www.classicToulouse.com
ARCHIVES
 
 

 

Livres / L'homme qui marche –Jean Yvane
     

Ambitieux, dérangeant, envoûtant aussi…

Le dernier opus de ce romancier, dont on avait apprécié Parlez- moi du Djebel Amour, virtuose et sensible reflet de notre société au travers du regard d’un jeune appelé de la Guerre d’Algérie, nous propulse ici dans un lieu incertain où se déroulent des évènements aussi dramatiques que jamais nommés.


O

Le début de ce roman est une lente mais fascinante exposition des deux personnages principaux. Yvon, architecte, passe son temps chez lui à réparer des postes radio en panne. Sa femme, Charlotte, est pharmacienne de son état. Ils ont deux jeunes enfants. Cette famille que l’on devine rapidement au bord de l’explosion, va vivre un drame. A la suite de ce qui pourrait être un attentat, ou autre chose, Charlotte et Yvon se trouvent séparés de leurs enfants. Ils vont tenter de les rejoindre en traversant leur ville alors en véritable état de siège. Un seul but ensuite, mettre à exécution le plan d’Yvon et quitter ce pays dans lequel il ne trouve plus son compte. La famille enfin réunie se retrouve sur un bateau, genre boat people de luxe, en partance pour l’étranger. C’est mal connaître cette puissante organisation nommée Vita Nova qui semble veiller sur le sort, et plus, de l’Humanité.

En pleine mer, voilà le bateau arraisonné. Les questions pleuvent. Pourquoi quitter la mère-patrie ? Bon, finalement vous pouvez partir mais… sans les enfants. Demi-tour donc et voilà Yvon et Charlotte embarqués dans le récit de leur vie au travers d’un roman qu’un nègre va écrire et qui sera une véritable téléréalité. Ouf ! Voilà pour la trame, en très gros. Il y a déjà de quoi se perdre, mais il faut tenir bon car même si, plus d’une fois, vous êtes tenté d’abandonner ce récit complexe et métaphorique, en même temps et sans vous en apercevoir, quelque chose va vous y faire revenir. Inexorablement. Ce quelque chose indéfinissable tient autant au mystère qui flotte en permanence sur un récit qui ne donne aucun point d’appui, que dans une écriture originale. Originale car elle vous permet d’écrire, en partie et virtuellement, ce livre. Elle vous tient d’une main invisible et ferme et vous oblige à formuler mentalement des pans entiers de réflexions et de conclusions. La vitesse de la pensée est telle que le procédé ne ralentit en aucune manière l’évolution d’une action centrée sur le nomadisme moderne.
C’est un livre très fort, non seulement sur son thème, dans lequel il est impossible de ne pas se reconnaître, mais également grâce à une rhétorique d’une telle subtilité qu’elle vous immerge corps et âme, sans repère aucun, dans un espace-temps improbable mais que l’on devine très proche. Angoissant autant que fascinant.

Robert Pénavayre

 

infos
 
 

« L’homme qui marche », roman de Jean Yvane – Col. Pierre Guillaume de Roux – 364 pages –
25,90 €

 

 

copyright © 2007
www.classictoulouse.com
- tous droits réservés -
infos légales

 

 

 

entretiens - festivals - concerts - danse - opéra - disques - dvd - partenaires - contacts - liens - index