www.classicToulouse.com
Annonces
 
Rotary-Tlse-Lauragais
Constant Despres, piano
Chœur Octambule
25/04/2019
Orchestre du Capitole
Joseph Swensen, direction
Janina Baechle, mezzo
Christian Elsner, ténor
27/04/2019
Orchestre L'Enharmonie
Serge Krichewsky, dir.
Philippe Monferran, piano
29/04/2019
Musique en Dialogue aux
Carmélites
Saison 2019
Musicales franco-russes
Orchestre du Capitole
Tugan Sokhiev, direction
07/01/2019
La Saison Bleue
Edition 2018-2019
 
Critiques
 
Orchestre du Capitole
Tugan Sokhiev, direction
Vadim Gluzman, violon
17/04/2019
Orchestre du Capitole
Tugan Sokhiev, direction
Raquel Camarinha, sop.
Renaud Capuçon, violon
12/04/2019
Les Arts Renaissants
Thibaut Garcia, guitare
Boris Grelier, flûte
10/04/2019
Les Sacqueboutiers
La Maîtrise de Toulouse
"Missa pro defunctis"
09/04/2019
Grands Interprètes
Martha Argerich et
Lilya Zilberstein, pianos
06/04/2019
Orchestre du Capitole
Maxim Emelyanychev,
piano et direction
05/04/2019
Clefs de Saint-Pierre
"Temps de guerre"
18/03/2019
Grands Interprètes
Le Bolchoï de Russie
Tugan Sokhiev, direction
13, 14 et 15/03/2019
Grands Interprètes
Bertrand Chamayou, piano
Sol Gabetta, violoncelle
11/03/2019
Orchestre du Capitole
Kazuki Yamada, direction
Sandrine Piau,
Karine Deshayes,
Chœur du Capitole
08/03/2019
Orchestre du Capitole
La Damnation de Faust
H. Berlioz
Tugan Sokhiev, direction
Chœur et Maîtrise du
Capitole
22/02/2019
Les Arts Renaissants
Quatuor Hagen
20/02/2019
Grands Interprètes
Thomas Enhco, piano
Vassilena Serafimova,
marimba
18/02/2019
Les Sacqueboutiers
La Musique au féminin
Paulhac (Haute Garonne)
16/02/2019
Orchestre du Capitole
John Storgårds, direction
Alexandre Kantorow,
piano
15/02/2019
Orchestre du Capitole
Christian Zacharias, piano
et direction
08/02/2019
Grands Interprètes
Arcadi Volodos
28/01/2019
Clefs de Saint-Pierre
"Rencontre viennoise"
21/01/2019
Grands Interprètes
The King's Singers
19/01/2019
Orchestre du Capitole
Kahchun Wong, direction
Adam Laloum, piano
12/01/2019
Les Arts Renaissants
Accademia dell'Annunciata
Giuliano Carmignola,
violon
09/01/2019
La Saison Bleue
Sandrine Tilly, flûte
Valeria Kafelnikov, harpe
Violaine Despeyroux, alto
08/01/2019
Orchestre du Capitole
Evan Rogister, direction
Concerts du Nouvel An
30 /12/2018
Orchestre du Capitole
Tugan Sokhiev, direction
Star Wars
19/12/2018
Les Arts Renaissants
La Chapelle Rhénane
Benoît Haller, direction
12/12/2018
Grands Interprètes
Evan Hugues, chant
Hélio Vida, piano

10/12/2018
Orchestre du Capitole
Klaus Mäkelä, direction
Akiko Suwanai, violon
08/12/2018
Clefs de Saint-Pierre
"Demain dès l'aube"
03/12/2018
Grands Interprètes
Maria João Pires et Lilit
Grigoryan, pianos

29/11/2018
Musique au Palais
Edition 2018
24 et 25/11/2018
Grands Interprètes
Orchestre Philharmonique
de Radio-France
Mikko Franck, direction
Khatia et Gvantsa
Buniatishvili, pianos

24/11/2018
Orchestre du Capitole
David Fray, dir. et piano
Audrey Vigoureux,
Emmanuel Christien,
Jacques Rouvier, pianos
23/11/2018
Les Sacqueboutiers
Théâtre du Capitole
Voyage musical
en Nouvelle Espagne
23/11/2018
 
 

 

Concerts / Orchestre national du Capitole - John Storgårds, direction Alexandre Kantorow, piano - 15 février 2019
     

CRITIQUE

Le feu sous la glace

Au programme du concert du 15 février de l’Orchestre national du Capitole, Tchaïkovski et Sibelius ont soulevé l’enthousiasme d’une Halle aux Grains pleine à craquer. Le retour du chef d’orchestre finlandais John Storgårds et du pianiste français Alexandre Kantorow a donc bénéficié à deux compositeurs, à deux œuvres plutôt rares du grand répertoire romantique.

Déjà présent à Toulouse dès 2009, John Storgårds mène de front une double carrière de chef d’orchestre et de violoniste virtuose. Premier Chef invité de l’Orchestre philharmonique de la BBC et Premier Chef invité de l’Orchestre du Centre national des Arts d’Ottawa au Canada, John Storgårds est en outre le Directeur artistique de l’Orchestre de Chambre de Laponie. A côté du grand répertoire symphonique nordique (Sibelius, Nielsen, Bruckner, Brahms…) il crée régulièrement de nouvelles œuvres écrites par des compositeurs d’aujourd’hui.
Né en 1997 dans une famille de musiciens (ses deux parents sont violonistes, son père Jean-Jacques est aussi un célèbre chef d’orchestre), Alexandre Kantorow connait un fulgurant début de carrière. Il fut récemment à Toulouse l’invité du 38ème festival international Piano aux Jacobins. C’était en 2017.
A ce jeune pianiste échoit la partie soliste du Concerto pour piano et orchestre n° 2 en sol majeur de Tchaïkovski qui ouvre la soirée. L’œuvre est souvent éclipsée par le Concerto n° 1 du même Tchaïkovski, devenu rapidement un véritable « tube » des « broyeurs d’ivoire ». Il est vrai qu’après le succès remporté par ce premier opus concertant, le deuxième n’a pas bénéficié du même accueil favorable. Entretemps, le dédicataire de la partition, Nikolaï Rubinstein avait succombé à la tuberculose.



Alexandre Kantorow soliste du Concerto n° 2 de Tchaïkovski - Photo Classictoulouse -

L’exécution de ce 2ème concerto réclame de la part du soliste une endurance et une force percussive aussi intenses que les plus virtuoses des concertos de Prokofiev. A l’évidence, Alexandre Kantorow possède cette incroyable puissance, ces doigts d’acier nécessaires au déploiement de l’Allegro brillante e molto vivace qui ouvre la partition. La confrontation de son jeu dense et riche avec les déferlements orchestraux se déroule dans un équilibre impressionnant. Il n’en est pas moins vrai que la palette expressive autant que nuancée du pianiste lui permet d’exceller tout autant dans la douceur et même la tendresse dont l’écriture n’est pas avare. Il est rare d’observer un tel contrôle d’un jeu parfaitement maîtrisé et néanmoins d’une étonnante spontanéité. Ce premier volet, à l’écriture un peu brouillonne, contient de redoutables cadences dont Alexandre Kantorow franchit avec panache les obstacles inouïs. En outre, les échanges avec l’orchestre prennent ici tout leur charme : la clarinette, le cor, la flûte mêlent leur contribution raffinée au discours pianistique.
Le deuxième mouvement, Andante non troppo, va même plus loin dans la recherche du dialogue instrumental. On est fasciné par un épisode de musique de chambre, comme enchâssé dans le déroulement d’un chant lyrique qui évoque irrésistiblement le Tchaïkovski des opéras, essentiellement Eugène Onéguine. Le violon solo, Kristi Gjezi, et le violoncelle solo, Pierre Gil, font assaut de finesse et de musicalité en rejoignant le piano dans une sorte de trio chargé d’émotion. Le bref final Allegro con fuoco porte bien son nom. Le soliste l’enflamme avec une ardeur toujours aussi brillamment contrôlée.



Le chef d'orchestre finlandais John Storgårds - Photo Classictoulouse -

L’acclamation unanime qui salue cette interprétation obtient du pianiste un double bis. Alexandre Kantorow joue d’abord une impressionnante transcription, signée Guido Agosti, du final de L’Oiseau de feu, de Stravinski. Puis il conclut avec l’apaisante Valse des regrets, de Johannes Brahms.
La seconde partie du concert, consacrée à la Symphonie n° 5 de Jean Sibelius, retrouve en John Storgårds l’interprète privilégié de ce répertoire. Cette partition flamboyante en dit long sur le génie symphoniste d’un compositeur trop longtemps ignoré, parfois même méprisé. Le chef d'orchestre, compositeur, théoricien et pédagogue René Leibowitz n’a-t-il pas en effet osé écrire : « Sibelius, le plus mauvais compositeur du monde » ? Sans commentaire…
Dès le premier mouvement, Tempo moderato molto, de cette symphonie, une atmosphère s’installe, tout imprégnée d’évocations panthéistes. Un paysage semble émerger de la nuit. Le lyrisme touchant de l’écriture alterne avec l’inquiétude, le drame, la tendresse. La coda tempétueuse s’achève sur un arrêt brusque, surprenant. L’Andante mosso, quasi allegretto oppose l’ombre à la lumière. Les pizzicati des cordes, la fluidité des flûtes brossent un tableau touchant, par moments éclairé par les cuivres. Les couleurs orchestrales se mêlent dans leur diversité. Une puissante musique des images envahit le final Allegro molto. Tout le mouvement semble s’incarner dans un irrésistible crescendo. La lumière ne cesse de progresser, comme un grand soleil sur une lande enneigée. Tout se résout dans la succession des six accords monumentaux, six affirmations d’une force supérieure, qui concluent l’œuvre de la manière la plus impressionnante qui soit. Toutes les qualités de notre Orchestre : cohésion, projection, plénitude, couleurs, se trouvent ici exaltées par la direction passionnée de John Storgårds.
Sous l’ovation du public, le chef ne manque pas de témoigner à chaque musicien, à chaque pupitre, sa ferveur et sa reconnaissance.

Serge Chauzy
Article mis en ligne le 16 février 2019

 

 

infos
 

Détail des informations, s’adresser à :

Orchestre National du Capitole de Toulouse
- Service location
BP 41408 – 31014
Toulouse Cedex 6.


Renseignements, détail complet de la saison et réservations :

http://onct.toulouse.fr/
 

Programme du concert donnés le 15 février 2019 à 20 h, à la Halle aux Grains de Toulouse

* P. I. Tchaïkovski
- Concerto pour piano et orchestre n° 2

*J. Sibelius
- Symphonie n° 5


Les saisons musicales
lyrique et
chorégraphique
toulousaines

 
2018-2019
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

 

copyright © 2007
www.classictoulouse.com
- tous droits réservés -
infos légales

 

 

 

entretiens - festivals - concerts - danse - opéra - disques - dvd - partenaires - contacts - liens - index