www.classicToulouse.com
classic toulouse
Annonces
 
Les Sacqueboutiers
Concerts d'été
07 au 27/08/2022
Musique en Dialogue
aux Carmélites
Winnaretta Singer,
Princesse de Polignac
Françoise Masset, soprano
Anne Le Bozec, piano
Zazie Delem, récitante
28/08/2022
Orchestre nat. du Capitole
La démission de
Tugan Sokhiev
06/03/2022
 
Critiques
 
Musique en Dialogue
aux Carmélites
Tchaïkovski et la baronne
Nadejda von Meck
Denis Pascal, soprano
Marie-Christine Barrault,
récitante
24/07/2022
Récital Michel Bouvard
Eglise Notre-Dame de
l'Assomption
Bagnères-de-Luchon
23/07/2022
Musique en Dialogue
aux Carmélites
Les Passions
Jean-Marc Andrieu, dir.
Clémence Garcia, soprano
François Castang, récitant
02/07/2022
Musique en Dialogue
aux Carmélites
Mūza Rubackyté, piano
Olivier Bellamy, récitant
19/06/2022
Orchestre nat. du Capitole
Maxim Emelyanychev, dir.
Katia et Marielle Labèque,
pianos
17/06/2022
Orchestre nat. du Capitole
Cornelius Meister, dir.
Sunwook Kim, piano
10/06/2022
Orchestre nat. du Capitole
Jukka-Pekka Saraste, dir.
Verdi Requiem
31/05/2022
Orchestre nat. du Capitole
Ryan Bancroft, direction
Benjamin Beilman, violon
26/05/2022
Toulouse Guitare
Gaëlle Solal, Rafaël Léger
20/05/2022
Les Sacqueboutiers
Ensemble vocal Tempus 21
Les Trois "S"
19 et 20/05/2022
Orchestre de Chambre
de Toulouse
Gilles Colliard, direction
12/05/2022
Les Clefs de Saint-Pierre
Du côté de chez Ludwig
09/05/2022
Orchestre nat. du Capitole
Joseph Swensen, direction
06/05/2022
Orchestre nat. du Capitole
Xian-Zhang, direction
Kristi Gjezi, violon
30/04/2022
Orchestre nat. du Capitole
Frank Beermann, direction
David Fray, piano
23/04/2022
Les Arts Renaissants
Quatuor Ellipsos
19/04/2022
Grands Interprètes
Camerata Salzburg
Fazil Say, piano
19/04/2022
Toulouse Guitare
Trio Cavalcade
15/04/2022
Musique pour la paix
Eglise du Gesu
09/04/2022
Les Arts Renaissants
Venice Baroque Orchestra
Andrea Marcon, direction
Chouchane Siranossian,
violon
29/03/2022
Grands Interprètes
Orchestre Philharmonique
de Radio-France
Myung-Whun Chung, piano
et direction
26/03/2022
Orchestre nat. du Capitole
Direction Fuad Ibrahimov
Orféon Donostiarra, José
Antonio Sainz Alfaro, dir.
25/03/2022
Orchestre l'Enharmonie
Serge Krichewsky, dir.
Vincent Martinet, piano
17/03/2022
Toulouse Guitare
Antoine Morinière, guitare
Joachim Maudet, danse
11/03/2022
Association Gabriel Fauré
Le Duo des lames
10/03/2022
Orchestre nat. du Capitole
Wilson Ng, direction
Julien Martineau,mandoline
05/03/2022
Grands Interprètes
Wiener Symphoniker
Andrés Orozco-Estrada,
direction
Vilde Frang, violon
03/03/2022
Orchestre nat. du Capitole
Thomas Guggeis, direction
Bertrand Chamayou, piano
26/02/2022
Grands Interprètes
Martha Argerich et
Sergei Babayan, pianos
25/02/2022
Orchestre nat. du Capitole
Christian Arming, direction
Haochen Zhang, piano
17/02/2022
Orchestre nat. du Capitole
Kazuki Yamada, direction
Josef Špaček, violon
11/02/2022
Grands Interprètes
Les Musiciens du Louvre
Marc Minkowski, dir.
Thomas Dolié, baryton
07/02/2022
Orchestre nat. du Capitole
Speranza Scappucci, dir.
Le Villi, G. Puccini
05/02/2022
Les Arts Renaissants
Quatuor Hagen
Jörg Widmann, clarinette
01/02/2022
Les Clefs de Saint-Pierre
Viennoiseries
31/01/2022
Grands Interprètes
Hélène Grimaud
21/01/2022
Les Arts Renaissants
Le Banquet Céleste
Damien Guillon
18/01/2022
Grands Interprètes
Evgeny Kissin
18/01/2022
Théâtre du Capitole
Capella Reial de Catalunya
Concert des Nations
Jordi Savall, direction
10/01/2022
Orchestre nat. du Capitole
Maxim Emelyanychev, dir.
Aylen Pritchin, violon
07/01/2022
Mélodies hébraïques
Sarah Iancu, violoncelle
David Bismuth, piano
04/01/2022
Les Arts Renaissants
Café Zimmermann
Clément Janequin
Les Sacqueboutiers
14/12/2021
 
 

 

Concerts / Orchestre national du Capitole - Maxim Emelyanychev, direction
Katia et Marielle Labèque, pianos - 17 juin 2022
     

CRITIQUE

Confirmation et découverte avec Maxim Emelyanychev
et les sœurs Labèque

Le dernier concert de la saison 2021-2022 de l’Orchestre national du Capitole a permis de renouer avec le bouillonnant chef russe Maxime Emelyanychev et les deux grandes pianistes aux carrières liées, Katia et Marielle Labèque. Deux grandes œuvres du répertoire symphonique encadrent, dans le programme de cette soirée, la création à Toulouse d’une partition nouvelle de la jeune école américaine de composition.

Le concert s’ouvre sur l’une des symphonies les plus célèbres de tout le répertoire romantique : la Symphonie n° 8 dite « Inachevée » de Franz Schubert. Connaissant la recherche permanente menée par Maxim Emelyanychev autour du style d’interprétation des œuvres du passé, on ne s’étonnera pas de constater l’utilisation au sein de l’Orchestre national du Capitole d’instruments « historiques », comme la flûte en bois ou les timbales en peau. En outre, la disposition des différents pupitres sur le plateau de la Halle obéit à une géométrie inhabituelle. En particulier, les seconds violons prennent la place des altos, faisant face ainsi aux premiers violons comme en un jeu de miroir. Plus spécifique apparaît le style de jeu des cordes au vibrato particulièrement atténué, par rapport à la pratique habituelle.


Maxim Emelyanychev à la tête de l'Orchestre national du Capitole - Photo Classictoulouse -

La profondeur expressive de l’œuvre se manifeste dès les premières notes de l’Allegro moderato, comme émergeant du silence. La délicatesse du phrasé, la sensibilité du propos n’éludent en rien l’intensité du drame qui se manifeste par des tutti déchirants. Et puis on perçoit différemment les pizzicati des cordes, évocation émouvante des battements d’un cœur. Le chant-contrechant de l’Andante con moto révèle un lyrisme intérieur particulièrement sensible. La conduite élaborée des crescendos participe au développement d’un drame qui reste intérieur, presque intime. On peine à imaginer la manière dont Schubert aurait complété ce chef-d’œuvre !
Comme en miroir après la partition en création, le concert s’achève sur une exécution éblouissante de la Symphonie n° 103 conçue et imaginée à Londres en 1795 par Joseph Haydn. Dès les premières notes, il est aisé de comprendre la raison pour laquelle l’œuvre a été surnommée « Roulement de timbales ». Jean-Sébastien Borsarello, le musicien titulaire bien connu de ce pupitre, déchaîne cette percussion a cappella comme pour surprendre ses collègues, le public et peut-être même le chef ! Le contraste n’en est que plus frappant avec le thème au basson du Dies Irae qui ouvre avec profondeur la section Adagio de ce premier mouvement. Nouveau contraste avec l’Allegro con spirito de ce même volet. Le chef trouve le ton jovial, l’esprit, l’humour même qui animent cette section. Dans l’Andante più tosto allegretto qui suit, le principe de la variation donne l’occasion d’entendre le lumineux solo de violon que délivre avec finesse Mathilde Borsarello-Herrmann, qui occupe ce soir-là avec panache le poste de violon solo.
Aussi bien dans le Menuetto et son Trio que dans le Finale : Allegro con spirito, la vitalité la plus enivrante parcourt tous les pupitres de l’orchestre, stimulés par une direction aussi précise que dynamique. Une musique du bonheur !


Katia et Marielle Labèque, solistes du Concerto de Nico Muhly - Photo Classictoulouse -

Entre ces deux symphonies du grand répertoire, l’œuvre en création du compositeur et pianiste américain Nico Muhly a ménagé une transition rafraîchissante à laquelle Katia et Marielle Labèque ont apporté leur vivifiant talent. Rappelons qu’elles furent, en 2010 à Toulouse, les brillantes interprètes du double concerto de Francis Poulenc.
Né en 1981 dans le Vermont, Nico Mulhy est considéré par Katia Labèque comme l’enfant terrible de la musique ! Le compositeur de musique minimaliste américaine Philip Glass est pour lui un véritable mentor. Son style d’écriture se retrouve en filigrane dans ce Concerto pour deux pianos qui porte le sous-titre « In Certain Circles ». Dédiée aux interprètes de cette soirée, Katia et Marielle Labèque, cette partition est structurée comme dans la tradition classique selon trois mouvements.
En outre, la partition s’inspire de la tradition de musique baroque française. Elle cite notamment un petit fragment d’une pièce de Rameau, L’Enharmonique. Tout au long de l’œuvre les deux pianos dialoguent entre eux et avec un orchestre riche de couleurs et de percussions. Le lyrisme de certains passages contraste avec quelques explosions, autant de surprises de la part d’une musique imaginative et ludique. Le lien avec le grand mouvement des musiques répétitives et/ou minimalistes américaines doit beaucoup à Terry Riley, Steve Reich et surtout à Phil Glass auquel se réfère Nico Muhly.
Le bis offert par Katia et Marielle Labèque est d’ailleurs signé de Phil Glass. Le quatrième mouvement de la pièce intitulée sobrement « Four Movements For Two Pianos », donne une occasion de plus d’admirer non seulement leur éblouissante virtuosité mais également leur sens de la cohésion et de la couleur.

Serge Chauzy
Article mis en ligne le 18 juin 2022

Le compositeur Nico Muhly ainsi que Katia et Marielle Labèque commentent cette création dans une vidéo dont voici le lien :
https://www.youtube.com/watch?v=LN_zi1Ym4K4

 

 

 

infos
 

Détail des informations, s’adresser à :

Orchestre National du Capitole de Toulouse
- Service location
BP 41408 – 31014
Toulouse Cedex 6.


Renseignements, détail complet de la saison et réservations :

http://onct.toulouse.fr/
 
Programme du concert donné le 17 juin 2022 à 20h à la Halle aux Grains de Toulouse

* F. Schubert

- Symphonie n°8 "Inachevée" en si mineur, D. 759

* N. Muhly
- Concerto pour deux pianos et orchestre,
« In Certain Circles »

* J. Haydn
- Symphonie n°103 "Roulement de timbales" en mi bémol majeur,
Hob. I : 103
 
Les saisons musicales
lyriques et
chorégraphiques
toulousaines

 
2022-2023
 
 
 
 
Les Clefs de Saint-
Pierre
 
Grands Interprètes
 

Les Arts
Renaissants

 
Odyssud-Blagnac
 
 
 
 
 
 
 
Toulouse Guitare
 

 

 

 

copyright © 2007
www.classictoulouse.com
- tous droits réservés -
infos légales

 

 

 

entretiens - festivals - concerts - danse - opéra - disques - dvd - partenaires - contacts - liens - index