www.classicToulouse.com
Annonces
 
Orchestre du Capitole
Kazuki Yamada, direction
25/11/2017
Musique au Palais
Palais Niel
25 et 26/11/2017
Philippe Jaroussky
Ensemble Artaserse
30/11/2017
 
Critiques
 
Arts Renaissants
Le Banquet Céleste
Damien Guillon
22/11/2017
Clefs de Saint-Pierre
Entrez dans la danse
20/11/2017
Orchestre de Chambre
de Toulouse
Gilles Colliard, violon et
direction, Anne Gaurier,
viole de gambe
16/11/2017
Chœur les éléments
Bach & pochette surprise
Odyssud
13/11/2017
Grands Interprètes
Orchestre Philharmonique
de Saint-Pétersbourg
Yuri Temirkanov, dir.
10/11/2017
Toulouse Wind Orchestra
Dylan Corlay, direction
Félix Dervaux, cor
27/10/2017
Grands Interprètes
Il Giardino Armonico
Giovanni Antonini, dir.
Isabelle Faust, violon
20/10/2017
Les Sacqueboutiers
Pôle des Arts Baroques
Siglo de Oro
19/10/2017
Les Sacqueboutiers
Danza Alta
Cintegabelle
14/10/2017
Orchestre du Capitole
Joseph Swensen, dir.
Wayne Marshall, orgue
13/10/2017
Grands Interprètes
Orchestre national de
France
Emmanuel Krivine, dir.
Martha Argerich, piano
07/10/2017
Orchestre du Capitole
Maxim Emelyanychev, dir.
Richard Goode, piano
05/10/2017
Clefs de Saint-Pierre
Confins du romantisme
02/10/2017
Orchestre du Capitole
Tugan Sokhiev, direction
Elisabeth Leonskaja, piano
20/09/2017
Dialogues aux Carmélites
Rien n'est bon que d'aimer
03/09/2017
Dialogues aux Carmélites
La note bleue
27/08/2017
Chœur Les éléments
Iberia
26/06/2017
Grands Interprètes
Juan Diego Flórez, ténor
Vincenzo Scalera, piano
19/06/2017
Orchestre du Capitole
Maxim Emelyanychev, dir.
Adam Laloum, piano
16/06/2017
Orchestre du Capitole
Gustavo Gimeno, dir.
Adrien La Marca, alto
09/06/2017
Association Gabriel Fauré
Traversée lyrique en
Amérique latine
Compagnie Opér'Azul
08/06/2017
Orchestre du Capitole
Antonello Manacorda, dir.
Alexandra Conunova,
violon
02/06/2017
Orchestre du Capitole
Kazuki Yamada, direction
Karine Deshayes, alto
Chœur du Capitole
Chœur Les Eclats
27/05/2017
Grands Interprètes
Renaud Capuçon, violon
Nicholas Angelich, piano
23/05/2017
Orchestre du Capitole
Tugan Sokhiev, direction
Marianne Crebassa, mezzo
19/05/2017
Clefs de Saint-Pierre
Portrait de groupe
15/05/2017
Grands Interprètes
Nelson Freire, piano
15/05/2017
Arts Renaissants
Ensemble Pulcinella
26/04/2017
Grands Interprètes
Martha Argerich
Stephen Kovacevich
pianos
24/04/2017
La Dame d'Aragon
Orchestre Symphonique
du Royaume d'Aragon
Ricardo Casero, dir.
21/04/2017
À bout de souffle
Stéphane Delincak, dir.
Fantaisie et variations
autour de The Fairy Queen
20/04/2017
Grands Interprètes
Filarmonica Teatro Regio
Torino
Gianandrea Noseda, dir.
Betrand Chamayou, piano
18/04/2017
 
 

 

Concerts / Orchestre National du Capitole - Antonello Manacorda, direction,
Alexandra Conunova, violon - 2 juin 2017
     

CRITIQUE

L’ouragan Beethoven et le bonheur brahmsien

Pour leurs débuts toulousains, le chef d’orchestre italien Antonello Manacorda et la violoniste moldave Alexandra Conunova présentaient ce 2 juin dernier un programme musical apparemment traditionnel : une ouverture, un concerto, une symphonie, et quelle symphonie ! Celle qui a construit la célébrité de Beethoven, la fameuse 5ème en ut mineur. Et pourtant…

Les quatre coups du destin qui ouvrent cette partition universellement connue sont si familiers que l’on a l’impression de l’entendre fréquemment en concert. Ce n’est pourtant pas le cas ! Il faut remonter au 25 mai 2008 pour que la Halle aux Grains la programme par l’Orchestre de la Staatskapelle de Dresde dirigé par Myung-Whun Chung, dans le cadre de la saison Grands Interprètes.



Antonello Manacorda à la tête de l'Orchestre national du Capitole
- Photo Classictoulouse -

Quoiqu’il en soit, le chef invité aborde cette symphonie avec une volonté manifeste d’en exalter la vigueur, d’en déchaîner les passions. Pris dans un tempo inextinguible, l’Allegro con brio initial balaie tout sur son passage. La tension qui s’instaure ne se relâche jamais. Seule la sublime halte imposée, au cœur du mouvement, par le fameux solo de hautbois suspend un instant le déferlement d’un flot irrésistible. L’Andante con moto apporte un peu de respiration tout en maintenant la pression sur l’auditeur prêt à tous les développements. Le Scherzo, noté Allegro, instaure un suspense auquel les pupitres de bois confèrent un impact très fort. Le trio que lancent les violoncelles et les basses est pris dans un tempo si vif que la respiration se fait haletante, le souffle court. Jusqu’à cette transition étonnante, comme une montée vers la lumière du final que l’orchestre et son chef parent d’une certaine inquiétude. L’Allegro conclusif prend des allures de marche triomphale. Là encore l’accumulation des tensions mériterait son alter ego de détente. La démarche implacable conduit vers une coda libératrice qui semble ne pas vouloir se résoudre à conclure. Un ouragan donc a soufflé sur cette exécution « engagée ».
La même passion, le même engagement dramatique avait auparavant ouvert la soirée sur l’ouverture Coriolan extraite de la musique de scène composée par Beethoven pour accompagner le drame éponyme d’Heinrich Joseph Collin. L’occasion d’observer à quel point la direction du chef s’avère déterminante dans l’équilibre sonore global de l’orchestre. Antonello Manacorda oriente ce spectre vers la clarté des registres aigus. Le vibrato très modéré des cordes confère ici à l’ensemble une transparence particulière. Quant à la construction dramatique de la partition, elle bénéficie là encore d’une tension implacable.



La jeune violoniste Alexandra Conunova soliste du Concerto de Brahms
- Photo Classictoulouse -

Très différente apparaît l’exécution de l’unique concerto pour violon de Johannes Brahms. La soliste, la jeune Alexandra Conunova, y déploie une maturité, un élan volontaire qui s’accompagne d’une musicalité exemplaire, d’un choix élégant de ses phrasés, d’une poésie admirable de son jeu. Elle adapte parfaitement l’ampleur de sa sonorité à celle du généreux accompagnement orchestral. Dans le premier volet de l’œuvre, elle mène une sorte de combat vigoureux fait de traits virtuoses parfaitement maîtrisés et d’élans lyriques que magnifie un vibrato d’une belle ferveur. La cadence de l’Allegro non troppo initial constitue un grand moment d’émotion. L’Adagio qui suit, pris dans un parfait tempo, donne à la soliste l’occasion de développer une sorte de langage vocal. Son duo avec le splendide hautbois solo imprègne tout le mouvement d’une tendresse touchante.
Une joie communicative anime tout le final. Le phrasé rebondissant du thème initial donne un élan irrésistible à tout le mouvement. La soliste excelle dans toutes ses interventions : perfection de ses doubles cordes, ampleur sonore égale dans tous les registres, souplesse de la ligne mélodique. Le geste conclusif fait chaud au cœur.
Les nombreux rappels que le public lui manifeste l’amènent à offrir en bis une page d’une consistance et d’une envergure inhabituelle. Elle offre ainsi l’intégrale de la somptueuse sonate n° 3 « Ballade » d’Eugène Ysaÿe. Où la virtuosité soutient l’intensité de l’expression.

Serge Chauzy
Article mis en ligne le 3 juin 2017

 

 

infos
 

Détail des informations, s’adresser à :

Orchestre National du Capitole de Toulouse
- Service location
BP 41408 – 31014
Toulouse Cedex 6.


Renseignements, détail complet de la saison et réservations :

http://onct.toulouse.fr/
 

Programme du concert donné le 2 juin 2017
à 20 h à la Halle aux Grains de Toulouse

* L. van Beethoven

- Coriolan, ouverture, en ut mineur op. 62

* J. Brahms
- Concerto pour violon et orchestre en ré majeur
op. 77

* L. van Beethoven
- Symphonie n° 5 en ut mineur op. 67



Les saisons musicales
lyrique et
chorégraphique
toulousaines

 
2017-2018
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

 

copyright © 2007
www.classictoulouse.com
- tous droits réservés -
infos légales

 

 

 

entretiens - festivals - concerts - danse - opéra - disques - dvd - partenaires - contacts - liens - index