www.classicToulouse.com
ARCHIVES
 
 
 

 

Concerts / Orchestre du Capitole - Josep Pons, direction - La Vida breve, Manuel de Falla - 22/06/2013
     
COUP DE CŒUR
 

CRITIQUE

Falla triomphe à la Halle aux Grains

La première exécution à la Halle aux Grains de l’unique opéra de Manuel de Falla, La Vida breve (La Vie brève), dont la dernière représentation toulousaine date de 1948, a reçu ce 22 juin, un accueil enthousiaste, triomphal même, de la part du public. Un public visiblement fasciné par le drame intense mis en musique et par l’engagement des interprètes. A commencer par le premier d’entre eux, le chef d’orchestre catalan Josep Pons, décidemment en parfait accord avec un Orchestre national du Capitole conquis et en grande forme ! Quant au brillant Orfeón Donostiarra, grand habitué de ce lieu, il n’a pas dérogé à sa réputation, emportant tous les suffrages au baromètre des applaudissements.

Ainsi présenté dans sa nudité musicale, sans le secours de la scène, l’opéra de jeunesse de Manuel de Falla, révèle un ensemble de caractéristiques insoupçonnées. Sa création parisienne en 1914 avait suscité les commentaires les plus élogieux des grands musiciens de l’époque. Ravel lui-même notait : « …on trouve une sincérité d’accent, une abondance et une fraîcheur d’inspiration pleine de charme. » Il ajoute : « La passion, si elle s’y exprime avec moins de bruit, et plus musicalement que chez les véristes, n’y est pas moins vivante… »


L'ensemble des interprètes de La Vida breve, de Manuel de Falla avec l'Orchestre national du Capitole, l'Orfeón Donostiarra, tous sous la direction du chef d'orchestre catalan
Josep Pons - Photo Classictoulouse -

C’est bien ainsi que ce drame musical se reçoit. Comme un savant mélange de vérisme intense et de poésie impressionniste. Il n’est pas difficile d’y déceler des accents profondément pucciniens (notamment ceux du grand opéra Tosca créé quelques années auparavant). Néanmoins, quelques évocations suscitées par le traitement du chœur et son association avec un orchestre transparent et coloré restent proche de ce qu’un Debussy a imaginé dans le troisième de ses Nocturnes intitulé Sirènes.
Enfin, la structure elle-même de l’œuvre plonge ses racines dans la musique populaire espagnole. A l’image du premier acte, construit comme une copla, avec le cante jondo du chœur des forgerons, les deux parties du drame empruntent leur sève à cette tradition séculaire avec une authenticité absolue. Jusqu’à l’intermède qui ouvre le second acte sur une intervention plus vraie que nature du cantaor, ici une cantaora, et de la guitare flamenca soutenus par les olé du chœur. Si l’argument pêche un peu par sa simplicité schématique (une femme abandonnée par l’homme qu’elle aime meurt de chagrin), l’expression musicale lui confère une force irrésistible.


L'interprète principale du rôle de Salud de cette Vida breve, Nancy Fabiola Herrera
- Photo Classictoulouse -

Pour que tous ces éléments trouvent naturellement leur place, il faut avant tout une direction ferme et imaginative. Avec Josep Pons, le but est atteint. Le grand chef catalan est un familier de l’œuvre dont il a, à deux reprises, confié au disque sa conception forte et colorée. Sans parler des multiples exécutions qu’il a dirigées. Sa complicité avec l’orchestre toulousain et avec le chœur basque fonctionne ici parfaitement. Les deux phalanges traduisent immédiatement la passion que le chef leur insuffle grâce à sa direction dramatique qui sait aller à l’essentiel tout en soignant les détails d’une orchestration raffinée.
La distribution vocale est dominée, comme il se doit, par une Salud qui brûle de l’intérieur. Nancy Fabiola Herrera incarne véritablement, par sa voix comme par son attitude, la jeune gitane abandonnée. Elle sait admirablement charger de larmes son chant de douleur, tout en bannissant les excès de sanglots de certains chanteurs véristes. Son timbre chaleureux et parfaitement projeté de mezzo-soprano passe parfaitement la richesse sonore d’un orchestre généreux.


Les interprètes de l'intermède de cante jondo : la mezzo-soprano Maria Toledo et le guitariste Juan Manuel Cañizares - Photo Classictoulouse -

La touchante grand-mère de Marina Pardo, l’oncle Sarvaor compatissant chanté par la basse Angel Odena, le lâche fiancé Paco du ténor, lyrique à souhait, José Ferrero, sans oublier la voix de la forge, bien sonore, du ténor Gustavo Peña, entourent avec conviction l’agonie tragique de la pauvre Salud. Dans les rôles plus épisodiques de Carmela et Manuel, Ainhoa Zubillaga et José Antonio Lopez complètent dignement cette belle distribution.
Une mention spéciale doit être accordée au merveilleux guitariste Juan Manuel Cañizares, virtuose et musicien authentique, ainsi qu’à sa compagne flamenca Maria Toledo, le feu dans la voix, pour leur intermède de cante jondo, plus vrai que nature.
L’ovation est telle que l’orchestre reprend la fameuse première danse de cette Vida breve, ardente et poétique. Josep Pons n’en finit pas de féliciter chaque musicien qui l’applaudit en retour. Voici à l’évidence une association qui fonctionne parfaitement.

Serge Chauzy
Article mis en ligne
le 23 juin 2013

 

 

infos
 


Renseignements, détail complet de la saison et réservations :

www.onct.mairie-toulouse.fr
 

 

 

 

copyright © 2007
www.classictoulouse.com
- tous droits réservés -
infos légales

 

 

 

entretiens - festivals - concerts - danse - opéra - disques - dvd - partenaires - contacts - liens - index