www.classicToulouse.com
Annonces
 
Orchestre du Capitole
Marcelo Lehninger, dir.
Fazil Say, piano
26/05/2018
Dialogue aux Carmélites
Saison 2018
Présentation 20/03/2018 09/06 au 23/09/2018
Les Sacqueboutiers
Jean Tubéry, cornetto
Gwendolyn Toth, orgue
12/06/2018
Les Sacqueboutiers
Gwendolyn Toth, orgue
13/06/2018
 
Critiques
 
Orchestre du Capitole
Josep Pons, direction
18/05/2018
Orchestre du Capitole
Clemens Schuldt, direction
Baiba Skride, violon
12/05/2018
Orchestre du Capitole
Bruno Mantovani, direction
Roger Muraro, piano
05/05/2018
Grands Interprètes
Thibaut Garcia, guitare
03/05/2018
Clefs de Saint-Pierre
Elégance Française
30/04/2018
Orchestre du Capitole
Stanislav Kochanovsky,
direction
Sergey Khachatryan,
violon
20/04/2018
Orchestre L'Enharmonie
Serge Krichewsky, dir.
Philippe Monferran, piano
14/04/2018
Toulouse Wind Orchestra
Alexandre Jung, direction
Sophie Dartigalongue,
basson
13/04/2018
Arts Renaissants
Quintette à cordes de
Berlin
11/04/2018
Les Sacqueboutiers
Choeur de l'Université
Jean-Jaurès
Palladia Tolosa
08 et 10/04/2018
Orchestre d'Harmonie
de Quint-Fonsegrives
David Minetti, direction
09/04/2018
Orchestre du Capitole
Jeff Mills, Lost in Space
Christophe Mangou, dir.
05, 06, 07/04/2018
Grands Interprètes
Orchestre Philharmonique
de Radio France
Hartmut Haenchen, dir.
30/03/2018
Orchestre Les Passions
Jean-Marc Andrieu, dir.
Vent des Royaumes
29/03/2018
Grands Interprètes
Edgar Moreau, violoncelle
David Kadouch, piano
19/03/2018
Maîtrise de Toulouse
Mark Opstad, direction
Lux : Soleil et étoiles
17/03/2018
Grands Interprètes
Ensemble Pygmalion
Raphaël Pichon, direction
14/03/2018
Odyssud
Orchestre Les Passions
Jean-Marc Andrieu, dir.
Magali Léger, soprano
Paulin Bündgen,
contre-ténor
13/03/2018
Grands Interprètes
B'Rock Orchestra
René Jacobs, direction
Robin Johannsen, soprano
08/03/2018
Orchestre du Capitole
Tugan Sokhiev, direction
Vadim Repin, violon
05/03/2018
Musika Orchestra
Academy
Pierre Bleuse, direction
Béatrice Uria-Monzon,
mezzo-soprano
04/03/2018
Saison Bleue de Toulouse
David Grimal, violon
Anne Gastinel, violoncelle
Philippe Cassard , piano
27/02/2018
Clefs de Saint-Pierre
Impressionnismes
26/02/2018
Orchestre du Capitole
Andris Poga , dir.
Andreï Korobeinikov, piano
23/02/2018
Orchestre du Capitole
Thomas Søndergård, dir.
Josef Špaček, violon
15/02/2018
Arts Renaissants
Jean Rondeau, clavecin
Dynastie
14/02/2018
Orchestre de Chambre
de Toulouse
Gilles Colliard, violon et
direction,
Thierry Huillet, piano
09/02/2018
Théâtre du Capitole
Les éléments
Ars Nova
08/02/2018
Orchestre du Capitole
Klaus Mäkelä, direction
03/02/2018
Arts Renaissants
Alexandre Tharaud, piano
Jean-Guihen Queyras,
violoncelle
31/01/2018
Clefs de Saint-Pierre
Les années trente
22/01/2018
Grands Interprètes
Daniel Barenboim, piano
15/01/2018
Orchestre du Capitole
Tugan Sokhiev, direction
Daniel Lozakovich, violon
12/01/2018
 
 

 

Concerts/ Les Clefs de Saint-Pierre / Impressionnismes - 26 février 2018
     

CRITIQUE

« Les parfums, les couleurs et les sons se répondent »

Comme pour illustrer ce vers de Baudelaire, l’association des Clefs de Saint-Pierre présentait ce lundi 26 février un programme musical original et coloré. Claude Debussy, Darius Milhaud, Henri Dutilleux, les compositeurs joués lors de ce concert, ont tous abordé le genre du quatuor à cordes, de manière différente, mais avec une sensibilité forte vis-à-vis des images. Attirés tous trois par l’art pictural, si prolifique dès l’avènement de l’impressionnisme, ils ont tissé à travers leurs œuvres ce lien évoqué par le poète.

Ces trois œuvres emblématiques d’un mouvement musical particulièrement fécond sont présentées ce soir-là par quatre musiciennes de grand talent, toutes liées à l’Orchestre national du Capitole : Sharon Roffman et Edwige Farenc, violons, Juliette Gil, alto et Sarah Iancu, violoncelle.
En introduction, Henri Simonneau, le nouveau président de l’association Internotes qui gère Les Clefs de Saint-Pierre, ouvre la soirée dont il confie la présentation des œuvres à Joëlle Farenc. Ainsi, avec pédagogie et finesse, chaque partition est brièvement resituée dans son époque et son milieu, habilement dévoilée, facilitant ainsi son écoute.
La première « impression » (c’est bien le cas de l’écrire !) que laisse cette association de quatre musiciennes est que nous écoutons là un véritable quatuor à cordes. L’homogénéité de sa sonorité, au-delà des spécificités de chacune, la cohésion rythmique, l’unité expressive sont celles d’un ensemble constitué. La première œuvre abordée est celle d’un jeune compositeur d’une vingtaine d’année, natif de cette Provence riche en talents picturaux, le très prolifique Darius Milhaud. Le tout premier de ses 18 quatuors à cordes, son opus 5, date de 1912. Il est dédié au peintre Paul Cézanne, lui aussi imprégné de ces paysages méridionaux. Toute cette partition se révèle baignée de ce soleil de Provence. Le premier mouvement, intitulé Rythmique, introduit l’auditeur dans cette lumière bienfaisante, grâce à un motif conducteur qui se retrouve tout au long de l’œuvre. Intime, contenu, titre du deuxième volet, s’ouvre sur un rythme de berceuse, s’écoute comme dans un rêve qui s’anime un instant pour de replonger dans la douceur. Le final, Vif, très rythmé, illustre une sorte de fête où la danse emporte les participants.


O De gauche à droite : Sharon Roffman et Edwige Farenc, violons, Juliette Gil, alto,
Sarah Iancu, violoncelle - Photo Classictoulouse -

Bien différemment résonne l’unique quatuor de ce grand héritier d’un certain debussysme, Henri Dutilleux, disparu en 2013 à l’âge vénérable de 97 ans. Intitulé poétiquement Ainsi la nuit, cet étrange puzzle musical a été composé entre 1971 et 1977, peu avant sa grande œuvre symphonique, Timbres, espace, mouvement inspirée quant à elle par Van Gogh et sa célèbre toile, La Nuit étoilée. Comment ne pas déceler déjà dans son Quatuor la succession des coups de pinceaux du peintre ? Les sept sections qui composent cette partition portent des noms profondément évocateurs, comme Miroir d’espace, Constellations, Temps suspendu… La complexité de l’écriture, toute en petites touches, le déploiement des couleurs nocturnes, le pointillisme parfois de certaines passages ne posent aucun problème aux interprètes. La précision de leurs interventions successives, particulièrement évidente dans la parfaite gestion des passages pizzicato, reste impeccable. Les « parenthèses », qui relient les premières parties entre elles, reprennent ou anticipent les thèmes apparaissant dans les mouvements principaux. Là aussi les modes de jeu les plus divers, pizzicati, sons harmoniques, cordes multiples, sont habilement franchis par les musiciennes. L’œuvre diffuse sa poésie comme dans un rêve, comme par magie.
La seconde partie de la soirée revient à ce que l’on pourrait qualifier de partition de référence pour le quatuor à cordes du XXème siècle, le Quatuor en sol mineur de Claude Debussy. Créé en 1893, il reste unique dans la production de son auteur. Unique également apparaît sa structure de forme classique en quatre mouvements pour ce pourfendeur de l’héritage du passé. Le premier volet, Animé et très décidé, est pris ici dans un tempo ferme mais mesuré. Un impressionnant élan vital alterne avec un lyrisme chaleureux. Le deuxième volet, Assez vif et bien rythmé, fait sonner les pizzicati de manière incisive. La mélodie d’y épanouit néanmoins avec esprit. L’Andantino, sommet d’expression, fait rêver. La douceur initiale, la fièvre qui vient un instant troubler la surface de l’eau, le retour à l’intimité sont admirablement suggérés. L’ouverture, Très modéré, du final semble construire peu à peu ce volet conclusif. L’effervescence s’épanouit enfin avec la partie Très mouvementé et avec passion. Péroraison intense comme une victoire !
L’accueil enthousiaste du public obtient la reprise du deuxième mouvement de ce Quatuor.
Tout au long de la soirée on admire les spécificités sonores de chacune des musiciennes, la finesse soyeuse des violons de Sharon Roffman et Edwige Farenc, la rondeur chaleureuse de l’alto de Juliette Gil, l’ampleur cuivrée, comme vocale, du violoncelle de Sarah Iancu. Leur association construit un vrai son de quatuor. Grâce leur en soit rendue.

Serge Chauzy
Article mis en ligne le 28 février 2018

 

infos
 



Renseignements détaillés et réservations au :


06 63 36 02 86.

Email : internotes.toulouse@
gmail.com

Internet :
http://lesclefsdesaintpierre
.org/

 

Programme du concert donné le 26 février à 20 h à l'auditorium Saint-Pierre des Cuisines

* D. Milhaud

-Quatuor n°1 op. 5, dédié à Paul Cézanne

* H. Dutilleux
- Quatuor « Ainsi la nuit »

* C. Debussy
- Quatuor en sol mineur op. 10

 

Les saisons musicales
lyrique et
chorégraphique
toulousaines

 
2017-2018
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

 

copyright © 2007
www.classictoulouse.com
- tous droits réservés -
infos légales

 

 

 

entretiens - festivals - concerts - danse - opéra - disques - dvd - partenaires - contacts - liens - index