www.classicToulouse.com
Annonces
 
Rotary-Tlse-Lauragais
Constant Despres, piano
Chœur Octambule
25/04/2019
Orchestre du Capitole
Joseph Swensen, direction
Janina Baechle, mezzo
Christian Elsner, ténor
27/04/2019
Orchestre L'Enharmonie
Serge Krichewsky, dir.
Philippe Monferran, piano
29/04/2019
Musique en Dialogue aux
Carmélites
Saison 2019
Musicales franco-russes
Orchestre du Capitole
Tugan Sokhiev, direction
07/01/2019
La Saison Bleue
Edition 2018-2019
 
Critiques
 
Orchestre du Capitole
Tugan Sokhiev, direction
Vadim Gluzman, violon
17/04/2019
Orchestre du Capitole
Tugan Sokhiev, direction
Raquel Camarinha, sop.
Renaud Capuçon, violon
12/04/2019
Les Arts Renaissants
Thibaut Garcia, guitare
Boris Grelier, flûte
10/04/2019
Les Sacqueboutiers
La Maîtrise de Toulouse
"Missa pro defunctis"
09/04/2019
Grands Interprètes
Martha Argerich et
Lilya Zilberstein, pianos
06/04/2019
Orchestre du Capitole
Maxim Emelyanychev,
piano et direction
05/04/2019
Clefs de Saint-Pierre
"Temps de guerre"
18/03/2019
Grands Interprètes
Le Bolchoï de Russie
Tugan Sokhiev, direction
13, 14 et 15/03/2019
Grands Interprètes
Bertrand Chamayou, piano
Sol Gabetta, violoncelle
11/03/2019
Orchestre du Capitole
Kazuki Yamada, direction
Sandrine Piau,
Karine Deshayes,
Chœur du Capitole
08/03/2019
Orchestre du Capitole
La Damnation de Faust
H. Berlioz
Tugan Sokhiev, direction
Chœur et Maîtrise du
Capitole
22/02/2019
Les Arts Renaissants
Quatuor Hagen
20/02/2019
Grands Interprètes
Thomas Enhco, piano
Vassilena Serafimova,
marimba
18/02/2019
Les Sacqueboutiers
La Musique au féminin
Paulhac (Haute Garonne)
16/02/2019
Orchestre du Capitole
John Storgårds, direction
Alexandre Kantorow,
piano
15/02/2019
Orchestre du Capitole
Christian Zacharias, piano
et direction
08/02/2019
Grands Interprètes
Arcadi Volodos
28/01/2019
Clefs de Saint-Pierre
"Rencontre viennoise"
21/01/2019
Grands Interprètes
The King's Singers
19/01/2019
Orchestre du Capitole
Kahchun Wong, direction
Adam Laloum, piano
12/01/2019
Les Arts Renaissants
Accademia dell'Annunciata
Giuliano Carmignola,
violon
09/01/2019
La Saison Bleue
Sandrine Tilly, flûte
Valeria Kafelnikov, harpe
Violaine Despeyroux, alto
08/01/2019
Orchestre du Capitole
Evan Rogister, direction
Concerts du Nouvel An
30 /12/2018
Orchestre du Capitole
Tugan Sokhiev, direction
Star Wars
19/12/2018
Les Arts Renaissants
La Chapelle Rhénane
Benoît Haller, direction
12/12/2018
Grands Interprètes
Evan Hugues, chant
Hélio Vida, piano

10/12/2018
Orchestre du Capitole
Klaus Mäkelä, direction
Akiko Suwanai, violon
08/12/2018
Clefs de Saint-Pierre
"Demain dès l'aube"
03/12/2018
Grands Interprètes
Maria João Pires et Lilit
Grigoryan, pianos

29/11/2018
Musique au Palais
Edition 2018
24 et 25/11/2018
Grands Interprètes
Orchestre Philharmonique
de Radio-France
Mikko Franck, direction
Khatia et Gvantsa
Buniatishvili, pianos

24/11/2018
Orchestre du Capitole
David Fray, dir. et piano
Audrey Vigoureux,
Emmanuel Christien,
Jacques Rouvier, pianos
23/11/2018
Les Sacqueboutiers
Théâtre du Capitole
Voyage musical
en Nouvelle Espagne
23/11/2018
 
 

 

Concerts/ Les Clefs de Saint-Pierre / Temps de guerre - 18 mars 2019
     

CRITIQUE

Il était une fois… la guerre

Décidemment, la saison des Clefs de Saint-Pierre ne manque ni d’imagination ni d’audace. Pour sa quatrième rencontre musicale, le 18 mars dernier, quatre jeunes musiciennes des pupitres de cordes de l’Orchestre national du Capitole ont choisi de réunir trois compositeurs du XXème siècle que les événements de la deuxième guerre mondiale ont inspirés ou plutôt affectés. Une plongée dans la noirceur et le drame.

Deux violonistes, Laura Jaillet et Clémence Mérou, l’altiste Laura Ensminger, qui présente le programme avec finesse et précision, ainsi que la violoncelliste Aurore Dassesse révèlent ainsi trois œuvres rares de compositeurs marqués par ces événements tragiques. L’Autrichien Viktor Ullmann, le Russe Dmitri Chostakovitch et l’Américain Steve Reich ont ainsi témoigné de ces temps obscurs à travers leur musique.
Le nom de Viktor Ullmann, pianiste et compositeur natif d’Autriche-Hongrie, n’est pas des plus connus du répertoire classique, et pour cause. Déporté dans le camp de concentration nazi de Terezin du fait de son origine juive, il est mort gazé le 18 octobre 1944 à Auschwitz-Birkenau, à l’âge de 46 ans. Son Quatuor à cordes n° 3, écrit en 1943 alors que le compositeur était déjà interné, ouvre cette soirée mémorielle. Ses quatre mouvements, chargés d’émotion s’enchaînent comme pour décrire une large courbe. L’inquiétude qui émane de l’Allegro moderato évolue vers l’agitation amère et parfois grimaçante du Presto. Une profonde angoisse imprègne tout le Largo au sein lequel semble battre un cœur. La violence rythmique de l’Allegro vivace final résonne comme une révolte finalement vaine. Cette œuvre poignante est analysée, déclamée avec intensité par les quatre interprètes unies comme en un seul instrument aux sonorités d’une belle richesse. Cohésion et précision sont celles d’un véritable quatuor à cordes constitué.



De gauche à droite : Laura Jaillet et Clémence Mérou, violons, Laura Ensminger, alto et
Aurore Dassesse, violoncelle - Photo Classictoulouse -

La même force expressive parcourt la pièce suivante, d’une étonnante originalité. Il s’agit cette fois d’une œuvre hybride pour quatuor à cordes et bande magnétique écrite en 1988 par le compositeur américain Steve Reich. Son titre, Different Trains, évoque l’expérience du très jeune enfant qu’il fut de parents divorcés dont le père vivait sur la côte est des États-Unis à New York et la mère sur la côte ouest à Los Angeles. De 1939 à 1942, pendant la deuxième guerre mondiale, le jeune homme devait fréquemment prendre le train pour aller d'une ville à l'autre au cours d'un voyage de trois jours avec la mémoire des déportés d'Europe convoyés dans d’autres trains vers les camps de concentration.
Cette période doublement sombre a inspiré au compositeur minimaliste une sorte d’échange entre un quatuor à cordes « réel » et une « partition » sonore enregistrée avec laquelle les interprètes dialoguent. Contraintes par le déroulement de l’enregistrement, les musiciennes impriment leur jeu en parfait synchronisme avec les paroles, les ambiances sonores, les bruits enregistrés. Parfois les instruments imitent les sons ainsi délivrés, construisant une sorte de dialogue étrange. On retrouve dans le jeu instrumental les caractéristiques de cette musique répétitive, obsessionnelle parfois, développées par cette école typiquement américaine qui réunit outre Steve Reich, des compositeurs comme Terry Riley, Philip Glass, ou John Adams. Les trois parties enchaînées de Different trains évoquent successivement l’Amérique avant la guerre, l’Europe pendant la guerre et finalement l’Après-guerre. De multiples séquences se succèdent, créant ainsi une atmosphère onirique, hypnotique à laquelle on se laisse prendre. Les quatre musiciennes réalisent là, dans un environnement lumineux adapté, un impressionnant travail de synchronisme qui ne cesse de rester profondément musical.



Les musiciennes pendant l'exécution de Different trains, de Steve Reich
- Photo Classictoulouse -

La seconde partie de la soirée retrouve un langage plus familier, celui du grand compositeur russe Dmitri Chostakovitch. Composé et créé en 1946 à Moscou, son Quatuor à cordes n° 3 fut censuré par le régime soviétique à la fois pour « formalisme » et pour son pessimisme considéré comme hors de propos après la victoire de l'URSS sur les troupes allemandes. Il illustre pourtant la volonté du compositeur d’évoquer la vie des petites gens, dans le contexte historique des dernières années de guerre. Ses cinq mouvements évoquent successivement la chronologie des événements tragiques de la « Grande guerre patriotique ». De l’insouciance légère qui ouvre l’Allegretto initial à la menace qui pèse sur le Moderato con moto, l’auditeur peut ainsi accompagner l’évolution des événements. L’Allegro non troppo central évoque avec réalisme la brutalité de la guerre jusqu’au vertige. L’Adagio qui suit, sorte d’hommage aux morts, n’élude pourtant pas la révolte. Le final Moderato, comme un retour à la vie, s’achève pourtant sur un retour au silence le plus glaçant.
L’implication des quatre musiciennes est telle que le public prolonge encore ce silence dans un recueillement saisissant. Un bis prolonge enfin l’œuvre de Chostakovitch avec un Prélude du même compositeur, originalement composé pour deux violons et piano, dans un arrangement pour quatuor à cordes. Une pièce qui retrouve enfin une certaine nostalgie, une certaine tendresse…
Encore une fois, on admire ici ce qui pourrait célébrer la naissance d’un authentique quatuor à cordes.

Serge Chauzy
Article mis en ligne le 19 mars 2019

 

infos
 



Renseignements détaillés et réservations au :


06 63 36 02 86.

Email : internotes.toulouse@
gmail.com

Internet :
http://lesclefsdesaintpierre
.org/

 

Programme du concert donné le 18 mars 2019
à 20 h à l'auditorium Saint-Pierre des Cuisines de Toulouse

* V. Ullmann

- Quatuor à cordes n° 3

* S. Reich
- Different Trains

* D. Chostakovitch
- Quatuor n° 3 en fa majeur op. 73

 

Les saisons musicales
lyrique et
chorégraphique
toulousaines

 
2018-2019
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

 

copyright © 2007
www.classictoulouse.com
- tous droits réservés -
infos légales

 

 

 

entretiens - festivals - concerts - danse - opéra - disques - dvd - partenaires - contacts - liens - index