Henri Cazalis
* C. Saint-Saëns
- La danse macabre, transcription pour violon et piano par l’auteur

L’étrange rencontre d’Eros et d’Agapé
Nouvelle d’Anatole France
* J. Massenet
- La Méditation de Thaïs – violon et piano

A la recherche du temps perdu : la nostalgie du temps passé
d’après Marcel Proust
* C. Franck
- Sonate pour violon et piano – 2ème mouvement

Le mythe de Prométhée
* P. Dukas
- L’Apprenti sorcier, transcription Thierry Huillet (Création mondiale)
poème symphonique d’après une ballade de Goethe.

Le Petit Prince ou le monde désenchanté quand l’amour disparaît
d’après Antoine de Saint-Exupéry
* Th. Huillet
- 3 extraits du Petit Prince, concert pour piano et violon
La Fleur, Le Renard, L’Allumeur de réverbères

Artisanat et Artisans
* V. Monti
- Csardas, musique inspirée du folklore hongrois

 
 
Les saisons musicales
lyrique et
chorégraphique
toulousaines

 
2017-2018
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

 

copyright © 2007
www.classictoulouse.com
- tous droits réservés -
infos légales

 

 

 

entretiens - festivals - concerts - danse - opéra - disques - dvd - partenaires - contacts - liens - index