www.classicToulouse.com
ARCHIVES
 
 

 

Entretien avec Tugan Sokhiev - 29/06/2013
     

Le 14 juillet, Tugan Sokhiev et l’Orchestre national du Capitole font la fête

Cette année, la célébration à Toulouse de la Fête Nationale reçoit un soutien musical de poids. Celui de l’Orchestre national du Capitole et de son chef depuis bientôt huit ans, Tugan Sokhiev. Après une saison particulièrement riche et active pendant laquelle la phalange toulousaine a connu de grands succès nationaux et internationaux, Tugan Sokhiev dresse un bilan de la trajectoire ascendante que connaît cette formation toulousaine qu’un grand journal national classe dans le trio de tête des orchestres français.

Classictoulouse  : Peut-on dresser un bilan de l’évolution de l’Orchestre national du Capitole que vous dirigez depuis 2005, notamment sur le plan de son répertoire et des nouveaux publics qu’il a conquis ?

Tugan Sokhiev : Depuis 2005, l’orchestre a beaucoup évolué. Il s’est considérablement développé au niveau de son répertoire, de ses effectifs, mais aussi de son image nationale et internationale. Cette image a beaucoup progressé auprès de tous les publics : public national, international et également auprès des jeunes : les enfants, les familles, les étudiants bénéficient d’un accès facilité aux concerts. Par ailleurs, le répertoire s’est beaucoup élargi. Bien sûr on n’oublie jamais la musique française qui reste très importante. On a progressé dans le domaine des musiques du XXème siècle, de la musique contemporaine, des œuvres de musique russe et soviétique, des grandes partitions allemandes, italiennes, américaines également. Au jour d’aujourd’hui, je peux dire que la liste des œuvres au répertoire de l’orchestre est énorme. Cela permet d’offrir à tous les publics un choix musical très large.


Tugan Sokhiev - Photo Marco Borggreve -

 : La diffusion de l’orchestre au plan national et international (grâce aux nombreuses tournées), bénéficie depuis récemment de l’apport de l’audiovisuel lié à la télévision, à Internet et au DVD. Est-ce important pour vous ?

T. S. : Depuis 2011-2012 en effet, un élément important renforce la diffusion internationale de l’orchestre. Il s’agit du projet audiovisuel qui met en œuvre la captation vidéo des concerts. Elle permet une diffusion en direct sur Internet par le site medici.tv, sur ARTE live web, et également en différé sur les chaîne de télévision ARTE et Mezzo. Tout ceci est relativement nouveau et étend vers tous les publics l’image de l’orchestre. Bien sûr les tournées nous amènent dans de nombreux pays : en Europe, en Asie, en Russie, chez nos voisins immédiats comme l’Espagne. Tout cela entraîne un double développement de cette image.

 : Il y a un endroit important où vous retournez souvent, il s’agit de la prestigieuse salle Pleyel à Paris.

T. S. : En effet, on ne peut pas oublier notre résidence parisienne à la salle Pleyel. Nous y présentons chaque saison trois concerts différents. Nous sommes très fiers de nous retrouver ainsi à partager de beaux moments musicaux parmi les plus grands orchestre français et étrangers.

 : Pouvez-vous nous parler de ce prochain concert très spécial du 14 juillet qui aura lieu sur les grandes allées Jean-Jaurès ?

T. S. : L’idée de ce concert du 14 juillet a commencé à émerger voici deux ans. Il faut vraiment s’y prendre longtemps à l’avance du fait des nombreux éléments qui entrent en jeu : la sonorisation, l’installation de l’orchestre, des infrastructures diverses et compliquées car c’est en plein air, avec notamment l’installation d’un grand plateau. Le programme est très particulier car le public très large qui va y assister demande de la musique populaire et classique à la fois. Il y aura donc de la chanson française et pas mal de surprises que je ne souhaite pas dévoiler à l’avance ! C’est un concert très important pour nous.


Tugan Sokhiev et l'Orchestre national du Capitole - Photo Patrice Nin -

 : La saison prochaine de l’orchestre promet également de très belles manifestations musicales. Pouvez-vous nous en dire quelques mots ?

T. S. : Pour cette saison 2013-2014, nous maintenons une programmation traditionnelle comme celle de grandes symphonies de Brahms, de Mahler, de Bruckner. Mais nous y associons des événements spéciaux comme cette version de concert de Boris Godounov, de Moussorgski, avec, à mon avis, le meilleur interprète aujourd’hui du rôle-titre, la basse italienne Ferruccio Furlanetto. Nous invitons également de grands solistes comme la merveilleuse pianiste Elisabeth Leonskaja, avec laquelle nous avons effectué une tournée dont un beau concert à Vienne. Menahem Pressler revient également pour interpréter un concerto de Beethoven. Nous avons aussi inscrit au programme quelques œuvres qui n’ont pas été données depuis longtemps à Toulouse. Un programme de qualité pour tous les publics.

 : Pouvez-vous évoquer pour terminer la discographie qui est la vôtre avec l’Orchestre national du Capitoles ?

T. S. : Nous sommes très fiers des albums CDs que nous avons réalisés depuis 2005. Et tout particulièrement du double album CD/DVD qui vient de sortir avec Le Sacre du Printemps d’Igor Stravinski, pour célébrer l’anniversaire de sa création en 1913. Ce chef-d’œuvre permet vraiment de juger la qualité, le professionnalisme, la musicalité, la précision, l’énergie et l’ambition de l’orchestre !

Propos recueillis à Toulouse le 29 juin 2013 par Serge Chauzy

 

infos
 

Renseignements, détail complet de la saison de l'Orchestre du Capitole et réservations :

http://onct.toulouse.fr

 
 
 

 

copyright © 2007
www.classictoulouse.com
- tous droits réservés -
infos légales

 

 

 

entretiens - festivals - concerts - danse - opéra - disques - dvd - partenaires - contacts - liens - index