www.classicToulouse.com
ARCHIVES
 
 

 

Opéra/Théâtre du Capitole - Choeur du Capitole - 14/02/09
     

CRITIQUE

Chœurs religieux du 20ème siècle

Le Théâtre du Capitole présentait, en cette fin d’après midi tout ensoleillé, un concert de sa phalange chorale dans la série Convergence.
L'auditorium de Saint-Pierre des Cuisines, archicomble, lui a réservé un triomphe.


L’ensemble des artisans d’un concert d’une grande originalité mettant en relief les immenses ressources de notre ville en matière musicale.
(Photo : Christiane Lopez)


Consacré à trois compositeurs nés au 20ème siècle, le programme débutait par certainement le plus connu d’entre eux : Léonard Bernstein (1918-1990). De confession hébraïque, le compositeur de l’immortel West Side Story a créé ses Chichester Psalms en 1965, non pas dans le Sussex anglais où se trouve la cathédrale du même nom, mais à New York, au Philharmonic Hall. D’une haute élévation humaine et spirituelle, cette suite de psaumes trouve son apogée dans le numéro 23, le Psaume de David. Ce dernier, sur les indications du compositeur lui-même, devra être toujours interprété par un homme, soit un haute-contre, soit un jeune garçon sopraniste, car il est censé être chanté par David lui-même. C’est au contre-ténor Pascal Bertin qu’échoit cet intense moment d’émotion, une émotion qu’il magnifie grâce à un timbre d’une éblouissante clarté et d’une ineffable pureté, ainsi qu’un phrasé exemplaire de souplesse et d’amplitude.
Suivait le De Profundis que le compositeur estonien Arvo Pärt (né en 1935) composa en 1980 à l’attention du compositeur autrichien Gottfried von Einem. Ecrite alors que le musicien fuit l’URSS vers Vienne puis Berlin, cette page liturgique s’inscrit dans un mouvement unique pour chœur d’hommes, orgue et percussions. Exemple parfait du style reconnaissable entre tous de ce compositeur, le style minimaliste tintinnabulant, ce De Profundis se clôt dans un murmure profondément mystique dont le son final sera celui… d’une cloche.
Le Gloria du compositeur anglais John Rutter (né en 1945) est en fait sa première cantate. Elle fut créée à Omaha, aux USA, en 1974. Se déclarant ouvertement non croyant, la quasi-totalité de son œuvre à ce jour est constituée de chœurs liturgiques. Grand chœur mixte, orgue, percussions et ensemble de cuivres sont nécessaires à l’exécution de cette pièce en trois parties, une œuvre qui tend davantage vers la jubilation de la célébration du Seigneur que vers l’introspection religieuse.
Patrick Marie Aubert, chef des chœurs du Capitole, dirige ce concert avec une précision qui n’occulte en aucun moment une intense émotion. Face à lui, les Chœurs du Capitole révèlent, dans ce répertoire, toute l’étendue d’un talent largement connu, et de longue date, grâce à leur participation, ô combien souvent fondamentale, aux spectacles du Capitole.
C’est assurément l’une des plus belles phalanges françaises. Quelques musiciens de l’Orchestre du Capitole, percussionnistes et cuivres, faisaient également partie, avec un plaisir évident, de cette fête, de même que le jeune organiste argentin, élève au CNSM de Toulouse : Sébastian Achenbach. Dire que ses partitions étaient hérissées de difficultés relève de l’euphémisme. Son jeune âge ne l’a pas empêché de les affronter avec une étonnante maîtrise. Bravo !


Robert Pénavayre

 

 

infos
 

Renseignements et réservations :

www.theatre-du-
capitole.org
ou
par téléphone au
05 61 63 13 13

 
 
 
Programme du concert

* L. Bernstein
- Chichester Psalms

* A. Pärt
- De profundis

* J. Rutter
- Gloria
 
 
Les saisons musicales
lyrique et
chorégraphique
toulousaines

 
2009-2010

 


 
 
 
 
 
2008-2009








 

 

 

copyright © 2007
www.classictoulouse.com
- tous droits réservés -
infos légales

 

 

 

entretiens - festivals - concerts - danse - opéra - disques - dvd - partenaires - contacts - liens - index