www.classicToulouse.com
Annonces
 
Moondog à Toulouse
Saison 2018-2019
Gospel - Jeane Manson
02/10/2018
Arts Renaissants
Saison 2018-2019
Grands Interprètes
Saison 2018-2019
Odyssud
Saison 2018-2019
Dialogue aux Carmélites
Saison 2018
Présentation 20/03/2018 09/06 au 23/09/2018
Orchestre du Capitole
Saison 2018-2019
Présentation
30/05/2018
Les Clefs de Saint-Pierre
Saison 2018-2019
 
Critiques
 
Les Sacqueboutiers
Le Roman de Jaufre
Festival Elizik, Narbonne
11/07/2018
Orchestre du Capitole
Lahav Shani, direction
Toulouse d'Eté
09/07/2018
Dialogue aux Carmélites
Amanda Favier, violon
François Castang, récitant
08/07/2018
Orchestre L'Enharmonie
Serge Krichewsky, dir.
Chiu-Jan Ying, violon
02/07/2018
Orchestre du Capitole
Enrique Mazzola, direction
Edgar Moreau, violoncelle
22/06/2018
Orchestre du Capitole
Long Yu, direction
Chad Hoopes, violon
16/06/2018
Grands Interprètes
Chamber Orchestra of
Europe,
Yannick Nézet-Séguin, dir.
Lisa Batiashvili, violon
15/06/2018
Les Sacqueboutiers
Gwendolyn Toth, orgue
13/06/2018
Les Sacqueboutiers
Jean Tubéry, cornetto
Gwendolyn Toth, orgue
12/06/2018
Dialogue aux Carmélites
Clara Cernat, violon
Thierry Huillet, piano
Luc Ferry, philosophe
10/06/2018
Orchestre du Capitole
Tugan Sokhiev, direction
Orféon Donostiarra
08/06/2018
Grands Interprètes
Grigory Sokolov, piano
04/06/2018
Orchestre du Capitole
Tugan Sokhiev, direction
Nicholas Angelich, piano
02/06/2018
Orchestre du Capitole
Marcelo Lehninger, dir.
Guillaume Vincent, piano
26/05/2018
Orchestre du Capitole
Josep Pons, direction
18/05/2018
Orchestre du Capitole
Clemens Schuldt, direction
Baiba Skride, violon
12/05/2018
Orchestre du Capitole
Bruno Mantovani, direction
Roger Muraro, piano
05/05/2018
Grands Interprètes
Thibaut Garcia, guitare
03/05/2018
Clefs de Saint-Pierre
Elégance Française
30/04/2018
Orchestre du Capitole
Stanislav Kochanovsky,
direction
Sergey Khachatryan,
violon
20/04/2018
Orchestre L'Enharmonie
Serge Krichewsky, dir.
Philippe Monferran, piano
14/04/2018
Toulouse Wind Orchestra
Alexandre Jung, direction
Sophie Dartigalongue,
basson
13/04/2018
Arts Renaissants
Quintette à cordes de
Berlin
11/04/2018
Les Sacqueboutiers
Choeur de l'Université
Jean-Jaurès
Palladia Tolosa
08 et 10/04/2018
Orchestre d'Harmonie
de Quint-Fonsegrives
David Minetti, direction
09/04/2018
Orchestre du Capitole
Jeff Mills, Lost in Space
Christophe Mangou, dir.
05, 06, 07/04/2018
Grands Interprètes
Orchestre Philharmonique
de Radio France
Hartmut Haenchen, dir.
30/03/2018
Orchestre Les Passions
Jean-Marc Andrieu, dir.
Vent des Royaumes
29/03/2018
Grands Interprètes
Edgar Moreau, violoncelle
David Kadouch, piano
19/03/2018
Maîtrise de Toulouse
Mark Opstad, direction
Lux : Soleil et étoiles
17/03/2018
Grands Interprètes
Ensemble Pygmalion
Raphaël Pichon, direction
14/03/2018
Odyssud
Orchestre Les Passions
Jean-Marc Andrieu, dir.
Magali Léger, soprano
Paulin Bündgen,
contre-ténor
13/03/2018
Grands Interprètes
B'Rock Orchestra
René Jacobs, direction
Robin Johannsen, soprano
08/03/2018
Orchestre du Capitole
Tugan Sokhiev, direction
Vadim Repin, violon
05/03/2018
Musika Orchestra
Academy
Pierre Bleuse, direction
Béatrice Uria-Monzon,
mezzo-soprano
04/03/2018
Saison Bleue de Toulouse
David Grimal, violon
Anne Gastinel, violoncelle
Philippe Cassard , piano
27/02/2018
Clefs de Saint-Pierre
Impressionnismes
26/02/2018
 
 

 

Concerts / Orchestre National du Capitole - Long Yu, direction -
Chad Hoopes, violon - 16 juin 2018
     

CRITIQUE

Subtile et touchante création

En 2015, l’Orchestre national du Capitole avait célébré la création toulousaine du concerto pour violoncelle « Reflet d’un temps disparu » du compositeur chinois Qigang Chen (né en 1951). Gautier Capuçon était le soliste de cette création, dirigée par le chef également chinois Long Yu. Toulouse est cette fois le lieu de la création française du concerto pour violon et orchestre intitulé « La joie de la souffrance » de Qigang Chen. Comme en 2015, Long Yu est le chef d’orchestre invité et le jeune violoniste américain Chad Hoopes, qui s’est déjà distingué à Toulouse en 2016, en est le soliste. La 4ème symphonie de Gustav Mahler complète le programme de cette soirée.

Le chef d'orchestre chinois Long Yu est aujourd'hui directeur musical de l'Orchestre symphonique de Shanghai et premier chef invité de l'Orchestre philharmonique de Hong Kong. Il est également directeur artistique et premier chef de l'Orchestre philharmonique de Chine et fondateur et directeur artistique du Festival de musique de Pékin.
Le soliste du concerto, Chad Hoopes, âgé de seulement 23 ans, est distingué par la critique pour son talent exceptionnel. Il a remporté notamment le Premier prix du Concours international de violon Yehudi Menuhin dans la catégorie « Jeunes artistes », ce qui lui a ouvert les portes de la scène internationale. Ce fin musicien n’hésite pas à s’investir dans des œuvres nouvelles, hors répertoire traditionnel, apparemment attiré par la découverte. En 2016, il était à Toulouse le brillant soliste du beau concerto de John Adams. Ce 16 juin dernier, il anime donc la création française de « La joie de la souffrance » de Qigang Chen.



Le jeune violoniste américain Chad Hoopes, soliste du concerto de Qingang Chen, sous la direction du chef d'orchestre chinois Long Yu - Photo Classictoulouse -

Ce compositeur sensible, nourri d’une double culture, chinoise et française, produit une œuvre hors des normes contemporaines établies. En 1983, à l’issue de son Premier prix au Concours national de Chine, Qigang Chen est enfin autorisé à se rendre à l’étranger après avoir séjourné pendant trois ans dans un camp de rééducation. Espérant se former avec Olivier Messiaen et Pierre Boulez, il choisit la France où il réside désormais. Lorsqu’il arrive enfin en France, Olivier Messiaen a arrêté d’enseigner. Le jeune musicien chinois sera pourtant son dernier élève. Qigang Chen travaille avec lui de 1984 à 1988, et devient l’un de ses fils spirituels.
Son concerto pour violon, créé en 2017 par Maxime Vengerov, ouvre donc ce concert du 16 juin. Dès les premières notes de violon qui émergent du silence, l’écriture frappe par son raffinement extrême. Qigang Chen a pris pour thème de départ une mélodie chinoise ancienne, Yang Guan San Die, elle-même basée sur le célèbre poème Adieu de Wang Wei, de la Dynastie Tang. Ce thème parcourt toute l’œuvre, comme un fil rouge identifiable. Structuré en un seul mouvement continu, ce concerto comporte néanmoins des moments caractéristiques. Une profonde douleur s’exprime dans des phrases musicales d’une touchante sensibilité. Ces plages intimes et méditatives sont périodiquement interrompues par d’impressionnantes explosions, comme relatant l’occurrence d’événements tragiques. La complexité de l’écriture violonistique, parfaitement assimilée par Chad Hoopes, ne masque en rien l’intense pouvoir expressif de cette touchante coulée musicale. On croit reconnaître au passage l’inclusion dans le tissu orchestral d’une cadence du violon, comme dans un concerto traditionnel. L’œuvre s’achève comme elle avait commencé dans un silence tendu mais comme pacifié. Il émane vraiment de cette pièce une émotion intense que l’interprétation qui en est offerte semble bien restituer. Après le long silence qui suit le dernier accord, l’ovation du public témoigne de l’impact sur chacun de « La joie de la souffrance ». Le soliste, en particulier, admirablement investi dans son rôle instrumental et sensible, reçoit un accueil des plus chaleureux.



La soprano Yuanming Song, soliste de la Symphonie n° 4 de Mahler et le chef d'orchestre Long Yu - Photo Classictoulouse -

Très subtilement, il consent à offrir un bis qui prolonge l’atmosphère du concerto, en l’occurrence une Fantaisie de Georg Philip Telemann, qui n’est pas sans rappeler certaines pièces intimes de Johann Sebastian Bach.
La seconde partie consacrée à Gustav Mahler met en scène sa symphonie la moins dramatique, la moins torturée de toutes, en un mot la plus optimiste, la Quatrième en sol majeur. Mal accueillie à sa naissance, devenue si populaire, elle a toujours été chère et secrètement aimée par Mahler. Quelque temps avant sa mort, en 1911, il en révisait encore l'orchestration, allant vers toujours plus de légèreté et de transparence. Entre la cosmique Troisième symphonie et la véhémente Cinquième, cette Quatrième évoque « le vert paradis des amours enfantines » célébré par Baudelaire.
La vision qu’en donne Long Yu ne favorise pourtant pas la tendresse et le sourire qui la caractérisent. Parfaitement mis en place et exécuté, le premier volet démarre ainsi sur un excès de rigidité et d’ampleur sonore. La lumière s’avère un peu forte pour ce regard de l’enfance que porte sur le monde toute cette symphonie. Le côté satanique du deuxième volet s’accommode mieux de cette approche. Un grand bravo à Eric Crambes, premier violon solo, qui doit jongler entre ses deux violons dont celui qui est accordé un ton plus haut (en ré), afin de représenter le « diable » !
Le troisième mouvement, intitulé « Ruhevoll » (Tranquille), mériterait lui aussi un peu moins de « démonstration sonore », si ce n’est pour sa coda explosive parfaitement justifiée. Le final de l’œuvre, qui reprend le chant des « joies de la vie céleste » de Des Knaben Wunderhorn (Le Cor merveilleux de l’enfant), voit l’entrée de la soprano Yuanming Song chargée de cette courte intervention vocale supposée incarner l’angélisme enfantin du propos. Le timbre corsé de la cantatrice, un vibrato un peu appuyé vont dans le sens de la vision plus « musclée » du chef. Jusqu’aux dernières notes éthérées, évanescentes… Le repos céleste.

Serge Chauzy
Article mis en ligne le 17 juin 2018

 

 

infos
 

Détail des informations, s’adresser à :

Orchestre National du Capitole de Toulouse
- Service location
BP 41408 – 31014
Toulouse Cedex 6.


Renseignements, détail complet de la saison et réservations :

http://onct.toulouse.fr/
 
Programme du concert donné le 16 juin 2018 à
20 h à la Halle aux Grains de Toulouse :

* Q. Chen

- Concerto pour violon et orchestre "La joie de la souffrance"

* G. Mahler
- Symphonie n° 4


 

 

Les saisons musicales
lyrique et
chorégraphique
toulousaines

 
2018-2019
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

 

copyright © 2007
www.classictoulouse.com
- tous droits réservés -
infos légales

 

 

 

entretiens - festivals - concerts - danse - opéra - disques - dvd - partenaires - contacts - liens - index